Magazine

District 9 : une claque inattendue…

Publié le 15 septembre 2009 par Mrtyler

…qui signe la fin d’une période de silence pour moi =)

D-9

*Alerte Spoiler : je développe et explique pas mal le synopsis du film!*

Autant rentrer directement dans le sujet, avec District 9 on se retrouve en présence d’un OVNI cinématographique au vue des productions ces derniers temps, et justement les extraterrestres c’est un peu la charnière centrale du film…

L’histoire commence 28ans plus tôt quand des extraterrestres (en forme de crevettes) entrèrent en contact avec la Terre qu’ils ont choisit, étant dans un sale état, pour faire une pause dont ils ont bien besoin. Ils se mettent dont en lévitation avec leur énorme vaisseau au dessus de Johannesbourg et les humains envoient la cavalerie sur le vaisseau des réfugiés pour finalement transférer tout ce petit monde (genre 1million d’alien rien que ça) dans le District 9, un camp super sympa juste pour eux…

No Humans

Les crevettes ne peuvent sortir par elles même de leur vaisseau au début car une infection à touchée l’ensemble du vaisseau et tous les dirigeants et têtes pensantes de leur espèce sont morts…Ils sont en quelque sorte réduit à un retour en arrière, affaiblis, même si le perso principal alien va faire preuve de plus d’intelligence que la moyenne au cours du film!
Finalement, les différentes Nations ne savant pas quoi faire d’eux, la gestion de la situation est transférée au MNU (Multi-National United), une société privée qui n’a pas grand-chose à faire du sort de ces créatures, mais qui vise d’énormes bénéfices grâce à leur armement qui dépasse de loin celui des humains.

20ans plus tard toutes les tentatives pour réussir à utiliser leur technologie ont échouées, il faut de l’ADN extraterrestre pour utiliser les armes…
La tension monte entre les créatures et les humains lorsque le MNU commence à vouloir évacuer les non-humains du District 9 vers un nouveau camp 200km plus loin, le premier étant devenu un véritable dépotoire, les humains habitant Johannesbourg ne supportant plus les aliens…
Ils envoient alors des agents de terrain s’occuper de leur transfert. D’ailleurs on ne comprend pas de suite la situation qui parait improbable, les « prawns » comme sont surnommées en VO les bestioles du fait de leur apparence assimilable à des grandes crevettes semble ne rien comprendre et leur faire signer un papier apparait comme ridicule, mais on comprend ensuite qu’en 20ans les humains ont réussi à établir le dialogue avec eux et que l’échange peut se faire, malgré une réticence plutôt claires de certains aliens

:D

L’agent à la tête de l’opération, Wikus van der Merwe alias Sharlto Copley, illustre inconnu qui jouera prochainement le rôle de Looping dans l’adaptation de la série TV « L’Agence tous risques » et qui ici joue son rôle à merveille, contracte un virus extraterrestre qui se met à modifier son ADN, le transformant en ‘fockin’ prawn’, mutation qui fait penser au film « La mouche » de Cronenberg.
Wikus est à présent l’homme le plus recherché de la planète, il est capable d’utiliser la technologie des crevettes, il est la clé qui permettra d’en percer le secret!
Traqué, il n’a qu’une solution, se diriger vers le District 9, et là après un démarrage centré autour de pas mal de dialogues, pour mettre tout en place, commence enfin le film dans sa partie action…

Wikus

Ce qui frappe d’abord dans District 9 c’est qu’on se demande si on regarde le bon film ou si il y a les commentaires activés en même temps…Le réalisateur, Neill Blomkamp, dont c’est le premier long métrage film caméra à l’épaule, comme dans Cloverfield, sans révolutionner le genre mais le spectateur est plongé dans l’action de manière si réaliste qu’on croirait à un faux documentaire! D’ailleurs on à le droit à toute sorte de plans qui contribuent à cet effet, caméra de surveillance, caméra médicale, JT en direct…
Les effets spéciaux sont plutôt bon, surtout quand on sait que le film, produit par Peter Jackson, n’a bénéficier d’un budget de « seulement » 30millions de $ (face aux 315 millions annoncés pour « Avatar » de Cameron on est à des années d’hyper sommeil

:D
)
L’ambiance rendue est géniale, on peut aussi faire le rapprochement avec le jeu Half Life, notamment les armes alien, dont le rendu à l’écran est jouissif!

Outre ces aspects SF le film est clairement une parabole politique et sociale assumée autour des crevettes laissées pour compte, rappelant (parfois peut-être trop, le réal est sud africain ceci explique cela) l’Apartheid en assimilant la population noire par celle des aliens. Le message est tout de même intéressant, incluant le fait que l’humanité est de plus en plus pourrie, notamment dans les hautes sphères, comme cette multinationale qui ne vise que les profits au détriments d’un respect élémentaire de la vie…
Le personnage principal est tiraillé entre son appartenance au genre humain et le fait qu’il est considéré comme un rat de laboratoire et traqué, face à des extraterrestres qui, après contact prolongé, ne sont finalement pas si détestables que ça, il y a d’ailleurs un anthropomorphisme marqué des aliens qui ne m’a perso pas dérangé, et j’ai bien aimé la relation père/fils crevette…Le final, émouvant, rappelle que la tolérance est une valeur qui nous parle à tous, même si beaucoup l’oublient…

District 9 est donc un film de science fiction, d’action et de réflexion sur la société, mêlant les genres à merveille, bref un bijou qui fait bien plaisir, à voir absolument en VOST pour apprécier l’accent et les répliques délires de Sharlto Copley!

Post to Twitter
Post to Facebook


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Mrtyler 29 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte