Magazine Amérique du nord

Ces publicités où l’on profite de la misère du pauvre monde…

Publié le 22 septembre 2009 par Le Détracteur

Un conseiller en ventes tout ce qui a de plus fiable.

Un conseiller en ventes tout ce qui a de plus fiable.

Ces temps-ci, je regarde de temps en temps des chaînes de télévision américaines lorsqu’il n’y a rien d’autre d’intéressant. J’aime bien regarder Family Guy et American Dad dans leur version originale, à moins de ne pas avoir le choix. C’est drôle et divertissant.

Ce qui est moins drôle, cependant, ce sont les publicités américaines en général. La plupart semblent adopter une image de bien-être exagéré, où tous les gens sont plus heureux que vous ne l’êtes, vous, le téléspectateur. Quand ce n’est pas le cas, souvent, ils font appel plutôt à un sentiment de panique. « Qu’arriverait-il si votre maison passait au feu ? Êtes-vous bien assuré ? », etc.

Mais les publicités qui me dégoûtent le plus sont sans contredit celles qui, non contentes de prôner la facilité extrême, exploitent sans scrupule la misère des gens, et surtout, l’exploitent en mettant en avant plan une seule valeur, la plus commune de toutes : L’ARGENT.

Voici quelques exemples :

  • Une publicité américaine où un gros vendeur pas de classe affirme qu’il a l’intention d’acheter tout l’or que vous pourrez envoyer. Il n’y a qu’à poster vos bijoux, ils vont les évaluer et vous envoyer le montant qu’ils valent. Aucun bijou refusé ! Sans compter le témoignage de la dame qui affirme avoir vendu son anneau de mariage et qui a reçu plusieurs centaines, voire milliers de dollars.
  • Une entreprise de véhicules motorisés du Québec (pour ne pas dire de Beloeil) qui nous implore de nous dépêcher, car ils ont reçus plus de 50 véhicules issus de reprises de faillites. C’est une véritable aubaine !
  • Cette publicité où un vendeur d’automobiles sur le coin d’une rue affirme ne refuser aucun acheteur. Vous avez fait 3, ou même 4 faillites personnelles ? Vous êtes le bienvenu !
  • Et si j’allais un peu plus loin, je joindrais à cette liste la publicité pour le jeu télévisé Le Banquier dans laquelle il est écrit « Vous avez toujours rêvé de porter une valise ? Participez au concours pour devenir une belle du Banquier!«

Si vous me voyiez crier à l’escroquerie et à l’infamie dans mon salon ! Mais le pire dans tout ça, c’est que comme les pourriels sur internet, si ça existe, c’est parce que des gens achètent.

Mais le simple processus d’achat (ou de vente, dans le cas de bijoux) ici ne risque pas de me choquer. C’est tout ce qui vient avant. Par exemple, j’imagine bien un mari commencer à vider subtilement et morceau par morceau le coffre à bijoux de madame pour se payer je ne sais quel vice qui se boit, se mange, se consomme ou se joue. Ou encore mieux (mais surtout pire), une femme qui ira reprendre des bijoux qu’elle a donné à sa mère qui souffre maintenant de la maladie d’Alzheimer. Typique.

J’imagine, avec autant de sourire que de découragement, le gros drôle qui a déjà un véhicule motorisé, mais qui explique à sa femme que celui qu’il vient de voir à la télévision est bien meilleur, et coûtera bien moins cher, merci à ceux qui font faillite !

Et enfin, ce monsieur qui se remet tant bien que mal de plusieurs faillites, et qui remercie le ciel que quelqu’un, dans le monde, le respecte à nouveau dans son droit de s’endetter.

Quant aux valises du Banquier, si vous vous êtes sentie visée, sachez que j’ai pitié de vous.

Je trouve lamentable que les chaînes de télévision acceptent de passer ce genre de publicités. Mais c’est aussi là qu’on voit que c’est l’argent, et non l’humanité ou les sentiments, qui règne en ce bas monde.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Le Détracteur 269 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte