Magazine

Adieux

Publié le 21 août 2009 par Tourments
Trop de douleurs, trop de peine, trop de tout, trop de peu.
J’aurais voulu plus, j’aurais autre chose, j’aurais voulu mieux.
Une pause de peines et d’injures, un cessez-le-feu.
Malgré mes demandes, mes cris, mes aveux.
J’ai tout misé et tout perdu, dans cet horrible enjeu.
J’ai tout tenté et tout essayé, jamais se sont réalisé mes vœux.
Tu as transpercé encore mon cœur de ton pieu.
Me voici enfin déjouée, définitivement hors-jeu.
D’un doux rêve se changeant en cauchemar désastreux.
Je m’éveille tremblante, perdue dans un présent écumeux.
Mon esprit pris dans des limbes comateux.
Mon être secoué de spasmes douloureux.
J’ai tout misé et tout perdu, dans cet horrible enjeu.
J’ai tout tenté et tout essayé, jamais se sont réalisé mes vœux.
Tu as transpercé encore mon cœur de ton pieu.
Me voici enfin déjouée, définitivement hors-jeu.
Il ne reste que le souvenir amère, d’un passé calamiteux.
Que de la cendre brûlant le vert de mes yeux.
Plus rien l’arôme infecte d’un crime crapuleux.
Celui d’avoir rendu mon cœur défectueux.
J’ai tout misé et tout perdu, dans cet horrible enjeu.
J’ai tout tenté et tout essayé, jamais se sont réalisé mes vœux.
Tu as transpercé encore mon cœur de ton pieu.
Me voici enfin déjouée, définitivement hors-jeu.
Il ne reste plus rien de ce délire fallacieux.
Que le constat d’un mirage insidieux.
Plus rien à dire pour consoler mon être malheureux.
Seulement le murmure insistant des adieux.
Photobucket

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :