Magazine Bourse

La question du dollar

Publié le 21 septembre 2009 par Alains
Mostafa Belkhayate est un trader qui a réussi. Il a notamment prédit la chute des obligations américaines (T-bonds) pour septembre 2001 – dès le mois de juin. Ce qui l’a fait arrêter à sa descente d’avion à New York par le FBI, curieux de savoir par quel miracle il avait été « initié ». Il n’y avait pas de miracle, simplement l’observation rationnelle des variations des cours et le risque dégagé par certaines analyses techniques. Ainsi raconte-t-il son histoire aux auditeurs du Revenu, qui organisait une table ronde vendredi après midi au Salon du trading. M. Belkhayate prédit désormais une chute des marchés due à la chute du dollar par une prochaine mauvaise humeur chinoise et proche-orientale. 

2009 09 dollar contre euro et yen

La thèse est intéressante et nous la suivons à moitié : 
  • oui pour la baisse des marchés, nous en avons évoqué les fondamentaux dans notre note précédente ;
  • non au krach du dollar, pour une raison bien simple qui est « par quoi le remplacer » ? 
Car c’est bien beau de trouver tous les défauts à la monnaie américaine : le pays est très endetté, il vit au-dessus de ses moyens, ses taux ne rapportent rien, son industrie a accusé sévèrement la crise, les Chinois comme les pays arabes sont gavés de dollars et aimeraient bien s’en débarrasser. Mais par quelle monnaie mondiale – solide, liquide et d’avenir – remplacer le dollar ? Par rien :
  • Le yuan chinois n’est pas convertible et nous avons énuméré les déséquilibres intérieurs chinois, qui laissent mal augurer de sa stabilité politique à moyen terme si les tendances se poursuivent.
  • L’euro n’est qu’une monnaie de gestion, pas une monnaie puissance, car seule la Banque centrale européenne est indépendante – mais ni la politique économique, ni la fiscalité, ni le droit du travail, ni les budgets ne sont en commun… 
  • Le yen ? Le pays dépend trop de la Chine, à l’étroit sur son île et sans matières premières, avec une population vieillissante, pour remplacer le dollar.
  • La livre sterling ? le franc suisse ? le rand sud-africain ? 
Pour le moment, aucune monnaie ne présente les avantages du dollar américain : la puissance économique, la liquidité, l’innovation technique et l’aura mondiale du militaire et de la culture. AUCUNE. Les États-Unis sont une économie-monde et leur monnaie échappe donc au jugement habituel sur les monnaies. Un jour, le yuan chinois remplacera vraisemblablement le dollar comme monnaie de référence mondiale – à moins que les grands pays ne réussissent à se mettre d’accord sur une référence abstraite, comme les droits de tirage spéciaux du FMI. Mais, à constater les chamailleries sur n’importe quel point à n’importe quel ordre du jour de n’importe quel organisme international, gageons que ce n’est pas pour demain !
Ma position diffère de celle de M. Belkhayate parce que nous exerçons chacun un métier différent :
  • Lui est trader, attaché à l’analyse technique ; il constate un risque et chercher à l’expliquer en fondamental par des théories qui courent les marchés. 
  • Moi suis stratège pour la gestion, attaché au fondamental ; j’analyse les forces en présence et les rendements/risques relatifs en m’appuyant aussi sur l’analyse technique mais comme outil parmi d’autres. 
Nous convergeons 
  • sur le prochain mouvement : probablement à la baisse ; 
  • de même sur la tendance du dollar : un probable effritement continu. 
Mais nous divergeons sur sa brutalité, sur sa survenue très rapide et sur ses causes. 
Mon analyse est géopolitique (la puissance américaine, qui reste inégalée malgré les 8 ans désastreux des néoconservateurs sous George W. Bush) et fondée sur les cycles (la rencontre du Kondratiev de 60 ans – 1929-1999 – qui poursuit ses vagues, avec le Juglar de 8 ans – 1999-2007 – qui rééquilibre les bilans et la dette, et le cycle saisonnier psychologique qui fait prendre ses bénéfices à l’automne quand les performances ont été inespérées et restent fragiles). La Chine est trop jeune et trop fragile monétairement pour se libérer brutalement du dollar : elle en a besoin pour acheter son pétrole et ses matières premières comme pour investir dans les entreprises de technologies occidentales à vendre. Pourquoi vendre la branche sur laquelle elle est assise ? Les Chinois ne jouent pas au poker mais sont experts en go : leur politique n’est jamais la confrontation du tout ou rien mais le patient investissement du terrain par contournement. Pourquoi croire que sa mentalité est calquée sur l’américaine ? La Chine réclame que l’étalon-dollar soit remplacé par les Droits de tirages spéciaux du FMI, soit un panier des quatre monnaies principales du monde – mais il s’agit de diplomatie, de montrer ce vers quoi l’on tend. Pourquoi imaginer que tout soudain, au prochain G20, le monde entier serait unanime pour larguer le dollar et faire confiance à un « machin » international – contrôlé par les Occidentaux ?
Seul le marché, bien sûr, aura raison car nul ne le contrôle – surtout pas les traders - et la somme des acteurs rationnels ne fait pas un marché rationnel, mais chaotique.
Pour en savoir plus :
Mostafa Belkhayate, société Belkhayate Asset Management : sur le dollar, sur la reprise
Alain Sueur, Les outils de la stratégie boursière, Eyrolles 2007, analyse du dollar et de l’économie-monde.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Alains 53 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines