Magazine

Je reviens te chercher

Publié le 22 septembre 2009 par Sébastien Michel
Guillaume Musso,
éd. Pocket, 416 p.

A partir de 6,56 € sur Amazon.fr
Ethan Whitaker qui a réussi à New York en devenant un psy renommé, spécialiste du développement personnel a tout ou presque pour être heureux : riche, envié, il possède un bateau, une maison sauf que, comme le dit Céline son ex, sa vie est vide. Pas un seul ami, pas de famille. Un monument de solitude. C'est au mariage de Céline, que le pauvre bougre se rend compte de sa prison dorée dans laquelle il s'est soigneusement enfermé au nom d'une piteuse liberté de plaisirs. A ce lourd poids sur la conscience s'ajoute le terrible suicide dont il a été témoin. Une jeune fille de quatorze ans qu'il n'a pas voulu écouter. Le brillant Ethan connaît alors le pire des gouffres en accumulant des dettes de jeu qui vont lui faire perdre bien plus que sa fortune. Mais s'il était possible malgré tout d'éviter ces évènements tragiques en ayant une seconde chance ?
Je reviens te chercherMusso joue avec ces thèmes de prédilection : la mort et l'au-delà, la destinée... Il y a du clinquant dans ce récit, du clinquant qu'il faut taillader pour montrer l'envers du décor qu'on appelle vérité. Oh miroir, dis-moi et redis-moi comment je suis mort et je serai qui je suis. La quête de soi jusqu'au bout, le développement personnel jusqu'à sa putréfaction. Il y a dans ce monstrueux destin un peu de tout ce que nous disent ces écrivains, philosophes et autres cités en chaque coin, Nabokov, Salinger, Aristote, Proust, Shakespeare,... comme si toutes ces formules couvaient un manque... Un manque de quoi au juste ? Si le thème est fort, porteur comme un mur en béton, c'est le style qui fait un brin défaut. On le voudrait plus incisif, ciselé, métaphorique ou un je ne sais quoi dans les procédés de notre écriture qui nous montrent moins grossièrement cette lente descente aux enfers et cette resurrection. D'aucuns diront de la sauce piquante. On dégustera donc ce Musso à sa juste saveur , ni mauvais, ni gastronomique, pour en retenir finalement l'histoire attachante d'une âme attachée à la vie.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Sébastien Michel 3013 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte