Magazine France

Discours de Bayrou: un bipartisme sans la gauche?

Publié le 07 septembre 2009 par Nemo
Discours de Bayrou: un bipartisme sans la gauche?Il y a quelque chose qui doit immédiatement rassurer les sympathisants et militants démocrates, même les plus critiques, c'est que le discours de François Bayrou en clôture de l'Université de Rentrée 2009 a vraisemblablement eu un fort écho au-delà même de la sphère démocrate. Patrick Devedjian en arrive même à penser que le leader démocrate met le bazar à gauche. (Ô hôpital quand tu te moques de la charité...)
J'ai eu moi-même la chance de pouvoir le suivre en direct depuis l'Angleterre sur LCI par le web (merci à eux!). Le discours était long. C'était du François Bayrou. Je dirais même qu'on a retrouvé notre François Bayrou, bien qu'il ait été plus doux à l'endroit du PS sans pour autant marquer une quelconque volonté de se soumettre. Loin s'en faut.
Pourtant, certains craignent - à tort, à mon sens - que le MoDem ne soit aspiré dans le giron du PS, surtout lorsqu'il est souligné qu'existent deux camps. Il ne s'agit guère d'un écueil en ce qu'il ne s'agit pas d'accepter aujourd'hui le bipartisme que l'on dénonçait hier. Non. Il est rappelé ici qu'une majorité est en place et que celle-ci s'inscrit dans le mouvement mondialiste, cette machine à broyer de l'humain. Qu'en acceptant cela, on renonce à l'héritage français qui s'est historiquement inscrit en alternative à cette tendance. Il y a donc bel et bien une majorité et une opposition. Si la majorité est unie autour de modèle de développement des inégalités par le prisme de la monarchie élective, l'opposition n'est aujourd'hui d'accord que...sur son opposition.
Il faut prendre acte aujourd'hui qu'il ne s'agit pas de dénoncer la bipolarisation de la vie politique mais bien de constater l'obsolescence d'un affrontement politicien plus qu'idéologique entre d'un côté, une droite UMPiste amalgamant tout et n'importe quoi depuis le "centre-droit" jusqu'aux nationalistes en passant par les eurosceptiques et ultra-libéraux et de l'autre, une gauche rose-rouge incapable de s'accorder sur une projet de société en ce que les anticapitalistes et les antilibéraux cotoient de nombreux socio-démocrates.
Faire bouger les lignes, c'est accepter la "troisième voie", celle du projet démocrate qui s'inscrirait entre la gauche antilibérale et la droite des inégalités. Ce projet est à même à mon sens de fédérer une large majorité de Français pour peu que les partis cessent de s'enfermer dans des postures idéologiques et dans le sectarisme. N'en déplaise à mes copains blogueurs de gauche.

J'ai d'ailleurs relevé trois concepts essentiels intelligemment posés par le Président du Mouvement Démocrate et que la cellule de communication serait bien inspirée à en vendre le concept dans les semaines à venir.
L'Offre Publique de Dialogue: Refuser les postures, accepter que nul ne détient la Vérité, réfléchir à un nouveau modèle de société. Voilà quelle est la responsabilité des partis d'opposition. L'occasion idéale de rappeler à Martine Aubry et autre Benoît Hamon qu'un rejet a priori de discussions avec le MoDem n'est ni plus ni moins que du sectarisme ou du calcul politicien.
L'Alternance Crédible: l'Hérétique aime ce qu'il en a entendu. J'applaudis personnellement avec enthousiasme. L'alternance, certes mais pour en faire quoi? Ceci est un plaidoyer pour ne pas se contenter de se retrouver autour de l'antisarkosisme. Ce dernier ne saurait perdurer que parce que le projet de société que nous défendons s'y oppose frontalement.
Le Centre Progressiste: le terme "solidarité" a été certainement l'un des plus utilisés dans ce discours. A la fois, solidarité verticale celle entre générations, et solidarité horizontale, celle entre citoyens de même génération. J'ai un moment eu la crainte d'entendre un discours se gauchiser. La solidarité ne saurait être notre unique boussole.
Heureusement, dans les fondements idéologiques développés en douze points, le deuxième mentionne:
"Il n’y a pas de solidarité sans liberté. Les citoyens doivent être protégés dans leur liberté individuelle et leurs libertés collectives."
Ceciest pour moi l'expression-même de ce qu'est le courant démocrate. Libéralisme et humanisme, ce qui nous a fondé notre République Française: Liberté, Egalité, Fraternité.
En attendant, d'autres continuent leurs tractations politiciennes...l'UMP envisage de s'allier avec les Verts... Comme si on ne l'avait pas vu venir.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Nemo 23 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte