Magazine Finances

Ces prétentieux de la finance

Par Argoul

Est prétentieux qui montre une exigence vaniteuse d’être reconnu pour ce qu’il n’est pas. L’argent facile est le levier qui permet d’accéder au rang de grand bourgeois. Mais cette base matérielle n’est rien sans la reconnaissance par les véridiques, ceux qui appartiennent déjà à la grande bourgeoisie. D’où les singeries vaniteuses des prétentieux. Ils outrent leur attitude pour se faire reconnaître ; ils se gonflent du jabot ; ils en sont ridicules. La vanité vise à produire de l’effet, sa conséquence en retour est que l’effet est décalé, inadéquat, disproportionné. Les vaniteux, tout à leur orgueil social, ne s’en rendent jamais compte. Dans vanité est le mot ‘vain’ qui signifie vide. Une vaine pâture est une lande où il n’y a rien, que de l’herbe folle à paître : ni semences, ni fruits, juste de l’apparence. La vanité et un théâtre, elle sévit particulièrement en société de cour. Malgré les révolutions successives, 1789, 1848, 1871, 1945, 1958, 1968, 1981 (et peut-être 2007 anti-ENA ?), la France demeure une société de cour, immobile, gravitant autour du Soleil central, parisien, grand bourgeois.

J’ai connu dans ma carrière financière nombre de singes de cette sorte. Ils n’y sont pas la majorité mais on les remarque, car ils détonnent. La majorité, issue d’un bon milieu, ayant effectué de bonnes études, travaille et reste discrète, se contentant de jouir de sa position. La minorité risible vient de plus bas ou de plus loin et a réussi par hasard ; l’argent lui tombe sans que ni les habitudes ni la culture l’y ait préparée. C’est une bonne fortune dont je me réjouis, signe que la méritocratie fonctionne, même si les circonstances y comptent parfois plus que la volonté. Mais au lieu de profiter de cette bonne fortune pour apprendre et s’intégrer en douceur, en bonne dialectique, les vaniteux considèrent qu’ils sont arrivés. Ils veulent se faire reconnaître tels qu’ils restent, avec leurs travers et leurs lacunes, ils veulent s’imposer comme allant de soi. Il n’y a pas métamorphose, allégeance, mais choc frontal. D’où la singerie, qui les rend ridicules, aussi bien aux yeux des grands bourgeois auxquels ils prétendent appartenir et qui ne peuvent se reconnaître dans cette caricature, qu’aux yeux des petits bourgeois qui sont leurs pairs et dont ils se démarquent avec dédain – sans même parler des autres, le ‘bas’ peuple, qui ne rêve que d’un grand soir et de lanterne…

ado-caresse.1253261785.jpg

L’un d’eux, gérant obscur d’une filiale régionale de banque mutualiste, se faisait tailler des costumes sur mesure fort chers. Mais comme sa silhouette était plus proche de celle du Père Dodu, la pub pour les poulets, que du dandy Brummel, ni la qualité du tissu ni la coupe ne permettaient de faire la différence. Parmi les costumes uniformément gris, son gris à lui n’était pas d’une nuance qui se remarquât. Sa vanité se démarquait alors aux boutons. Un costume prêt à porter est orné en général de trois boutons inutiles sur chaque poignet ; lui en avait fait mettre quatre. Et pour bien montrer l’origine utilitaire de cet accessoire, il avait fait munir les deux premiers de boutonnières. Ces deux boutons défaits aux poignets marquaient l’exception du costume. Où le snobisme ne va-t-il pas se nicher ?

Chez un autre, la prétention éclatait dans le discours. Chef d’une table de négociation d’une grande banque privée récemment épinglée lors de la crise des subprimes pour trading excessif, il avait atteint alors l’âge d’une mise en préretraite. Il n’avait guère fait d’études et le métier exigeait quelque éducation pour servir les grands-écolâtres exigeants de la finance. Ledit personnage avait donc décidé de se reconvertir dans le commerce d’antiquités. C’était beau mais en avait-il pris les moyens culturels ? Il déclarait à tout le monde sa passion et, ma foi, cette idée paraissait fort sympathique. Encore eût-il fallu qu’il se formât. Nul n’est comptable de son ignorance s’il fait l’effort de la reconnaître et l’effort d’apprendre. Mais il n’en avait cure. Sa vanité m’a fait beaucoup rire (sous cape, par politesse) lors d’une visite au Louvre. Nous étions invités privés en soirée par sa banque au musée, où s’ouvraient alors les nouvelles salles égyptiennes. Nous suivions en petit groupe une visite commentée lorsqu’il s’est tourné vers moi et m’a désigné les vitrines où s’étalaient des coupes de porphyre et cette fameuse jeune fille à la cuiller, parmi les pots de fard. « Ce sont des vrais, tout ça ? » J’ai cru sur le moment à une forme élaborée d’humour et je m’apprêtais à répondre dans le ton, lorsque j’ai vu son visage : il était fort sérieux. « Bien sûr que ce sont des vrais, ne sommes-nous pas dans un musée ? – Ah, bon ! je croyais qu’ils ne mettaient dans les vitrines que des copies et que les vrais étaient conservés dans des coffres… Oui, quoi, ça vaut cher ! » Pour un féru de choses anciennes qui se destinait au commerce des antiquités, voilà qui faisait tache.

La finance, plus que tout autre métier, favoriserait-elle les maladies du moi ? Entre les paranoïas où les atteints sont soumis à de telles pressions qu’ils en viennent à soupçonner tout le monde - et même le marché ! - de se liguer contre eux, et les névroses narcissiques où les prétentieux s’énamourent d’un autre qu’ils croient être eux-mêmes, la finance offre un panel de choix à l’observateur.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Argoul 1120 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog