Magazine Humeur

Le pouvoir de la délégation (part 1)

Par Oliviernda
Le pouvoir de la délégation (part 1) J’ai posé mon café regardant ces murs blancs et cette fenêtre qui m’invite, un peu trop souvent d’ailleurs, à admirer cette belle ville. Ah ! J’oubliais je dois lui envoyer un mini email lui demandant de me rejoindre. Sans frapper et toujours égal à lui-même je le vois qui rentre. Ha ! Mon cher assistant, je l’aime bien vous savez. « Vous pourrez me contacter sur mon téléphone, m’envoyer un email, ou me joindre de toute autre manière si besoin se fait sentir. Je pars demain et je vous confie l’équipe. Je compte sur vous et d’ailleurs je vous fais confiance, je sais que le bureau est entre de bonnes mains. » Comme ça j’étais parti. De réunion en réunion ce n’était pas vraiment des vacances, mais qu'est-ce que cette ville est belle. En revenant ce matin tout était en ordre, mon bureau était impeccable, j'avais des « post-It » sur l’ordinateur, les clients étaient satisfaits, et je lisais tous leurs messages de satisfaction en pensant aux réticences des africains à déléguer leur pouvoir ne serait-ce que pour quelques minutes.
Tout le monde en Afrique a peur de déléguer
Je ne sais pas pourquoi les africains sont effrayés à l'idée de déléguer, mais ils ont une peur bleue à l’idée de voir quelqu'un occuper leur place lorsqu’ils sont indisponibles. Ont-ils peur que leur « remplaçant » fasse un meilleur travail qu’eux ? Est-ce parce qu’ils veulent être considéré comme les seuls en charge, ceux dont l’absence «ruinerait» la compagnie, la société, le projet ou l'équipe ? C’est ahurissant, mais de nos bureaux de poste, à nos petites entreprises en passant par nos multinationales, tout le monde en Afrique a peur de déléguer.

Si chacun de nous devait compter l’argent, le temps et l’énergie perdues simplement parce qu’une personne supposée avoir un rendez-vous avec nous absente ou indisponible et pas remplacée, on n’en finirai pas de compter !

La poste
Ceux d'entre nous qui ont la chance, ou le malheur, de visiter un bureau de poste en Afrique ont sûrement remarqué qu’il y a très souvent un comptoir pour vendre des timbres, un autre pour téléphoner, et d’autres pour s’occuper des facture, etc... Maintenant, imaginez-vous venir pour téléphoner, mais la personne qui aurait dû être derrière le comptoir téléphone est indisponible mais par contre au comptoir « vente de timbres » les vendeurs ne font absolument rien : que faites-vous ? Vous attendez vous à ce que la personne derrière le comptoir de vente de timbres, ne faisant rien d'autre que se tourner les pouces, vienne automatiquement à votre aide et vous serve ? Non ! Faux et archi-faux !

Le vendeur/euse de timbres vous dira que son travail ne consiste qu’à vendre des timbres, et si vous êtes à Abidjan vous entendrez quelque chose du genre : «en tous cas, il faut attendre ou bien tu passe après, il est sorti… » ; Et tout ça pour passer un simple appel téléphonique.
Si vous venez d’ailleurs et que vous ne comprenez pas cette attitude, vous pourrez toujours discuter et essayer de raisonner votre interlocuteur du jour, votre effort sera vain et comme dirait l’autre « nul et de nul effet ».
Rendez-vous d’affaires
Pour une raison quelconque, le système de rendez-vous d’affaires ne fonctionne pas au sein des entreprises afro-Africaine. Quelques multinationales s’en sortent avec des systèmes de rendez-vous qui marche. Mais pour la plupart des entreprises gouvernementales, ministérielles, de service publiques ou d’appartenance africaine, le système est tel que l'on a simplement tendance à se «glisser» dans le bureau indiqué avec l'espoir mille fois entretenu à coup de fervente prière le dimanche matin de voir la personne requise.

Imaginez un instant que cette personne soit indisponible ? Vous auriez gaspillé temps, argent et énergie pour découvrir avec surprise que vous ne pouvez être aidé parce que la personne avec qui vous aviez rendez-vous n’est pas là ! Cette personne bien qu’étant absente n’aura délégué à aucune autre personne le pouvoir de traiter votre dossier ou ceux de toutes les autres personnes que vous avez vu «agonisant» dans sa salle d’attente.
Parfois, vous avez même téléphoné à l’avance et avez été invité à venir, uniquement pour vous apercevoir que la personne qui vous a demandé de venir est maintenant sortie de son cabinet sans avoir délégué le pouvoir à quiconque de s’occuper de vous, en son nom. Et pourtant, elle était bien consciente que vous étiez en chemin pour le rencontrer.
Déléguer c’est démontrer d une certaine ouverture d’esprit
La délégation est une méthode d'organisation qui consiste pour un responsable à confier à un collaborateur formé et d’accord, la réalisation d'objectifs élaborés en commun en lui laissant une autonomie totale au niveau de la mise en oeuvre et des moyens, dans un cadre prédéfini, en l'assistant dans les difficultés rencontrées et en faisant le point avec lui au niveau des résultats, dans le cadre de procédures de contrôle dont la nature et la fréquence auront été définies avec lui à l'avance.
Ne pas déléguer une tâche parce que vous pensez que vous le feriez mieux que quiconque est une mauvaise excuse. Vous démontrerez votre étroitesse d’esprit et des capacités moindres de management et cela vous rendra seulement la vie plus difficile. A Suivre

Par Olivier N’da

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Oliviernda 38 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte