Magazine

Le rasoir d'Ockham

Publié le 31 août 2009 par Homelaet

Le rasoir d'Ockham

rasoir
Résumé : Ari Mackenzie, analyste atypique et controversé des Renseignements généraux, est confronté à la plus extraordinaire et la plus violente affaire de sa carrière.
Dans l'ombre, un groupe occulte est prêt à tout pour découvrir le secret des pages manquantes du célèbre carnet de Villard de Honnecourt, un manuscrit du XIII° siècle.
Ari saura-t-il arrêter ces fanatiques sans scrupule avant qu'ils ne mettent en place leur sinistre dessein ?

Extrait : Quand il entendit s'enfoncer doucement la longue et large aiguille dans l'arrière de son crâne, Christian Constantin comprit qu'il allait mourir d'une atroce manière.
Et cette lumière, de plus en plus éblouissante.
Allongé sur la table en chêne, cela faisait longtemps déjà qu'il ne pouvait plus bouger. Le paralysant qu'on lui avait injecté était redoutablement efficace et particulièrement vicieux : Christian Constantin était conscient de tout ce que l'on faisait subir à son corps, à sa chair, à son crâne, mais sans pouvoir lutter. Il ne pouvait pas même laisser s'exprimer la lueur panique qui l'envahissait pourtant de façon si violente.
On avait attaché ses mains et ses bras, au tout début sans doute, avant que le produit ne fasse effet, et à présent il ne parvenait plus à déplacer une seule partie de son corps. Il ne pouvait qu'assister, impuissant, à son lent assassinat. Ne pas comprendre, ne pas savoir qui le contrôlait et pourquoi, était la plus cruelle et la plus barbare des tortures, bien plus effroyable que l'idée de la mort elle-même.

L'avis de Dazboness : Mysticisme et occultisme, secret et complot ; voici donc les bases de ce roman, premier d'une série au héros peu ordinaire (même pour un roman policier) : un analyste de la police totalement réfractaire à la technologie moderne.

Tout d'abord, le roman repose sur le style éprouvé de Henri Loevenbruck, facile à lire et très bien construit d'un point de vue narratif. Ensuite, l'auteur ne se contente pas de résoudre un crime mais emmène son personnage au plus profond de lui-même. Enfin, l'aventure en elle-même va bien au-delà de la trame policière, au -delà de ce simple ouvrage.

L'auteur fait ici preuve d'une originalité surprenante quant à la direction qu'il donne à une histoire portant un tel fond de mysticisme et de références obscures et occultes (fond par ailleurs très bien documenté). Car au lieu de la facilité actuelle à invoquer les franc-maçons ou les trésors perdus des Templiers (effet de mode redondant), Loevenbruck aborde une autre société cultivant le secret : les Compagnons du devoir.

Passé la surprise, on apprécie d'autant plus le mélange entre l'écriture à l'anglo-saxonne et le décor français.

Auteur : Henri Loevenbruck
Editeur : J'ai Lu
Prix : 8 euros
Nombre de pages : 535


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Homelaet 129 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog