Magazine Poésie

Une maison perdue entre ciel et fumée (Bernard Dimey)

Par Arbrealettres

3137463843_bf6b58e84a

Une maison perdue entre ciel et fumée
Dressée comme un menhir, face à l’hiver qui vient
Une porte de bois qu’on n’a jamais poussée
Depuis le Moyen Âge et la niche du chien
Un chien qui s’est enfui dans la forêt voisine
Depuis cent cinquante ans et qui hurle à la mort
Pour effrayer de loin la bête pharamine
A l’heure où les sorciers mettent leur nez dehors

Une maison qui sent le lard jaune et les pommes
Avec un grand hibou immobile au grenier
Aussi seul qu’un vieux roi qui ne reçoit personne
Trônant sur des bouquins qui perdent leur papier
Photographies de belles au bois décolorées
Par cent ans de silence et qui sourient toujours
Poitrines de soldats fraîchement décorées
Vieilles dames à chignon au regard de vautour

Une maison de pierre au flanc de la montagne
D’où l’on peut voir la mer en montant sur le toit
Où l’on pourrait se croire quelque part en Espagne
Juste entre la Touraine et la Vallée des Rois
Un jardin tout autour où des milliers d’abeilles
Butineraient des fleurs dont j’ignore le nom
Et qui viendraient le soir chanter à mes oreilles
Leurs secrets, sans souci que je comprenne ou non

Une maison sans rien qu’une lampe à pétrole
Qu’on pourrait voir de loin, à trois heures du matin
Quand l’homme que je suis, retournant à l’école
Aux lignes d’un missel apprendrait le latin
Voyageurs inconnus qui ne sauriez qu’en faire
Achetez-la pour moi, je m’installe demain
Si jamais vous trouvez n’importe où sur la Terre
La maison dont je viens de vous faire un dessin

(Bernard Dimey)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Tu ne m’as pas encore eu cette fois, la vieille (Bernard Dimey)

    m’as encore cette fois, vieille (Bernard Dimey)

    Tu ne m’as pas encore eu cette fois, la vieille. Je t’avais vue venir avec tes gros souliers. A force de me voir faire la sourde oreille Tu t’es aventurée jusqu... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE, TALENTS
  • Sortilèges (Bernard Dimey)

    Sortilèges (Bernard Dimey)

    Dans les jardins de ma mémoire, Sur les eaux calmes d’un étang Où les licornes viennent boire J’ai vu tes yeux se reflétant. J’en redoute les sortilèges Et ne... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE, TALENTS
  • Le singe (Bernard Dimey)

    singe (Bernard Dimey)

    Le singe a vu les hommes naître Insensiblement les yeux morts Et puis lentement se repaître Des animaux aux larmes d’or. L’oeil du singe ouvert sur l’abîme Verr... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE, TALENTS
  • Les étoiles de mer (Bernard Dimey)

    étoiles (Bernard Dimey)

    Si les eaux de la mer, un matin, se retirent, Nous dévisagerons tous les siècles éteints. Le temps sera fini des larmes et du rire. Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE, TALENTS
  • Le gorille (Bernard Dimey)

    gorille (Bernard Dimey)

    Je suis enfant de Dieu mais d’une autre nature. Ma force est souveraine et je ne parle pas, Ma narine est sensible et mon oreille est sûre. Si grand que vous... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE, TALENTS
  • Manque à vivre (Bernard Dimey)

    Manque vivre (Bernard Dimey)

    Mon Dieu, me voilà sans doute arrivé à la fin de moi-même, à deux pas de la fin, je le sens, je le souhaite et j’en ai peur et je m’en réjouis d’avance comme... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE, TALENTS
  • L’âge d’or est pour demain (Bernard Dimey)

    L’âge d’or pour demain (Bernard Dimey)

    L’âge d’or est pour demain, je n’attends plus que lui pour venir… Et quand je serai parmi vous, je m’installerai le cul par terre et je commencerai à me gratter... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE, TALENTS

A propos de l’auteur


Arbrealettres 2788 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines