Magazine

Emprunt -Dette – Sarkozy – Prospective!

Publié le 29 août 2009 par Aldebx

Si Henri de Navarre ne connaissait pas l’emprunt d’Etat, depuis lors il a fait “recette”avec nos nouveaux gouvernants.

Bon je vous propose de nouveau cette vidéo, trop marrante et tellement d’actualité

Emprunt -Dette – Sarkozy – Prospective!

Dernière info par

ÉRIC LE BOUCHER(cliquez-moi)

(Source les Echos: L’emprunt Guaino)

Relevons les défis, soit; Mais…………

Relever les défis « de l’économie de la connaissance », « de la compétitivité de nos entreprises » et des « équipements industriels innovants » : Nicolas Sarkozy a défini les grandes destinations des investissements que l’Etat entend réaliser grâce au grand emprunt. Mercredi 26/8 à l’Elysée, il a installé la « Commission sur les priorités d’avenir financées par l’emprunt », co-présidée par les deux anciens Premier ministre Michel Rocard et Alain Juppé et plus communément désignée sous le vocable « commission grand emprunt ». Parmi les questions posées figurait celle de l’utilisation des fonds. Le président de la République a repris l’idée générale déjà évoquée lors de l’annonce de l’emprunt devant le congrès en juin à Versailles. « La finalité ultime de ces investissements, c’est de répondre aux besoins de la France de demain, a-t-il expliqué. Il n’y a pas de place pour des dépenses de circonstance, des impératifs à courte vue ».

Emprunt -Dette – Sarkozy – Prospective!
CLIQUEZ L’IMAGE SOURCE L’ELYSÉE (Discours complet)
Le montant dans le flou de la dette

Ayant fixé les trois grandes orientations, le président affirme vouloir laisser le champ libre à la commission. Faut-il investir dans « l’énergie solaire, les énergies marines, la fibre optique, les nanotechnologies, le stockage de l’énergie électrique, les biotechnologies »« C’est à vous d’y réfléchir, en fonction d’une appréciation objective des perspectives de ces secteurs, et du potentiel de la France à s’y imposer et y créer des emplois » a-t-il lancé au vingt-trois membres de la Commission, en présence du premier ministre, de la ministre de l’économie et de ses secrétaires d’Etat au travail et au budget. Le président a toutefois exclu des champs d’utilisation de l’emprunt, les transports et l’énergie, déjà servis en investissements selon lui dans le cadre du Grenelle et du plan de relance.
Autre question faisant débat depuis plusieurs semaines, celle du montant de l’emprunt. Là encore Nicolas Sarkozy n’a pas souhaité fixer de règles. Estimant que « depuis des années, notre pays n’a pas assez investi dans l’avenir », il a averti les membres de la commission : « je ne bornerai pas la liberté de votre réflexion à un cadre budgétaire précis. Le montant de l’emprunt national dépendra des besoins que vous allez identifier, et de la capacité d’endettement que nous aurons ». Ceci étant, en évoquant « la capacité d’endettement » du pays, il a aussi montré les limites de l’exercice. Selon l’Insee avec 1 414 Md€, la dette publique devrait représenter près de 72% du PIB en 2009. Elle pourrait même être supérieure à cette prévision, puisque le député Gilles Carrez, rapporteur général UMP de la commission des finances, l’estimait il y a quelques jours à 77 %.

http://accel9.mettre-put-idata.over-blog.com/500x349/2/15/21/39/PAYSAGES-DES-LANDES/photo-EHAYE-emprunt-russe3-copie-1.jpg
cliquez l’image lire Wiki pour info, comme on ne se pousse pas au portillon afin d’expliquer parfois l’inexplicable

-
Emprunter sur les marchés la solution la moins coûteuse

Mercredi, les deux anciens premiers ministres se sont également exprimés sur la question. Alain Juppé a souligné sur RTL qu’il n’y a pas seulement la dette, mais également « la dépense publique qui est très élevée, aux alentours de 54% par rapport à la richesse nationale ce qui est une sorte de record mondial”. Pour lui la France a besoin « d’un emprunt différent, un emprunt qui serve à enrichir la nation”. De son côté Michel Rocard s’est exprimé sur Europe 1. “Cela fait pas loin d’une quinzaine d’années que tous nos gouvernements gèrent à l’économie comme on dit si bien. Quand on gère à l’économie, c’est simple, on fait l’obligatoire, on suit les dépenses qui sont appuyées par une pression électorale forte et on laisse tomber le reste ». Et dans le reste il évoque « la défense, l’innovation, la recherche scientifique et l’enseignement supérieur”.
Comme le Maire de Bordeaux l’ancien Premier ministre de François Mitterrand affiche sa détermination. Mais ni l’un, ni l’autre n’a avancé un chiffre quant au montant de l’emprunt. La commission proposera des montants en fonction de plusieurs hypothèses a laissé entendre Alain Juppé. Les deux hommes n’ont pas donné non plus d’indication précise sur le mode de collecte de l’emprunt. Emprunt sur les marchés financiers ou emprunt auprès des particuliers ? La question reste à trancher mais les économistes font dores et déjà valoir qu’il en coûterait moins cher à l’Etat d’emprunter sur les marchés plutôt que de faire appel à l’épargne.

Question de réalisme économique

Compte tenu des données économiques, la somme avancée depuis juin de 100 M€ est sévèrement critiquée par de nombreux économistes. Mais c’est l’idée même du grand emprunt qui est mise en cause par cartains. Elle l’est aussi jusqu’au sein de la majorité présidentielle. Dans un entretien à Paris Match, Alain Lambert, vice-président UMP de la commission des finances du Sénat et ancien secrétaire d’Etat au budget sous Jacques Chirac, qualifie l’emprunt de “contraire au réalisme économique ». “Il vaudrait mieux lancer une vaste opération de concessions au privé des grandes infrastructures stratégiques”, suggère-t-il.
Nicolas Sarkozy a indiqué pour sa part que la commission consulterait « l’ensemble des composantes de la société française et ses représentants, les parlementaires, les représentants des entreprises et des salariés, les acteurs des grands domaines d’avenir ». La commission, elle, devra remettre ses conclusions avant le 1er novembre.

Quelques liens sur ce sujet: Travaillons la Toile “Net Attitude”, merci

Objectif Liberté de V.Bénard: Grand emprunt d’état : ces farceurs qui nous gouvernent…

Le journal d’Alain Dumait: ON NE PEUT PLUS FAIRE CONFIANCE AUX ETATS !

L’IFRAP: Grand emprunt national – Comment éviter le gâchis ?

L’Institut Montaigne: Grand emprunt national : où devrait aller l’argent ?

Contribuables Associés: Grand emprunt national : et puis quoi encore ?

Sarkostyle: Un emprunt bien peu opportun

Chefs d’entreprise.com: Emprunt national : les dirigeants de TPE ne sont pas convaincus

Les Echos.fr (Blog): Emprunt national : pourquoi je suis sceptique…

Le blog d’Alain Lambert: Emprunt national : une vielle idée qui appelle de nouvelles pratiques !

Restons correct svp: Rien ne se perd, rien ne se crée…

Blog de la Droite Libre: La France a besoin de vous par Roger Saint Pierre – Ligne Droite

Le blog d’Aurélien Véron (PLD): L’emprunt obligatoire, la goutte qui fait déborder le vase ?

Haschtable (LHC): Un discours, un emprunt, et au dodo

Posted in Aide à la décision, economie, Education, Entreprises, Environnement, Jeunesse, Libéraux, Liberté, Politique -sociale économique, Recherche/Prospective, Social, Stratégie Tagged: A. Juppé, A. Lambert, Alternative Libérale, Connaissance, Croissance, Déficit, Développement, Dette, Education, Etat-providence, Gouvernement, Impôts, Innovation, M. Rocard, Marché, Réformes, Sarkozy N.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Aldebx 3 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte