Magazine Société

Non aux primaires ouvertes !

Publié le 31 août 2009 par Nemo
Le billet de Disparitus m'aura incité à répondre par blog interposé.
Celui-ci se prononce très favorablement à l'égard de l'organisation de primaires ouvertes visant à désigner le futur candidat pour l'élection présidentielle de 2012.
Je vois plusieurs raisons pour lesquelles il faut dire non à cela:
1. Il est bien trop tôt pour songer à cela et se lancer dans une telle course maintenant est le gage d'un échec assuré
2. Dans certains Etats des Etats-Unis, les primaires sont exclusivement internes à chaque parti. Dans d'autres, elles sont ouvertes même aux électeurs du parti opposé. C'est un choix cohérent avec l'extrême bipolarisation de la vie politique américaine mais elle a pour désavantage majeur d'institutionnaliser les deux partis dans le marbre. Les idées et les candidats ne transitent réellement qu'au travers des Démocrates et des Républicains. Rappelons en outre que l'offre démocratique y est assez pauvre en ce que certaines idées sont historiquement exclues de la sphère américaine mais accueillies en notre République (communisme et socialisme notamment). En outre, nous ne pouvons trahir l'héritage de 2007 en faisant perdurer un clivage obsolète que beaucoup ont dénoncé !
3. Ouvrir des primaires à l'ensemble des partis d'opposition est un non-sens tant que nous ne mesurons pas l'étendue des divergences idéologiques. Certains ne manqueront pas de souligner qu'un leader incontestable et légitime étouffera ces écarts intellectuels, je ne le crois pas souhaitable en ce qu'une fois élu, la France n'aura toujours pas ce projet de société si indispensable. La Sarkozie pourrait être renversée, certes mais remplacée par un amalgame d'idées aussi dissonantes les unes que les autres, qui permettront une alternance assurée en 2017.
4. L'essentiel n'est pas de remplacer l'hypergesticulant mais bel et bien de remettre la France sur de nouveaux rails, forts de nos ambitions pour le pays, l'Europe et le monde. Le Président ne pouvant se reposer que sur une majorité hétéroclite ne disposera pas des moyens pour ce faire dans la mesure où il conviendrait à la fois de satisfaire les appétits antilibéraux que les démocrates. Il incombe donc de déterminer un projet de société fédérateur avant de se prononcer sur son représentant.
L'idée de primaires n'est pas absurde en soi mais nous ne pouvons faire l'économie de l'impérieux préalable qui serait de convoquer des Etats Généraux rassemblant le plus de partis politiques autour de la réflexion suivante: libéralisme, humanisme, socialisme, république, démocratie, quel avenir pour la France et le monde?
Procéder de manière inverse serait donner blanc seing à un leader qui pourrait trahir une partie importante de son électorat et assurer le retour de l'UMP à brève échéance et peut-être l'installer de façon pérenne à la tête du pays.
Ce n'est pas acceptable.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Nemo 23 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine