Magazine Finances

Les marronniers sont de retours !

Publié le 28 août 2009 par Bil

deslogementsetudiantsdansuneanciennecaserneimg234199.jpgAvec la fin de la période estivale nos chers amis journalistes reprennent les grands classiques de la rentrée.

En premier lieu le logement étudiant. Nous sommes dans l’actualité ; nos récents bacheliers (le cru est, année après année, optimisé avec plus de 90% de taux de réussite) sont à la recherche d’autonomie d’un logement afin de suivre poursuivre un cursus long prometteur.

Il suffit d’être dans le métier pour repérer notre future élite un plan de ville et un gratuit à la main arpentant les cages d’escalier à la recherche d’un studio abris. La difficulté est bien réelle et les imprudents qui n’ont pas pris option en juillet sont dans l’embarras. Chaque année les mêmes causes entraînent les mêmes effets.

Plusieurs solutions s’offrent aux politiques sur ce sujet. Le premier serait d’éventuellement dissuader une partie de nos jeunes bacheliers d’aller encombrer des facultés improbables pour des futurs hypothétiques. Nous limiterions ainsi le nombre  d’étudiants  qui, par défauts d’orientation deviennent des redoublants potentiels. Serait ainsi libéré une quantité non négligeable de logements occupés inutilement pendant 9 mois…et financé en grande partie par la collectivité (APL).Le cursus universitaire est suffisament long sans y ajouter des pertes de temps.

Le second consisterait à décentraliser une partie des facultés vers de véritables campus à l’américaine comportant les unités pédagogiques mais également les logements et toutes les infrastructures complémentaires (loisir, sport…) permettant de concentrer les moyens à la réussite des études. Le plan Campus existe mais il s’agit d’un succédané cherchant à "rénover et redynamiser les campus existants" qui sont actuellement dans un état pitoyable. Toute création ex nihilo est donc proscrite car trop couteuse dans un pays surendetté.

Reste les solutions bricolées, par exemple, la récupération de casernes transformées opportunément en chambres d’étudiants comme à ARRAS où 34 chambres ont été réhabilitées (1% des besoins en logement étudiant de cette cité !).L’on peut être surpris de ce type de réhabilitation où le Grenelle de l’environnement ne semble pas avoir sa place. Imaginez la qualité thermique et acoustique des casernes, son adaptation aux normes handicapées…et l’attrait pour notre future élite (voir photo).

Il est encore temps de réviser ces « intentions » maladroites. La réforme récente des armées offre de réelles opportunités d’aménagement urbain. Il importe de ne pas gâcher ces espaces par des réaménagements d’urgence. Ne gachons pas une occasion de proposer des densifications opportunes comme, par exemple, la réalisation exemplaire de la ZAC Debonne à Grenoble où le site, en cœur de cité, offre dès à présent du logement, des espaces publics, des bureaux ainsi que des commerces de proximité.

L'état ne peut pas tout. La réussite d'un projet passe nécessairement par la confrontation des idées et des moyens du public et du privé.Grenoble montre l'exemple.Il importe de reproduire cette expérience positive sur les nombreux sites récemment libérés par les armées...au profit du plus grand nombre (dont les étudiants).


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Bil 16 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines