Magazine

La fin de Jet Republic suscite beaucoup de questions

Publié le 08 septembre 2009 par Flyteamege

Jet Republic n’ira pas à la Fractional Life Expo de Londres mi-septembre comme prévu initialement. L’aventure de cette société s’arrête brutalement après moins d’une année d’existence. Le siège genevois ouvert en juin 2009 sera fermé prochainement.

Jet Republic s’était fait connaître en septembre 2008 après l’annonce d’une commande titanesque de 110 Learjet 60, en pleine crise économique et chute du trafic aérien. L’objectif était de concurrencer le leader Netjets en Europe.

Le 20 Août, Bombardier a annoncé l’annulation de la commande des 25 Learjet 60 et des 85 options. Jet Republic avait signé un contrat total estimé à plus 1,5 milliard d’US Dollars.

Jet Republic offrait des services de location et d’acquisition de part dans ses futurs jets privés. « La compagnie espérait placer jusqu’à 25 appareils en France avec un ticket d’entrée de 875 000 dollars (615 000 euros) pour 1/16ème d’appareil. »

Plusieurs explications peuvent être avancées pour comprendre la fermeture précipitée de jet Republic et le fait que Jonathan Breeze, le Directeur général ait été laché pour ses financeurs.

- Le business model de Jet Republic n’était pas viable ? « Les institutions collaborant avec nous sur le financement des avions acquis en copropriété par nos clients ont jeté l’éponge, nous forçant à mettre un terme aux transactions en cours», explique Viktor Popovic, Président de Jet Republic.

- Des concurrents ont savonnés la planche pour accélérer la chute de Jet Republic ? Des pressions ont été exercés sur les financeurs ?

- La finalité du projet suivait un modèle bien connu : créer une société, investir en masse et la couler. Chacun se servant au passage ?

A vous de choisir.

La fin de Jet Republic suscite beaucoup de questions

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Flyteamege 15 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog