Magazine Science & vie

«Nessie», le python obèse, est mis à la diète

Publié le 31 août 2009 par Maaxtal

Et oui ,un animal qui suit de pres la trace de  l'homme,car parmegarde en vivant avec eux ,il est devenu obese.

Alors Regime maintenant!

Si vous allez au Vivarium de Lausanne, ne manquez pas cet impressionnant python tigre albinos, le plus gros exposé en Suisse

Après quinze ans de bombance chez des particuliers, l'animal approche le quintal. Un surpoids qui ne met pas sa vie en danger mais illustre la méconnaissance de certains propriétaires d'animaux. Eclairage du spécialiste Jean Garzoni.

«Nessie», femelle python tigre albinos, porte sur elle tout le poids d'une quinzaine d'années d'excès gourmands! Sur la balance du Vivarium de Lausanne, elle affiche près de 100 kilos, soit plus de 20 kilos de surpoids. Depuis trois semaines, elle a en effet pris ses quartiers derrière l'une des vitres de l'établissement lausannois. Entouré de congénères, ce serpent jaune et blanc d'origine asiatique donne l'impression d'être un géant dans un monde de Lilliputiens; la différence est saisissante...

«En plus d'être très massif, il a une belle taille, avec 6,50 mètres sous la toise. C'est incontestablement le plus gros python tigre albinos de Suisse, et l'un des plus imposants serpents à être exposé dans notre pays. Avec ses rondeurs, il a davantage l'allure d'un anaconda (qui peut toutefois atteindre les 250 kilos, ndlr) que d'un python, dont la forme est normalement rectangulaire et l'allure élancée!» déplore Jean Garzoni, herpétologiste et directeur du vivarium. Un locataire exceptionnel à qui l'on est en train d'aménager un terrarium à la mesure de ses mensurations.

Ce nouveau domicile contrastera fortement avec le précédent, comme a pu le constater le spécialiste: «Nous sommes allés le chercher en Italie, tout près de la frontière tessinoise, chez une femme qui recueille toutes sortes d'animaux abandonnés. Il se trouvait dans un terrarium trop petit, où il n'arrivait presque pas à bouger. Cette dame l'avait elle-même récupéré auprès de sa propriétaire italienne, séparée de son conjoint, qui n'arrivait plus à le gérer! Une fois de plus, les acquéreurs de ce serpent avaient une méconnaissance flagrante de l'animal qu'ils s'étaient procuré... Au lieu de le nourrir tous les trois mois, ils lui ont donné, pendant près de quinze ans, un rat tous les quinze jours. A partir de 4 ans, l'âge adulte, il a arrêté de grandir pour ne faire que grossir!»

Créer une formation de base

Le plus gros problème n'était cependant pas ces repas gargantuesques, mais la chaleur constante de son terrarium, qui a créé chez lui des obligations alimentaires. Car s'il n'avait pas fait si chaud, il n'aurait même pas touché à ce surplus de nourriture. Ajoutez à cela l'exiguïté de son habitat et vous avez la raison de son excédent pondéral.

«Ce genre de serpent, n'étant ni rare ni venimeux, est vendu sans qu'il y ait besoin d'une permission préalable. De toute façon, pour obtenir une autorisation cantonale, il s'agit avant tout de mettre la main au porte-monnaie! Il devrait y avoir une formation de base obligatoire pour les détenteurs d'animaux exotiques, venimeux ou non...» insiste Jean Garzoni, qui doit trop souvent récupérer des animaux en piteux état. «En Suisse, de nombreux particuliers possèdent des serpents obèses. L'exemple de «Nessie», certes extrême, est représentatif de cette situation, même si, heureusement, ce surpoids ne met pas la vie des reptiles en danger.»

Mais durant la vingtaine d'années qui lui reste à vivre, l'existence de «Nessie» va changer, tout comme ses habitudes alimentaires, parole de Jean Garzoni et son équipe qui, pour l'occasion, sont devenus des coaches sportifs! «Pour contenir ses envies et ralentir son système digestif, nous avons commencé par la mettre dans un terrarium à température normale, donc plus basse qu'auparavant. Et son prochain repas, certainement un lapin, ce sera pour dans quelques mois.» Cette diète affinera sa silhouette et lui permettra certainement de mieux se sentir dans sa peau. De quitter, d'ici à deux ans environ, ce costume trop étroit qui la boudine au profit d'une tenue taillée à la mesure d'un python tigre!

Petite tortue deviendra grosse...

Les boas et les pythons ne sont pas les seuls à atteindre des dimensions imposantes à l'âge adulte. Chez les reptiles, les tortues sont les premières à pâtir de l'ignorance de leurs maîtres. Car si elles ne mesurent que quelques centimètres lors de l'achat, elles deviennent «monstrueuses» quelques années plus tard, comme le rappelle le directeur du Vivarium de Lausanne Jean Garzoni: «Outre le cas bien connu de la tortue de Floride, qui passe de 5 à 45 cm, il y a celui de la tortue hargneuse. D'une dizaine de grammes pour autant de centimètres, elle se transforme en un mastodonte aux mâchoires surpuissantes de près de 80 cm pouvant peser 25 kilos, voire 50 pour les spécimens les plus gros! On rencontre les mêmes difficultés avec les iguanes. Ces animaux très sociables sont achetés à une vingtaine de centimètres et finissent par mesurer deux mètres.» Outre ces problèmes de dimensions, surviennent des problèmes de santé, explique le spécialiste. Chez l'iguane, par exemple, des conditions de détention inadaptées et une nourriture déficiente en oligoéléments entraînent des déformations de la colonne vertébrale.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Maaxtal 294 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine