Magazine Société

Suicide chez France Télécom

Publié le 07 septembre 2009 par Christophefaurie

Vingtième suicide chez France Télécom. Les conditions de travail de l’entreprise sont-elles en cause ? On m’a parlé de la question il y a quelques temps. La situation serait pire que ce que l’on pense : on ne compte que les suicides qui réussissent, il y en aurait qui ratent (on m’a cité le cas d’une personne dans le coma). La cause évoquée était des changements d’affectation incessants.

En fait, toutes les grandes organisations que je rencontre actuellement (public, parapublic, privé) se plaignent de mêmes maux : malaise, stress, souffrance, cadres intermédiaires qui ne communiquent pas, personnels jamais informés, employés qui se disent pris dans une sorte de « mouvement brownien » qui rend leur travail éreintant, voire impossible…

Cela provient d’un dysfonctionnement organisationnel résultat d’une mise en œuvre de changements qui ne tient pas compte des réalités de terrain (le changement se résume à un ordre). Dans le public, l’hyperactivité du gouvernement, à la recherche de résultats immédiats et qui ne semble croire qu’à la menace, serait un puissant facteur de désorganisation. Chaque couche de management évacue son stress sur la couche inférieure. Le mouvement s’arrêtant quand il n'y a plus d'échappatoire.

Mon interlocuteur de France Télécom pensait que ces changements incessants étaient voulus et visaient à contraindre les personnels à la démission. En réalité la souffrance de l'organisation peut aussi bien s'expliquer par l'incapacité à la conduite du changement d’un management qui n’a pas été préparé à ce nouveau métier, et par une organisation (de type bureaucratique) qui n'est pas conçue pour changer.

Curieusement, ces maux ont une solution relativement rustique et qui ne coûte presque rien, et qui ne demande pas au dirigeant ou au gouvernement de changer de comportement : il faut apprendre aux équipes à prendre en main leur sort (à faire un diagnostic des dysfonctionnements, puis à leur chercher des solutions) ; il faut aussi un mécanisme de communication qui permette de transmettre des demandes de moyens, en bon ordre, à la direction. À noter que ces moyens sont généralement extrêmement faibles : il s’agit surtout d'un besoin de coordination entre services, auxquels l’organisation hiérarchique traditionnelle ne permet pas de communiquer.

Compléments :

  • Il semblerait que la direction de France Télécom nie le lien entre suicide et conditions de travail. Elle n’a pas totalement tort : comme l’a expliqué Durkheim, si le suicide est un fait social, il ne concerne que des types de personnes qui présentent des caractéristiques favorables. Par exemple, le dernier suicidé était un célibataire fortement impliqué dans son travail. Il aurait combiné deux conditions repérées par Durkheim (et que je ne pensais pas pouvoir se mélanger, d’ailleurs) : à la fois très attaché à France Télécom, donc très affecté par ses transformations, et célibataire, donc en marge de la société, donc sans secours (anomie). DURKHEIM, Emile, Le suicide : Etude de sociologie, PUF, 2007.
  • Une autre opinion sur le stress au travail : A lire absolument.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Christophefaurie 1652 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine