Magazine

De la faculté d'entreprendre

Publié le 01 septembre 2009 par Alexandre Tizel

La réussite n'est pas donnée à tout le monde

De la faculté d'entreprendre

Quand on interroge les petits français, on s'étonne souvent qu'ils aspirent bien plus souvent à être fonctionnaires qu'à créer leur entreprise. Étonnant cet apparent manque d'ambition de notre jeunesse, qui se traduit d'ailleurs de la même façon dans toutes les strates de la sociétés. Les français - et j'en fait parti - aspirent souvent plus à la sécurité qu'à la prise de risque. Cela ne les empêchent pas d'envier - parfois de façon assez virulente - ceux qui réussissent, ceux qui ont eu le courage de prendre des risques.

Sans aller jusqu'à monter une entreprise, je m'étonne parfois du manque d'ambition de certains de mes compatriotes, qui préfèrent souvent se contenter de leur salaire, sans chercher à améliorer leur quotidien. Qu'on leur propose de travailler un peu plus pour gagner plus, et ils vous feront remarquer que leur partie de pétanque du Samedi, c'est sacré, et qu'ils n'iront pas travaillé exceptionnellement pour manquer cela. C'est un choix, certes, mais ces mêmes personnes vont venir vous reprocher - à mots cachés - quelques minutes plus tard - de gagner votre vie de façon bien plus confortable qu'eux.

Pour bien gagner sa vie, il n'y a pas de miracle : soit on a la chance de gagner au Loto, soit il faut travailler. La seconde solution est plus sure, mais elle reste tout de même aléatoire. Car - je ne vous apprendrais rien - dans la vie professionnelle, en matière de rémunération, les injustices sont reines. Difficile en effet d'évaluer la valeur d'un ouvrier : son travail ne se valorise pas beaucoup dans notre société, alors qu'il se ruine parfois la santé au travail. Difficile d'évaluer la valeur d'un cadre : il gagne - parfois - bien sa vie, mais a fait de longues études qui le conduiront a terminer sa carrière bien plus tard. Les fonctionnaires - parait-il - gagnent peu, pourtant la sécurité de l'emploi dont-ils bénéficient a une immense valeur.

Entreprendre n'est pas donné à tout le monde. Réussir encore moins. J'admire les gens qui sont capables de créer leur entreprise, de se fixer des objectifs, et de tout faire pour réussir. Se confronter à d'autres, gérer des clients, gérer la concurrence, tout en faisant évoluer sa spécialité, sa capacité d'innovation. Ceux qui prennent des risques, faisant parfois peser ce risque à toute une famille. Quand ils réussissent, ils gagnent correctement leur vie. Quand ils ratent, ils perdent tout, mais beaucoup ont la capacité et la volonté de remonter la pente. Bravo... Quand ils explosent, ils peuvent gagner énormément d'argent, mais cela reste assez rare. Beaucoup les regardent alors avec un regard suspicieux, car réussite rime pour beaucoup avec magouille et malhonnêteté. Pourtant, je connais des entrepreneur honnêtes. Ils sont en proportion, au moins aussi nombreux que les gens honnêtes dans la vrai vie... A ceux qui les envient, remontez vos manches et faites ce que je ne me sent pas capable de faire : ayez la volonté de monter votre entreprise, confrontez vous à l'administration, aux autres, apprenez à créer, gérer, innover, apprenez à prendre des risques pour sortir gagnant, sans oublier un seul instant qu'on ne peut gagner à chaque fois et que le succès est parfois éphémère.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Alexandre Tizel 59 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte