Magazine Focus Emploi

« La réputation et l’attention vont devenir de nouvelles formes de rémunération »

Publié le 21 septembre 2009 par Entrepriseglobale

« L’argent n’est qu’un vecteur de valeur parmi d’autres. Aujourd’hui, la réputation ou l’attention sont de nouvelles formes de devises que vous pouvez valoriser différemment, afin de ‘monnaitiser’ une activité économique« .

Quoi ? Plus besoin d’euros, de dollars ou de franc pour s’échanger biens et services ? Les banques centrales à la casse ?

Avec de tels propos, voici quelques années, Nick De Mey, jeune fondateur de la société de conseils Board of Innovation, aurait sans doute provoqué quelques rires grinçants dans la bien-pensance du monde des affaires. Mais en ces temps de rupture, où même les plus hauts monuments économiques s’écroulent, toute nouvelle piste est bienvenue.

Certes, la littérature sur les nouveaux modèles d’affaires en ligne abondent depuis quelques temps des termes réputation et attention (lire cet article sur l’économie de l’attention écrit en 1997, déjà). Ce qui est rare est cher. Dans un univers web où les individus sont constamment assaillis de sollicitations, où ils croulent sous les millions d’information, la réputation en ligne et le temps de cerveau disponible deviennent donc une quête du Graal permanente pour les entreprises en ligne. Et comme l’attention a une valeur, elle peut devenir une forme de rémunération. « Vous m’écoutez. Je vous paie »… En quelque sorte.

« La réputation et l’attention vont devenir de nouvelles formes de rémunération »

Modèle pas réservé au « click & mortar »

Pour Nick De Mey, cette obsession de la réputation et de l’attention ne sera toutefois pas éternellement réservée qu’aux sociétés web.

La recherche d’autres formes de « monnaitisation » concernera aussi les entreprises traditionnelles (brick & mortar), y compris les entreprises industrielles.« Peut-être que les domaines de pure production continueront de fonctionner de façon traditionnelle. Mais pour tous les autres aspects, conception, développement ou services, en amont et en aval des processus manufacturiers, de nouvelles formes d’interaction et de valorisation vont sans doute émerger ».

Se procureront-ils demain des savoirs, des compétences, en promettant, en échange, d’augmenter la réputation de leurs fournisseurs ? Qui sait…

Ci-joint la vidéo interview de Nick De Mey (réalisée au Beta Group Bruxelles)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Entrepriseglobale 267 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine