Magazine Humeur

Racines des différences

Publié le 07 septembre 2009 par Jlhuss
Benjamin réagissait à la note ‘Les”cousins” d’amérique ‘.

uncle_sam_pointing_finger.1252261904.jpgIl n’est pas question de faire de l’anti-américanisme (primaire ou subtil) mais de relever des divergences factuelles d’analyse liées à l’Histoire

D’abord, non, les États-Uniens ne sont pas nos “cousins” (dans le sens où ils ne nous sont pas proches - malgré l’origine de la plupart des migrants qui ont peuplé les USA dans les diverses phases de leur construction).
Nous ne les comprendrons jamais si nous oublions que ce sont pour la plupart des descendants de fichus individualistes

- ceux qui ont préféré affronter un inconnu vertigineux et des risques incommensurables en émigrant par un aller dont ils savaient qu’il n’y aurait pas de retour quand les autres restaient dans la vieille Europe (ou le vieux Japon, ou la vieille Chine, etc.) résignés à leur sort ou ayant fait le choix de la bagarre sur place pour améliorer leurs conditions de vie, mais en terrain CONNU (ça change tout).

dublin-7.1252262495.jpg
On citera entre autres la terrifiante et relativement récente famine de la “maladie de la pomme de terre” qui fut à l’origine d’un Biafra en Europe, au XIXe siècle: des Irlandais moururent par centaines de milliers ; d’autres se révoltèrent avec peu de résultats ; d’autres enfin affrontèrent les risques d’une traversée longue vers un inconnu total. Ces irlandais ont donné - entre autres, les Kennedy (je ne parle pas des Noirs, parce que c’est un euphémisme, que de dire qu’ils n’ont pas choisi de traverser l’océan pour venir aux USA)
A l’arrivée, darwinisme social effrayant encore: on réussissait ou on crevait de faim ou d’autre chose puisque aucune protection n’était érigée (sécurité, santé, social, etc.).

Et il fallait non seulement “se faire” mais aussi et d’abord survivre dans un pays dont on ne connaissait RIEN sur le plan de la géographie, de la sociologie des habitants déjà implantés ou de leur mentalité… voire de la langue pour 80% des migrants.

grizzly-des-rocheuses.1252262628.jpg
Vous imaginez un habitant de la verte Irlande ou du Japon dans le désert près du lac Salé - ou se coltinant un grizzly affamé dans les Rocheuses?
Ça a donné des gens durs, avec une mentalité à part qui a sa logique - même si elle n’est pas la notre et même si on a du mal à la percevoir.
Le droit constitutionnel de porter des armes, par exemple, tant pour SE défendre plutôt que d’attendre de l’état qu’il nous défende, tout comme pour permettre la révolte contre un état qui outrepasserait ses compétences (un président des USA “putschiste” aurait en face de lui des dizaines de gardes nationales, équipées à peu près comme l’US Army et l’US Air Force, armes nucléaires en moins)
Le cas du système de santé universel? Une bonne partie de ceux qui en bénéficieraient y est opposé au nom du farouche individualisme de l’esprit “pionnier” et de l’optimisme indomptable qui va avec (alors que ce sont de grands bourgeois éclairés qui ont tout à fait les moyens de se soigner qui défendent cette idée) tant qu’on est en bonne santé on ne voit pas pourquoi on payerait - surtout pour les “assistés”
On te laisse facilement te casser la figure, aux USA, mais on te fait aussi davantage confiance. Pas 36 garanties pour te louer une piaule ou t’embaucher. On mettra sans grand sentiment la mère célibataire sur le trottoir si elle n’a pas payé son loyer… mais on lui aura ouvert la porte de son meublé si elle a pu en payer le premier mois.

pionniers-suite.1252262831.jpg
Vendre sa maison pour se rapprocher d’un job mieux payé, mais situé à 2.000km de là? Ça se décide en 5 mn parce que l’attachement au terroir est moindre que dans la “vielle Europe.” Là encore, la mentalité pionnière est bien vivante.
Les innocents exécutés aux USA, où la peine de mort ne fait guère débat: j’ai lu ce matin que deux des membres de la Cour suprême considéraient qu’une exécution d’innocent demeurait “valable” dès lors que le condamné avait “bénéficié d’un procès équitable”.
On voit là le mécanisme de pensée anglo-saxon dans toute sa splendeur à travers cette caricature: tout est fondé sur la compétition. Tu as eu un avocat? Il a pu faire progresser l’enquête? le procureur a gagné le match, Désolé, mon vieux, mais c’est le jeu - dommage que vous ayez perdu (heureusement ces deux juges sont minoritaires… mais qu’ils puisse y avoir deux opinions pareilles dans l’institution la plus vénérée des USA en dit long. Vous imaginez deux gonzes de notre conseil constitutionnel sortir un truc pareil?)

La vieille Europe a mis deux millénaires à forger la mentalité de ses peuples. les USA, un peu plus de deux siècles. Il ne s’agit pas de donner de bons ou de mauvais points, mais de dire qu’on n’est pas dans la même catégorie.
Dois-je ajouter que je retrouve au Brésil - pays que je connais quasiment autant que la France - quelques points communs avec les USA? Cela vaut pour les comportements. Pas pour la législation, parce que “l’administration” brésilienne du siècle dernier fut créée à partir de l’importation de l’administration du “vieux” Portugal occupé par Napoléon, et dont la Cour et les services royaux s’étaient posés à Rio en attendant des jours meilleurs. Et parce que les institutions qui suivirent (empire, puis République) furent calquées sur celles de la “vieille Europe” quand les Institutions des USA ont été totalement innovantes.

Benjamin


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jlhuss 148 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines