Magazine

Ambivalence, oxymore et un peu d'herméneutique maispasque.

Publié le 29 septembre 2009 par Alexcessif
Ambivalence, oxymore et un peu d'herméneutique maispasque. Ambivalence, oxymore et un peu d'herméneutique maispasque.Ambivalence, oxymore et un peu d'herméneutique maispasque. "-Là il va nous gonfler.- non, il s'explique"Bon, pour certaines je serais hermétique.Pourtant, je ne suis pas étanche.Tu ne les sens pas, mes émotions qui débordent?Pour d'autres, et pas des moindres, "à force de chercher du sens on perd l'essence."Oui! Comme les essences en dendrologie, il y a, ici plusieurs sens aux sens. Limpide, non? Par exemple quand j'écris (prochainement): ".......Un Volkov, un Khadra et un Reeves en cours de lecture au chevet du moribond, un Werber pour caler une armoire....."Bon, légitimement tu penses:"Mépris pour cet auteur, il n'aime pas Werber"Oui ET non. Il faut lire:" Grâce à Werber on est calé!"Une façon de prendre du recul sur une oeuvre, parce que la béatitude admirative est inhibante."Sans travail le talent n'est qu'une sale manie"Werber c'est "cette capacité de travail est une manie presque un talent". Pas une seule phrase émouvante et belle dans ses livres. Un travail de tacheron de journaliste scientifique bien informé. L'imagination? que nenni: La somme des connaissances, le recoupement des informations conduisent à une logique, une vraisemblance séduisante et possible. Donnez à n'importe quel ingénieux, un cahier des charges imposant un transport individuel abrité et autonome, il aboutira à la solution unique des quatre roues et un volant. Werber détricote les pull et avec cette laine en fait sa pelote. Publié, légitime, respectable, utile, utilitaire . En cela indispensable par la richesse et la qualité des informations pour ... caler l'armoire de (nos) méconnaissances.Ambivalence: Quel sens donner aux textes écrits quand on étaient diariste à dix neuf ans, avant de sauter dans la vingtaine flamboyante ?Je les retrouve, ces textes couleurs sépia, plein de pattes de mouches et d'encre violette et il me vont toujours comme un gant. J'aurai pu les écrire hier.Est-ce à dire que je n'ai pas évolué? Sans doute!Ou bien suis -je en conformité avec celui que j'étais? Peut être! Peu êtreAmbivalence éternelle des idées immuables!Révolution: revenir à son point de départ. Pas très révolutionnaire, mais c'est si bon de se re - trouver.Oxymores:Ces textes en sont truffés comme une bonne(?!) farce.Le pire que j'ai commis récemment: "L'exhibition pudique" (de la blogosphère).C'est plus concis que: "Cachés derrière des pseudo, nous donnons en pâture le plus intime de nous."mais un peu plus abscons. Limpide, non?Le sens d'un mot ne suffit pas. Pour son harmonie il doit avoir les deux visages de Janus. Il doit contenir son yin et son yang et obéir à la loi de l'univers.Indispensables oxymores.Equilibrum!L'Hermétique devient le Perméable. Lavé de sa gangue, issu du magma de l'en -dessous il devient cristal, trans - lucide, à facette.Fin de l'herméneutique.P.S: Lire l'excellent ouvrage de Louis-Jean Calvet et Jean Véronis "Les mots de Sarkozy"sur la technologie du langage.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Alexcessif 64 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte