Magazine

La Comète où j'y suis allé

Publié le 31 août 2009 par Mtislav
Très intimidé, je me dirigeais vers la terrasse de la Comète. J'ai tout de suite reconnu Nicolas que j'ai salué. Il ne prononce que des petites phrases très courtes entrecoupées de silence qui brillent d'un humour tout aussi délicieux que ses paroles. C'était une table d'hommes que j'ai immédiatement abandonnée pour celle voisine beaucoup mieux fréquentée. Il y avait là M. Poireau et Mlle Ciguë, deux blogueurs absolument délicieux. M. Poireau ressemble à un détective canaille et Mlle Ciguë, avec une pointe d'accent spoutnik, à sa brillante secrétaire qui résoud toutes les énigmes. Ils étaient interviewés par une journaliste de Bakchich qui posait les vraies questions et à qui je me suis efforcé de donner toutes les mauvaises réponses. M. Poireau m'a d'ailleurs expliqué que les gens ne comprennent pas très bien la différence entre les blogs de blogueurs et les blogs de journalistes. Les professionnels font parfois des erreurs tandis que les amateurs se contentent de fautes d'orthographe. Quand ce n'est pas l'inverse ce qui rend tout approche de la question - métaphysique - délicate. Tenez, notre jeune et charmante amie a écrit "Métapolitic" à la place de "Betapolitique". J'ai cherché à la contacter discrètement pour qu'elle puisse corriger avant que ne soit discréditée sa corporation. Finalement, j'ai décidé de ne rien dire, ne serait-ce que pour la remercier des 14 258 lecteurs qui sont venus visiter ce blog après son lien.
Je suis allé faire une bise à Gaël pour sortir de l'état hypnotique dans lequel me mettait la monture orange de ses lunettes. J'avais oublié qu'au nord de la Loire, on ne s'en tirait pas à moins de trois ou quatre. Gaël est cool mais il est aussi bavard qu'un coffre de banque suisse. Il pourrait jouer dans l'orchestre punk qu'ont fondé vos enfants et dévergonder votre fille car c'est un beau gosse. Et cette monture orange fait tourner les têtes. Oui, votre fils aussi, soyons ouverts sur les sujets de société. Ou vos deux filles. Bref. 
Il y a eu un énorme courant d'air, c'était Hypos qui vit à 180 km/h en agglomération.
Un peu plus tard, j'ai rencontré le Privilégié, avec qui nous avons parlé, aussi incroyable que cela semble, de blogs. Et de ses camarades des Trois Bills (dont j'ai regretté l'absence). Vogelsong (dont je redoutais la présence) n'était pas loin, attendant que tout le monde ait le dos tourné pour, conformément à l'éthique des avants-centres, me mettre une tête. Il tenait dans les mains une mystérieuse serviette en skaï de couleur. Que pouvait-elle bien contenir ? Nous sommes parvenus chacun à trouver la profonde humanité qui est en nous pour parler des vrais problèmes. Falconhill a fait une entrée époustouflante de radical-soc dans un comice agricole (nos mains se sont serrées).
Entre temps, j'ai fait un peu mieux connaissance de Lucia Mel et d'Audine. J'étais ravi d'être là simplement. Quelle belle soirée ! Audine m'a expliqué qui était Fiso, qu'elle avait lancé une ligne de sous-vêtements qui marchait très bien, qu'elle était très connue (nos âmes ne se sont pas effleurées).
Je ne voulais pas que la soirée s'écoule sans rencontrer Tonnégrande, le Vieux Jacques ou d'autres habitués de la Comète. Je me suis donc dirigé vers le zinc. Jacques Rosselin, le patron de Vendredi, tentait de circonvenir Mrs Clooney : il a offert sa tournée. J'ai donc commencer à goûter le rouge pas mauvais du tout qui allait nous être servi à table.
En terrasse, je suis allé saluer une brochette de blogueuses (CC, Circé, Olympe, AnnieDay). Guy Birembaum s'est présenté. Birembaum ? Je me suis creusé la tête car cela me disait quelque chose mais avant même d'être parvenu à établir une petite connexion électrique dans ma boîte crânienne, Guy m'avait plaqué au sol, passé une paire de menottes. "Moi, je te connais p'tit gars !" Inutile de vous dire que je n'en menais pas large. J'ai pensé que c'était la brigade anti-criminalité du K.B., en tout cas, j'étais tombé sur un dur. J'ai jeté des œillades désespérées autour de moi. Yann Savidan ne décollait pas de son fauteuil. S'il y en avait un pour me sauver, ce serait Sarkofrance mais bon une garde à vue de plus ou de moins...  Et là, je l'ai vu. Le genre d'homme qui vous font  murmurer au fond de vous même "ah quel bel homme", c'était Oh!91
J'ai murmuré Adieu la peine et le plaisir Adieu les roses / Adieu la vie adieu la lumière et le vent
J'étais sauvé mais pas de la saucisse aligotée qui allait nous être servie. Le silence a été immédiat lorsque Nicolas a fait résonner le dos de sa cuillère sur son verre en cristal à bière. Il a alors entamé un discours fleuve qui donnerait envie à Fidel Castro de s'établir en Floride, vivre en pyjama et fumer des Pall-Mall. Il s'en pris avec la plus grande virulence aux blogueurs littéraires, une vraie plaie, il faut le reconnaître. Marie-Georges était un peu en retard, à peine apparue, la voilà qui s'empare de tous nos sens pour nous rappeler comment s'énonce la théorie de la valeur marxienne (étant donné le capital C et la valeur V, C se jette sur V, etc.). Nicolas trépigne, frappe du poing sur la table, demande qu'elle reprenne deux comprimés de Lexomil. Marie-Georges n'en a cure, elle vogue dans les couloirs du métro en claquant des doigts pendant qu'Intox 2007 swingue "waves, waves, waves..." J'oubliais, son décolleté, je n'ai plus le temps d'en parler.  Trub papotait tellement avec Eric qu'elle en a raté sa station, Gularu aussi.
 Vogelsong m'a servi un temps de garde du corps jusqu'à ce nous nous quittions près de Stalingrad. Il est parti avec sa mystérieuse sacoche de couleur. Les passants qui nous croisaient comprenaient immédiatement qu'il ne pouvait s'agir que d'une cargaison extrêmement précieuse. Poudre blanche ? Argent sale ? A la vérité, elle était de taille à contenir une centaine de feuillets de format A4. La quantité de papier exacte pour le brouillon de son prochain billet.  

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Mtislav 79 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte