Magazine Politique

Green new deal - obama

Publié le 22 septembre 2009 par Mj1729

LE « GREEN NEW DEAL » d'OBAMA

media_xl_1456422

Non seulement, il faut sauver la planète, tout le monde en est convaincu depuis la prise de conscience écologique mondiale et l'impasse du capitalisme (plus de trente années de productivité extrême avec transformation importante de l'environnement), pourtant l'idéologie capitaliste n'est pas entièrement anéantie, que du contraire, elle renaîtrait même de ses cendres (un prochain choc financier en perspective, en reproduisant les mêmes erreurs des banquiers ?), parce que la pensée de gauche n'est plus ce qu'elle était en jouant son rôle d'amortisseur du capitalisme, au contraire, elle a participé à ses mêmes valeurs : l'enrichissement maximum, l'individualisme, la marchandisation de l'ensemble des rapports humains et des biens environnementaux et donc, a contribué aux inégalités actuelles.

media_l_1751375

Il ne faudrait pas que la surconsommation d'hier se camoufle sous une "étiquette verte" pour les mêmes rapports de profits et les mêmes inégalités !

Le paradoxe actuel du capitalisme américain tendant vers un "socialisme" restant néanmoins une idéologie productiviste accrue avec une nouvelle composante verte (l'image que l'on donne de la sortie des crises socio-économique et écologique pour « sauver la planète »), ce serait même la solution rentable d'après crise pour une révolution verte (green new deal), celle-là même lancée par le président Obama des Etats-Unis dès son arrivée à la Maison-Blanche en novembre 2008 ; à condition que la croissance verte ne serve d'alibi pour le capitalisme qui compte utiliser les nouvelles technologies "vertes" pour renouveler son système qui vise l'enrichissement et l'accumulation du capital par quelques nantis, une sorte de retour à la case départ !

media_l_1572750

Ce nouveau mode de croissance va-t-il changer les fondamentaux du système mis en place et ne va-t-il pas accroître les inégalités sociales en poursuivant le même raisonnement capitaliste ?

Si nous pouvions en faire autant en Europe, en Belgique, ce serait pas mal avec l'assainissement de la crise qui pourrait se résoudre de façon plus optimiste, car aux Etats-Unis, le président Obama n'a pas perdu son temps ( rien à voir avec le concept politico-belge) et la révolution verte est bien en marche, avec sa loi sur le climat qui sera votée au Sénat tout prochainement, malgré les réticences des différents lobbies du pétrole et du charbon ; non seulement, elle devrait permettre (dans un monde idéalement réformé depuis la crise, mais où se situe la réforme attendue, beaucoup de discours mais peu d'intention?) de lutter contre le réchauffement climatique, de réduire aussi la dépendance énergétique des Etats-Unis (moins de pétrole venu du Moyen-Orient), mais surtout de sortir l'Amérique de la crise.

514767

Les idées nouvelles et révolutionnaires ne sont pas le fort de notre coalition gouvernementale belge actuelle, nos Verts (Ecolo) de l'Olivier préfèrent restés dans les travers de l'arc-en-ciel ( la gouvernance des petits coins, chacun sur ses positions, son ego), c'est-à-dire de demeurer dans la culture de débats des discussions futiles et inutiles, des disputes de gouvernance et d'élections (ça marche bien pour eux et sans effort de résolution des problèmes pour les gens) entre PS et CDH  , les scènes de ménage plutôt que de s'atteler à la "révolution verte" comme aux USA ; pendant ce temps notre agriculture (crise du lait) est occupée à crever et ce dans toute l'Europe, sans rien pouvoir y changer (l'U.E ne prend que trop peu d'initiatives), sans assumer aucune décision, il n'y aura que peu d'effet d'un "green deal" à la façon Obama en Belgique et la relance de la Wallonie et de Bruxelles (ce n'est pas la place qui manque en Wallonie pour ce développement), c'est pas pour demain, d'ici là, la révolution verte d'Obama aura déjà fonctionné à plusieurs reprises.

L'Europe n'est pas encore capable de parler d'une même voix avec un « green business »( l'économie verte) séduisant nos dirigeants, industriels, investisseurs regroupés autour d'un «green team»( une équipe de choc dédiée à l'écologie, autre chose qu'un modeste plan Marshall bis en légère "sauce verdurette" de chez nous).

Il n'y a pas une volonté suffisante de budget destiné à l'écologie verte malgré des efforts dans l'énergie durable (éoliennes, voitures hybrides, carburants propres, l'isolation des constructions et les panneaux solaires), par contre quand Obama se met au vert, c'est débloqué pas moins de 150 milliards de dollars investis en 10 ans dans les énergies vertes pour réduire les émissions de CO2 de 17% d'ici 2020 et de 80% d'ici 2050.

L'enjeu de ce nouveau défi vert est avant tout moral et relève d'une nouvelle manière de faire du profit avec un pragmatisme retrouvé, dans un monde qui nous l'espérons, s'est mis enfin à changer, en Belgique c'est l'attente mais restera à nous convaincre...(ce soir un documentaire « Sauvons la planète, c'est rentable » sur ARTE, à 20h45 pour servir d'exemple à nos partis en manque d'idées et de réalisation).

Alors Ecolo, la révolution verte et la relance, c'est pour quand...?

Quel gaspillage d'énergie et quelle honte !

phpThumb_generated_thumbnailjpg



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Mj1729 60 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines