Magazine Société

Thierry Henry : une Diva si conformiste…

Publié le 07 septembre 2009 par Pensezbibi

thierry-henry-

On est bien trop gentil avec la Diva Henry : ça y est, une fois encore, il aurait fait un bon match… Ah bon ? Et il commence à s’énerver contre Domenech-qui-a-bon-dos. Henry veut faire diversion sur la personne du Sélectionneur : trop facile mon p’tit gars. Déjà, Henry n’a pas la carrure d’un Cantona ( sur et hors du terrain). Et surtout qu’il ne joue pas trop au Rebelle, ce Footballeur si conformiste, car il ne pourrait pas devenir un jour… le remplaçant de Domenech (c’est son voeu secret). La frileuse Fédération n’apprécierait pas.

Parlons plutôt un peu de ses prestations en Equipe de France….

Aujourd’hui dans l’Equipe il y a une analyse (pour une fois) assez juste de l’incapacité de notre attaque à marquer. Pour BiBi, l’archétype de cette impuissance, c’est Henry : toujours à attendre les ballons, les bras souvent en l’air pour contester les décisions arbitrales, jamais de hargne dans le dernier pas et le dernier déplacement dans la surface, peu de poids sur son adversaire direct et surtout zéro pour le replacement défensif sitôt le ballon perdu – Anelka et Benzéma sont hélas de la même veine. Et que dire de Gallas, incroyablement à l’abri lui aussi de toute analyse ?).

Il est quand même incroyable que les critiques sur le jeu d’Henry en Equipe de France soient interdites alors que ses faiblesses crèvent l’écran. Bien sûr, BiBi entend déjà les critiques sur sa critique : Henry a le plus beau palmarès (c’est incontestable) de tous les footballeurs français (c’est incontestable bis) etc. Mais, là, BiBi évoque ses prestations en Equipe de France où il échappe toujours à la critique, où il n’est jamais interpellé sur ses faiblesses (BiBi préfère l’élégance argentine, le poids et le danger que représente un Lissandro, la recrue lyonnaise par exemple)

Et qu’on ne parle pas d’Henry au Barça : il n’y a pas de comparaison possible avec ses prestations en Espagne (où la critique – à juste titre – déplorait son peu de souci défensif et son rôle de diva). Au Barça, il y avait Etoo, joueur tonique qui sautait sur tout ce qui bougeait, il y a l’incomparable Messi et l’exceptionnel milieu de terrain catalan Iniesta pour délester Henry d’une partie du travail.

BiBi pense que ce silence sur son rendement et que son coup de gueule bien bien timide contre Domenech (pour faire diversion et fuir ses responsabilités de meneur de jeu) préparent l’entrée en fonction future de «Titi sélectionneur»…

Ou alors, deuxième hypothèse : puisqu’à part Gourcuff, monté bien vite en épingle (laissons le s’épanouir), il n’y a pas assez de « vedette » française pour faire vendre les journaux sportifs, on élève toujours un peu plus Henry au pinacle.

Seulement, la réalité possible, c’est de se retrouver le nez dans le gazon pendant que les Serbes découvrent la beauté de l’Afrique du Sud.

Photo : teemix.aufeminin.com


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pensezbibi 210 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine