Magazine Médias

[Fringe] Théorie sur une Selectric

Publié le 21 septembre 2009 par Tommy

Le poster officiel de la saison célébrait Alice au pays des merveilles. Alice, comme chacun le sait, passe à travers le miroir.

Notre tueur se contente de recevoir ses instructions et de transmettre ses rapports grâce à un autre miroir (on notera au passage qu’en 6 ans, personne ne s’était servi de cette machine qui permet de s’affranchir du fossé entre les deux mondes) et à une machine à écrire électrique standard.

Le reflet qu’il aperçoit ne montre d’ailleurs qu’une machine dépourvu d’utilisateur, preuve que le reflet n’est pas fidèle.

Ce n’est pas un hasard si une nouvelle machine à écrire est une pièce importante du scénario de l’épisode de la semaine dernière A New Day in the Old Town. Déjà celle que Walter retrouvait dans une armoire du labo, avec son Y excentré, occupait une place centrale dans la saison 1. N’était-ce pas sur elle en effet que William Bell aurait tapé son manifeste ZFT ? Peut-on imaginer que quelqu’un lui ait dicté à l’époque ? A ce stade de l’histoire difficile de répondre.

Seul fil rouge, l’influence évidente du metteur en scène canadien David Cronenberg et son adaptation du Festin Nu de William S. Burroughs, une autobiographie fantasmée dans laquelle le héros, un junkie halluciné tape le rapport destiné à l’Interzone sur des machines à écrire vivantes qui lui dictent sa conduite. Cronenberg, qui est apparu dans ALIAS, une autre série de JJ Abrams, est d’ailleurs obsédé par les scientifiques. Mais leur impact évoluera avec son oeuvre. Au départ acteurs de leurs expérimentations, ils deviennent spectateurs pour finalement endosser le rôle de victime dans ses films les plus récents. Reste à savoir si cette démarche inspirera aussi les scénaristes de FRINGE.

Comme notre homme de main reçoit ses instructions et envoie ses rapports via la machine, et qu’il demande spécifiquement un modèle précis, j’ai fait quelques recherches.
La SELECTRIC, machine emblématique d’IBM, révolutionna le secrétariat au début des années 60. Si l’on se fie à l’aspect de la machine utilisée dans l’épisode, il s’agirait d’une SELECTRIC II. Sortie en 1971, elle est donc plus récente et s’inscrit dans l’époque au cours de laquelle les jeunes Bishop et Bell travaillaient ensemble.

On peut d’ailleurs ajouter que l’aspect de l’artefact utilisé par le tueur pour se transformer ressemble beaucoup aux objets que produit régulièrement Walter (je pense à la rustine de La croisée des mondes par exemple). La machine ne déroge pas à la règle.
Quelle ironie de retrouver les objets obsolètes qui firent le succès de la Quatrième dimension à la fin des années 50. Bel hommage des scénaristes à leurs précurseurs.



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Tommy 144 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte