Magazine Humeur

Nicolas Sarkozy & les bonus des traders : bla-bla-bla & double discours

Publié le 29 août 2009 par Kamizole

ballouhey-sarko-les-bonus-des-traders.1251527956.jpgLe dernier dessin de Pierre Ballouhey tombe à pic ! Il résume parfaitement ce que je pense. Pour qui ne connaîtrait pas encore la propension de Nicolas Sarkozy à dire à tire-larigot – sa manie de parler ! – tout et son contraire, selon les auditoires qu’il entend captiver. Dans sa tête, je ne saurais dire… Sauf bien entendu qu’il est du côté du fric – son obsession – et des possédants – ses amis. Le reste – l’UM/Posture «moralisation du capitalisme» - c’est du pipeau, de l’attrape-gogos à l’usage du populo qui regimbe devant les faramineux bonus des traders et à qui il faut bien dire ce qu’il a envie d’entendre.

Sans doute a-t-il encore la prétention de ravir l’électorat de gauche tout en faisant entrer les plus extrêmes de droite à l’UMP. Je viens de lire sur la «une» de Libération que Philippe de Villiers - nouveau rallié à l’UMP et déjà plus qu’à droite toute - Recycle un ancien dirigeant du GUD – mouvement facho de chez facho, avec Occident - Benoît Fleury dont la nomination à l’université de Poitiers avait déjà déclenché une polémique, en le nommant directeur des affaires juridiques du Conseil général de Vendée. L’on ne saurait être plus clair sur le positionnement du Vicomte sur l’échiquier politique. Nicolas Sarkozy étant forcément le «cavalier» - avec ses mouvements en zig-zag…

Je ne saurais dire si labourer ainsi les terres les plus à droite – en 2007 Nicolas Sarkozy a déshabillé Le Pen - marchera encore pour 2012… et si à force de vouloir ratisser toujours plus large, un coup à gauche – côté Henri Guaino – et un coup à l’extrème droite – c’est Patrick Buisson, son fort spécial et onéreux «conseiller» es sondages, qui lui en aurait donné «les clefs du message» à l’usage des électeurs frontistes - il ne se prendra pas en fin de compte les pieds dans le râteau. Telle la blague bien connue mais qui me fait toujours rigoler comme une baleine du type qui sortant la nuit dans son jardin revient après y avoir été agressé : un bel «œuf» sur le front en témoignant… à ceci près que dans le noir il avait tout simplement mis le pied sur les dents du râteau et reçu le manche en pleine poire !

:)

Quand je pense aux pauvres imbéciles parmi les vieux qui lui ont fait confiance en 2007 - puisque ce serait eux qui ont fait pencher la balance, notamment grâce au discours sécuritaire - ils n’ont plus que leurs yeux pour pleurer.

Les retraites du plus grand nombre sont peau de chagrin – je suis bien placée pour le savoir ! – sans oublier l’exonération de redevance télé pour les plus de 60 ans non imposables, qu’il a été un temps question de supprimer, mais nul doute - qu’après un rétropédalage accéléré - cela ne revienne sur le tapis ! et après l’offensive – reportée l’an dernier, même effet de «ballon d’essai» et reculade provisoire devant le tollé – sur la retraite des femmes qui ont élevé des enfants – une sorte de tout petit «bonus» pour le nombre d’années qui devrait être supprimé pour de fort fallacieuses raisons. A cet égard, je ne peux que vous conseiller d’aller voir sur Actu-chômage un article très intéressant sur le sujet Egalité hommes- femmes la HALDE à côté de la plaque – c’est maintenant au tour des maisons de retraite qui devraient pouvoir augmenter librement leurs tarifs, pourtant déjà faramineux…

Voudrait-on tuer le plus rapidement possible les vieux qui ont le malheur de n’être point riches, que l’on ne s’y prendrait pas autrement ! Certains n’avaient-ils pas osé parler cyniquement en 2003 de «divine surprise» après la canicule meurtrière ? Plus de 15000 morts, faut-il rappeler…

Phénomène bien connu : les retraités les bien moins payés ayant eu les carrières les plus longues et pénibles meurent en général nettement plus tôt que les autres, voire avant même l’âge de la retraite. Avantage pour le Régime général – sans oublier les caisses complé-mentaires : ils ont cotisé plus longtemps et meurent tôt. Leurs cotisations servent à rémunérer les autres !

Or donc, s’agissant du bonus des traders, Nicolas Sarkozy fait semblant de se fâcher. Bof ! Bof ! Un mixe de Matamore, Tartarin de Tarascon et Don Quichotte faisant mine – mais seulement mine - d’attaquer les moulins à vent. Sauf que lui n’y croit pas un moment… Il lui faut bien une rentrée en fanfare (fanfaron ?) après le silence radio (et télé) imposé par la Faculté. Qui me fit le plus grand bien ces quelques semaines. . Un autre dessin de Pierre Ballouhey à savourer comme il convient.

pierre-ballouehey-sarkozy-vacances-2009-cap-negre.1251527988.jpg
Son malaise d’avant vacances, surmédiatisé comme il se doit, lui aurait rapporté un regain d’opinions favorables dans les sondages… Sur l’air : «le pauvre, il travaille trop»… Tu parles ! Il s’agite et brasse de l’air pendant que les autres travaillent pour lui.

Rien que 2000 personnes à l’Elysée, dont la majeure partie du travail consiste à flairer l’air du temps des sondages – quand un conseiller «très spécial» et grassement rémunéré – ne les manipule pas et à préparer sa réélection en 2012 tout en surveillant étroitement les faits et gestes des différents alliés et des parlementaires au sein de l’UMP – la démocratie selon Sarko : aucune tête ne doit dépasser et tous doivent parler d’une même voix… la sienne ! – et surveiller en même temps les réactions dans les partis de l’opposition et les syndicats. Il y a incontestablement du Big Brother dans cette manie de tout contrôler.

Dernière «manœuvre» imaginée par Sarko pour faire fondre le cœur des Margots dans les chaumières : que Carla Bruni mette au monde un bébé en 2011… Ça, c’est un «argument» vachement politique ! bien répugnant stratagème… Rallie-bobonnes pour une nouvelle interview dans Femme Actuelle et des tonnes d’articles dans les Voici, Gala et autres Closer qui, comme chacun sait, sont le top-top en matière de niveau culturel et intellectuel. Du super-allégé côté réflexion.

Ceci dit, je ne pense pas que l’amour des enfants y ait quelque part. Bébé «alibi» comme dans certains cas, bébés «médicament» pour soigner un membre de la fratrie atteint d’une maladie génétique grave ou incurable… Fait-on un enfant – pour de sordides calculs politicards – sans penser à son bien ? Sachant les dégâts psychologiques que des choses nettement moins graves peuvent provoquer, il risque d’être gravement perturbé dès la naissance – lire «Secret de famille, mode d’emploi» de Serge Tisseron pour les ravages du «non-dit» – et d’exploser littéralement le jour où il comprendra les motivations de son paternel.

Lequel aura 76 ans quand l’enfant atteindra 20 ans… Sarko marche sur les traces d’Yves Montand et bien d’autres «papys-papas». Histoire en même temps, de prouver au bon peuple qu’après avoir porté de superbes andouillers, «le Chef» - de meute - n’aurait rien perdu de sa virilité ?

J’ai comparé bien souvent Nicolas Sarkozy à Janus. Il me semble toutefois faire fausse route en ne reconnaissant que deux discours contradictoires et deux visages et facettes à sa personnalité fort complexe.

chambery-quat-sans-cul.1251528761.JPG
J’étais fort contente de ma trouvaille de la nuit dernière – j’ai d’ailleurs commis une erreur dans un commentaire laissé chez Pierre Ballouhey – quand l’idée qui m’est venue pour représenter une sorte de Janus à quatre faces fut celle des «Quat’ sans cul» de Chambéry… d’autant qu’il est bien connu qu’un éléphant – on n’en trouve pas seulement au P.S. – «ça trompe énormément»… Je vous ressors un autre dessin bien tordant de Pierre Ballouhey : même si le sujet qu’il traitait était différent il me semble tomber fort à propos.

ballouhey-burqa.1251533790.jpg
Quant à nous tromper, Nicolas Sarkozy est orfèvre en la matière… D’où la Constante de Sarkozy © mémé Kamizole : un scandale par semaine, un mensonge par jour… Il nous bourre proprement le mou sur la question du bonus des traders.

Et ce serait encore bien pire concernant les crédits accordés aux petites et moyennes entreprises… Le moins que l’on en puisse dire étant que les banques – qui n’ont nullement tenu leurs promesses : injecter du crédit pour «l’économie réelle» alors qu’il est patent que les crédits sont en baisse - récidivent avec de nouveaux «engagements» sans contraintes – surtout pas ! – qui ne seront guère plus suivis d’effets…

A quoi aura donc servi l’injection massive d’argent public : Les banques françaises vont recevoir 5 milliards d’euros ? Sinon à restaurer leurs bénéfices, à rémunérer grassement leurs dirigeants, traders et autres actionnaires : «prends l’oseille et tire toi» ! signe évident qu’elles n’ont rien compris au film – perso, je disais de façon tout à fait iconoclaste : puisqu’on «achève bien les chevaux» et les «animaux malades de la peste», pourquoi pas les banques à l’agonie ? – elles recommencent à spéculer quasi comme avant.

A preuve, la critique de Serge Maître, président de l’AFUB (Association française des usagers de banques) lue sur un récent article du Monde Nicolas Sarkozy ferme sur les bonus, flou sur les crédits : “le président de la Répu-blique a laissé passer une occasion en or d’obliger les banques à faire “leur métier de prêteur (…) Les banques ont réalisé d’énormes bénéfices au premier semestre, BNP Paribas a par exemple dégagé trois milliards d’euros, en grande partie grâce à des produits comparables aux subprimes. Il était donc possible de leur demander d’orienter une partie de ces profits vers l’économie réelle”

Vous aurez bien lu comme moi : des produits compa-rables aux «subprimes» !… lesquelles sont en grande partie responsables du «tsunami» financier qui a dévasté la planète.

Ou : spéculation, le grand retour… aussi effrénée et aberrante – mais tout à fait prévisible ! - qu’avant le krach du 21 septembre 2008. Avec les mêmes risques pour l’économie réelle et la Planète finance.

De quoi concrétiser le vœu un tantinet cynique de l’auteur du blog de Libération Les cordons de la Bourse – c’est lui qui a «levé le lièvre» des bonus records, les ayant décelés uniquement grâce à l’analyse des comptes semestriels de la banque et un commentaire qui serait passé inaperçu si le scandale n’avait pas éclaté - Un milliard d’euros de plus provisionné pour les traders de BNP Paribas en 2009 : «Seul un retournement des marchés empêcherait les traders de se gaver. Et voilà qu’on se prend à rêver d’un nouveau krach»

Les nouvelles déclarations de Nicolas Sarkozy sont exactement dans la lignée de toutes les mesures qu’il a prises jusqu’à maintenant pour prétendument obvier les conséquences de la crise : des masses de flouze pour les banques et l’industrie automobile – sans aucune contre-partie sinon de vagues et vaines promesses - et queue de chi pour les chômeurs et les plus démunis.

Les banques viennent de promettre une fois de plus. Sans doute la langue dans la joue…

.

NB – Je compte bien revenir sur les mesures annoncées par Nicolas Sarkozy pour prétendre mettre banquiers et traders au pas… A suivre.

PS - Les habituelles recommandation si vous utilsez ou envoyez par mail les dessins de Pierre Ballouhey : c’est son métier et son gagne-pain, donc n’oubliez pas d’indiquer l’origine…


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Kamizole 786 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte