Magazine

Douceurs poétiques

Publié le 11 août 2009 par Basan
Chers lecteurs,
J'ai toujours bien aimé la poésie, cet art rigoureux qui donne parfois de bien belles ailes... Voici donc un premier jet, ouvrant par la même occasion un nouveau libellé.
De la méchanceté :
Morveuse catin au teint laiteux.
Ton doux venin tu distilles.
Claquement de tes chaires dociles,
Et de ton con au jus bilieux.
Au calice je bois tel un preux.
Glou glou glou mon gros vit s'émoustille.
Du liquide mon esprit servile,
Va chanter par les marais vaseux!
B.F.R

De la paresse :

Sourire pourrissant aux milles dents gâtées.
D'un bâillement odieux tu nous régales.
De ta langueur si digne de Morphée.
Et les sarcoptes en toi pondent la gale!
Haleine fétide au saut du Léthée.
À l'aurore déjà en fière maréchale,
Tu mènes les chiens de ton doux défilé,
Vers un monceau de matières fécales!

B.F.R

De la dissimulation :

Art des courtisanes aux yeux carnassiers.
Douce pyogénie, berceau du pathos,
Ton voile maudit de pus est paré !
De belles caches te sont ménagées,
Bacille maudite qui broie chair et os,
Au sein des cerveaux par la peur brûlés !
Mais aucun être haï ou aimé,
Ni aucun être mou ou bien féroce
À ta mamelle n'a jamais léché !

B.F.R

De la peur
Froide vapeur et délicieux frisson,
Des nasaux de Satan tout droit exhalée.
Les loups tu transmues en doux moutons,
Et des peaux mates tu tires un jus salé !
Dans nos entrailles tu mitonnes un bouillon,
Mais cette diarrhée s'en va par longues coulées !
Huile odieuse et honnie légion,
Par tes sombres larmes les nerfs sont coupés,
Et les cœurs tu réduis à néant à coups de pilon !
Reste encore l'âme à emballer...
... Mais ses beaux lambeaux rosis par tes canons
Tu préfères sans doute
déchiqueter !

B.F.R

De la haine

Fiévreux délire mort et guerre tu amènes

En les coeurs les plus purs, sans vergogne aucune.

Méduse aux crocs d'acier les chairs tu malmènes,

Ta bave sur les âmes traçant les rancunes

Et tes tétons y distillant quelques peines !

Tes milles verges hérissées sont couleur lune

Scandant un opéra odieux de Amen !

Mais au fond pour toi nous avons tous nos lacunes

Et avec immense furie tu y mènes

Les plus sombres de nos hideuses fortunes !

B.F.R


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Basan 1 partage Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog