Magazine

Afghanistan : un document secret américain réclame des renforts

Publié le 22 septembre 2009 par Theatrum Belli @TheatrumBelli

Le nouveau commandant en chef de l'ISAF, le général Stanley McChrystal, nommé en mai dernier par le président Barack Obama, prévient que sans hausse des effectifs la coalition court à l'échec.

Stanley McChrystal est très vite revenu à la charge. Nommé par surprise par Barack Obama en mai 2009, moins d'un an après la prise de fonction de son prédécesseur, le général David McKiernan, le nouveau commandant en chef de la Force internationale d'assistance à la sécurité (ISAF) était supposé apporter avec lui un changement drastique de stratégie, pour une guerre plus ciblée et plus efficace.


Mais à en croire un document secret transmis le 30 août au Pentagone et révélé lundi par le Washington Post, sa principale demande reste d'abord l'envoi de renforts sur place : "Echouer à reprendre l'initiative et à mettre un terme à l'actuelle offensive des insurgés à court terme (douze mois) - en attendant que les capacités de sécurité afghanes mûrissent - risque de nous amener à une situation où il ne serait plus possible de vaincre", explique la note du général McChrystal à ses supérieurs. Une note dont les chefs d'état-major des 28 pays membres de l'OTAN ont pris connaissance au cours du week-end à Lisbonne où se réunissait le Comité militaire de l'Alliance, en présence de son commandant en chef, l'amiral James Stavridis, et du général McChrystal lui-même.

La nouvelle avait, il est vrai, été éventée mardi dernier. Devant le Congrès qui l'auditionnait en vue d'un second mandat, le patron des forces armées américaines, l'amiral Mike Mullen, avait déclaré que la réussite de la mission en Afghanistan "dépendra de l'envoi de troupes supplémentaires et de bien davantage de patience". Fait important : ce dernier avait reconnu que le renforcement de l'armée et de la police afghane ne suffirait pas et qu'il faudrait aussi augmenter l'effectif militaire américain.

L'ISAF compte actuellement 64.000 hommes de 42 pays, auxquels viennent s'ajouter environ 30.000 soldats américains déployés dans le cadre de l'opération "Liberté immuable" de lutte contre le terrorisme. L'envoi de 20.000 hommes supplémentaires, dépêchés sur place depuis le début de 2009, avait été l'une des premières décisions de Barack Obama qui a misé pour cela sur des troupes spécialement formées comme la 10e Division de montagne.

L'écho apporté à la demande de renforts du général McChrystal, spécialiste de la contre-insurrection et des opérations spéciales, est aujourd'hui amplifié par le réalisme politique de Barack Obama. Dimanche, celui-ci s'est inquiété des fraudes lors de la présidentielle afghane du 20 août. Cela confirme aussi le tournant pris au sein de l'OTAN, où les Américains et les Britanniques sont désormais en charge de l'essentiel des combats, laissant à leurs alliés la formation de l'armée afghane et les opérations civiles.

A l'initiative du général McChrystal, l'ISAF est ainsi en train de mettre en place un groupe de conseil civilo-militaire chargé de coordonner les 12 équipes de reconstruction provinciales, pour améliorer la réponse aux besoins identifiés par les autorités locales. Mais sur ce terrain civil aussi, les tensions perdurent: l'Américain Peter Galbraith, numéro deux de l'ONU sur place, a démissionné avec fracas la semaine dernière. Il proposait d'annuler les votes d'un millier de bureaux sur les 25.000 que compte le pays, en raison des fraudes massives lors de la présidentielle.

Source du texte : LE TEMPS.CH


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Theatrum Belli 20892 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte