Magazine

Un économiste monétariste: Thorsten Polleit

Publié le 25 août 2009 par Aldebx

Inflation Breeds Even More Inflation

http://www.wiwo.de/mediadatabase/polleit.jpglire bio

Source Mises institute

I. Mise en garde contre “Fiduciary Media”

Au début du 20e siècle, Ludwig von Mises mettait en garde contre les conséquences de l’octroi du contrôle du gouvernement sur la masse monétaire. Un tel régime crée inévitablement de l’argent par le crédit bancaire qui n’est pas soutenue par de réelles économies – un type d’argent que Mises appelle «médias de fiduciaire».

En 1912, Mises a écrit,

Ce serait une erreur de supposer que l’organisation moderne de change est vouée à continuer d’exister. Elle porte en elle le germe de sa propre destruction, le développement du milieu de “fiduciaire” doit nécessairement conduire à son arrêt [1].

Mises savait pertinemment que quelques freins de l’activité économique seraient le résultat inévitable de l’ingérence de gouvernement au sein du  domaine monétaire. Toutefois, l’opinion publique n’a pas correctement diagnostiqué la cause originelle, accusant régulièrement le système de marché libre – et non les orientations des gouvernements (Etatisme/mercantilisme) ce qui se trouve être une manipulation de l’Etat, pour ce faire faire comprendre que le malaise économique est du fait du libre-marché (entre-autres). En temps de crise, les gens seraient demandeurs de plus d’intervention du gouvernement (l’Etat nou-nou) dans toutes sortes de marchés, créant ainsi  une spirale sans fin d’interventions qui, au fil du temps, érode l’ordre économique libéral et social.

C’est donc une vérité plutôt gênante pour les gouvernements d’aujourd’hui, que le monde entier se met à  produire des “médias de fiduciaire”, le type même de l’argent contre lequel Mises nous avait mis en garde.

Il s’agit d’un régime inflationniste. La montée inexorable de la masse monétaire diminue nécessairement le pouvoir d’achat de la monnaie au-dessous du niveau qui prévaudrait la masse monétaire n’avait pas été augmenté. Au début des récepteurs de la prestation de nouveaux fonds au détriment de ceux qui les reçoivent par la suite.

Qui plus est, la création de “médias de fiduciaire” supprime artificiellement les taux d’intérêt du marché et faussent ainsi la répartition inter-temporelle des rares ressources. Elle conduit à de mauvais investissements, qui doivent finalement éclater dans une production en chute dont celle de l’emploi.

Un économiste monétariste: Thorsten Polleit

II. L’implacable augmentation du nombre de “fiduciaires Médias”

Le monde subit une débâcle financière et économique à une échelle mondiale, force de constater  témoigne l’analyse de Mises que des forces économiques et politiques néfastes misent en mouvement  par le gouvernement et ses experts, occasionnent un régime “fiduciaires-Media.”

Dans un effort pour lutter contre la correction des distorsions causées par les médias parrainés par l’État de fiduciaire, de gouvernements, d’une part, sont en cours d’exécution en place d’énormes quantités de dette publique pour financer leurs dépenses – c’est à dire qu’elles se sont livrées à des dépenses déficitaires. (Voir Figure 1.)

Figure 1 Un économiste monétariste: Thorsten Polleit D’autre part, les banques centrales ont abaissé les taux d’intérêt officiel pour l’essentiel à zéro et ont élargi l’offre de monnaie de base à un rythme sans précédent – il s’agit dans une large mesure un reflet des banques centrales monétiser les actifs douteux des banques commerciales. (Voir Figure 2.) Figure 2 Un économiste monétariste: Thorsten Polleit
Les banques non rentables seront aidés afin de leur redonner une certaine santé dans le but de reconduire de plus un nouveau crédit et l’argent. Cela est largement considéré comme une étape nécessaire pour inverser la récession – dans la réalité le processus même qui corrige de mauvais investissements  par  un rétablissement.

En effet, afin de prévenir l’inflation induite boom de s’effondrer, ce n’est jamais assez pour maintenir les stocks de crédit et de l’argent à leurs niveaux actuels. Des doses toujours plus de crédits et d’argent sont nécessaires.

La structure de production, qui a été formé par l’augmentation incessante de crédit et de l’argent à des taux d’intérêt toujours bas, commence à se détériorer dès que l’injection de crédits supplémentaires et l’argent arrive à sa fin.

Murray N. Rothbard a décrit les effets désastreux mis en mouvement par des niveaux de toujours plus de crédits et de l’argent, de façon succincte: «Comme le dopage répétées d’un cheval, le boom est conservé sur son chemin et en avance sur son inévitable “Comeuppance”, par des doses répétées de  stimulation du crédit bancaire. “[2]

Une telle stratégie a ses limites, cependant:

Ce n’est que lorsque l’expansion du crédit bancaire doit enfin cesser … soit parce que les banques deviennent instables ou parce que le public devient rétif à une inflation continue, ainsi le piège se referme, le châtiment est au bout de la perche. Dès que les arrêts d’expansion du crédit, les violons doivent être payés. [3]

III. Les craintes de déflation

Compte tenu de la forte augmentation de la base monétaire, il serait surprenant que certains observateurs du marché se gardent d’exprimer des craintes sur la déflation – c’est-à une baisse du stock de monnaie accompagnées de ses symptômes habituels: baisse des prix dans tous les domaines.
Si les banques modérent les prêts accordés aux ménages, entreprises et entités publiques, le crédit de l’économie et la masse monétaire se contracte – et d’argent serait rapidement en nombre insuffisant.
Une baisse de la masse monétaire ne serait pas seule force vers le bas du consommateur, producteur et les prix des actifs, ce serait aussi entraîner des faillites d’entreprises, les emprunteurs privés, et les banques sur une grande échelle, comme ce dernier ne réussissent plus à re-financer leurs à toujours des niveaux plus élevés de la dette.
Aux États-Unis et la zone euro, par exemple, le secteur bancaire est sur le point de désendettement et de risque dans son bilan. Si les banques réduire leurs bilans, le crédit et la masse monétaire dans l’économie diminuera.
Il y a quelque chose dans le déroulement que porte une similitude avec ce qui s’est passé au Japon, en commençant par la fin des années 1990 et continue à environ 2005, (when the banks’ loan supply contracted?)lorsque l’offre de prêt des banques contrat? C’est cette question même qui mérite toute l’attention de ceux qui veulent se faire une idée de ce parti pour mai pour l’Occident.

Figure 3 Un économiste monétariste: Thorsten Polleit

IV. L’opposition politique à la déflation

En vertu d’un régime de gouvernance d’argent contrôlée, il est une décision politique de savoir si oui ou non les modifications des stocks de l’argent – qui est, s’il y aura de l’inflation en cours (une hausse de la masse monétaire) ou de la déflation (baisse de la masse monétaire).

Les gouvernements ont une préférence marquée pour augmenter la masse monétaire. C’est un outil d’agrandissement du gouvernement. L’inflation permet à l’État pour financer ses propres revenus, les déficits publics, et les élections, incite un nombre croissant de personnes à se confondre avec le pouvoir étatique.

Un gouvernement qui détient un monopole sur la masse monétaire a, de facto, un pouvoir illimité de modifier la masse monétaire dans n’importe quelle direction et à tout moment qui est jugé politiquement souhaitable.

Cela peut se faire par le biais de diverses mesures. Le «mode normal» est donner aux banques commerciales avec des conditions de crédit favorables, ce qui leur permet de prêter à des ménages privés, entreprises et entités du secteur public – la délivrance de ce fait de nouveaux fonds. Si cela ne fonctionne pas, le gouvernement et les banques centrales ne peuvent poursuivre des itinéraires de remplacement:

Premièrement, le gouvernement peut augmenter son déficit et à obliger les banques à monétiser la dette publique. En augmentant les dépenses (par exemple, sur les prestations de chômage, les infrastructures, etc), l’état nouvellement créé de l’argent entre dans les poches des gens.

Deuxièmement, la banque centrale peut commencer à acheter les actifs des banques et autres entreprises (par exemple, les stocks, le logement, etc), ce qui répartit l’argent frais grâce à des achats directs.

Troisièmement, le gouvernement peut nationaliser des banques, les obligeant à garder l’extension du crédit au secteur privé et public dans des “conditions favorables”.

Et quatrièmement, la banque centrale peut créer de l’argent “Friedman hélicoptère,” et «en quelque sorte [distribuer] au public comme un paiement de transfert.” [4]

Le gouvernement ne peut empêcher l’offre de monnaie de l’économie de se contracter, si une politique contre la déflation est soutenu par l’opinion publique. Mises était bien conscient de la idéologiquement et politiquement ancrée biais de l’inflation quand il écrivait: «La faveur des masses et des écrivains et des politiciens avides d’applaudissements va à l’inflation.” [5]

On peut s’attendre à le biais d’inflation à être particulièrement prononcé dans les situations d’urgence. Face à la baisse de la production et la montée du chômage – le résultat inéluctable des “médias de fiduciaire”, de l’inflation elle-même – les gens trop facilement envisager l’inflation a encore pour être le moindre mal. Par conséquent, l’inflation engendre une inflation encore plus.

Mises noter que les personnes

soutiennent que bien que l’inflation mais un grand mal, et pourtant ce n’est pas le plus grand mal, et que l’Etat pourrait dans certaines circonstances, se retrouver dans une position où il ferait bien de s’opposer à de plus grands maux avec le moindre mal de l’inflation [6].

Mises, cependant, a réfuté cette «urgence» argument:

Aucune urgence ne peut justifier un retour à l’inflation. L’inflation peut fournir ni les armes d’une nation a besoin pour défendre son indépendance, ni les biens d’équipement requis pour tout projet. Il ne guérit pas des conditions insatisfaisantes. Il aide seulement les dirigeants dont la politique a entraîné la catastrophe de se disculper [7].

WHGDtOM?
Mises a fermement une anti-View de l’inflation – et de sa recommandation pour un retour à une monnaie saine (c’est-à-dire, l’argent du marché libre) – reposait sur sa connaissance des conséquences désastreuses d’une politique inflationniste:

En ce qui concerne ces efforts, nous devons insister sur trois points. Premièrement: la politique inflationniste ou expansionnistes doit aboutir à la surconsommation d’un côté et de l’investissement mal-de l’autre. Il gaspille ainsi le capital et entrave l’état futur de voeux-satisfaction. Deuxièmement: Le processus inflationniste ne supprime pas la nécessité d’adapter la production et la réaffectation de ressources. Elle ne fait que reculer et la rend ainsi plus gênant. Troisièmement: L’inflation ne peut pas être employée comme une politique permanente, car il doit, lorsqu’il a continué, enfin aboutir à un effondrement du système monétaire [8].

Thorsten Polleit is Honorary Professor at the Frankfurt School of Finance & Management. Send him mail. See Thorsten Polleit’s article archives. Comment on the blog.
Un économiste monétariste: Thorsten Polleit
Notes

[1] Ludwig von Mises, The Theory of Money and Credit (Yale University Press, 1953), p. 409.

[2] Murray N. Rothbard, For a New Liberty: The Libertarian Manifesto (Auburn: Ludwig von Mises Institute, 2006), p. 237.

[3] Ibid.

[4] Karen Johnson, David Small, Ralph Tryon, “Monetary Policy and Price Stability,” Board of Governors of the Federal Reserve System, International Finance Discussion Papers, No. 641 (July, 1999).

[5] Ludwig von Mises, Human Action, 4th ed. (San Francisco: Fox & Wilkes, 1996), p. 432.

[6] Ludwig von Mises, The Theory of Money and Credit (Yale University Press, 1953), p. 221.

[7] Ibid, p. 438.

[8] Ludwig von Mises, Human Action, 4th ed. (San Francisco: Fox & Wilkes, 1996), p. 432.

Traduction : A. Genestine

Posted in Aide à la décision, economie, Libéralisme, Libéraux, Liberté, LIVRES, Recherche/Prospective Tagged: Argent, Crédit, Crise économ., Crise hypothécaire, Déflation, Etat, Etat-providence, Etatisme, Etats-Unis, Euro, Fiduciary Media, Friedman, Gouvernement, Inflation, Interventionnisme, japon, Keynasianisme, Libre marché, Marché, Mercantilisme, Monnaie, Peurs, Pouvoir d'achat, Rothbard, Thorsten Polleit, Von Mises

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Aldebx 3 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog