Magazine

La rentrée littéraire - Partie 1

Publié le 02 octobre 2009 par Collectifnrv

La rentrée littéraire
( première partie)

Comptes de faits
(la littérature des temps qui viennent)

Ainsi donc cette rentrée littéraire aura été marquée par un épilogue parfaitement inédit et inattendu. Le bientôt nonagénaire et définitif ex-président , qu’on imagine saisi d’une soudaine connivence avec l’univers des grandes dames de la littérature anglo-saxonne emperlée et qu’il a si longtemps admirées et lues en secret ( on le sait désormais), nous livre, sur le tard il faut bien le dire, dans une manière de style suggérant l’improbable généalogie de Barbara Cartland, Gonzague Saint Bris, Max Gallo, Ménie Grégoire et Frédéric Mitterand, une ces oeuvrettes dont raffolent les midinettes , les hommes d’affaire surmenés, les gardiennes d’immeuble en formation permanente et les épouses délaissées.


On peut conjecturer que la motivation était forte, pour cet homme d’exception que son pays n’a pourtant jamais su reconnaître à sa juste valeur, et lui fit subir 3 décennies d’avanies répétées, après l’avoir porté si jeune au sommet. Cette impérieuse détermination se focalisa donc en un unique obsessionnel projet  : finir en beauté et « contre toute attente » damer le pion des ballamous fantasmant un dialogue des carmélites aux temps de la cohabitation, des chirac qui « lachent tout » (écartez vous !), et enfin et surtout des histrions névrosés qui saturent les médias de leurs gaudrioles de gnomes parvenus et de courtisanes en fin de carrière.

Les modalités concrètes d’accomplissement de cette eschatologie individuelle présentant quelques difficultés pratiques, notre Booz sur le retour fulminait sourdement, dans un état de vindicte redoublée depuis le camouflet que fut pour lui le rejet de son grand œuvre par un vain peuple, ingrat et ignorant : le grandiose traité constitutionnel consacrant l ‘Europe mirifique de la concurrence libre et non faussée.
Depuis lors, dans l’ombre et le recueillement tombal de son grand bureau lugubre, où le silence n’était plus rompu par aucune sonnerie de téléphone , assis un peu voûté désormais, il ruminait donc, pensif et prostré, le fourrage amer de l’ironique et cruel destin.; et dans le temps long de cette retraite subie, il arrivait cependant que son œil bleu et clair et encore égrillard, perçant sous les replis amassés des lourdes paupières tombantes, fixât un imaginaire poil pubien en un point sombre du grand tableau face à lui, à toute la distance de la vaste pièce, une de ces toiles sur le modèle allégorique de Bougereau, offerte jadis par un prince polonais, représentant, dans les styles combinés de la prise de la Smala d’Abd el Kader et de l’enlèvement des Sabines, la folie ultime et mortifère des nations incapables de discerner les mérites des meilleurs de leurs fils, en une scène assez confuse où, sur fond de ruines antiques évoquant les décombres de la république, des Mariannes voluptueuses se livraient dans une frénésie de luxure hystérique aux entreprises perverses de succubes contrefaits, figurant les imposteurs successifs .
( ici c’était juste une longue phrase pour marquer le coup de la rentrée littéraire)
Un jour cependant cette morose rumination inspirée au vieillard d’Estaing par celle des pensives vaches d’auvergne que le petit Valery en culottes de golf apercevait jadis sous le ciel bas humide et brumeux des prairies de son enfance ; un jour donc cette occupation méditative des derniers jours sans autre objet qu’un
dasein réduit à sa plus simple expression végétative ; un jour enfin cette méditation solipsiste du grand homme incompris … prit fin.
Le ruminant conséquent expulse périodiquement des bouses, mais sa bouse à lui, il n’en doutait pas, allait être autrement plus coquette que celles de ses sœurs, de celles grossièrement faites d’herbes grasses et de criquets imprudents, et dans l’harmonie du temps ce serait une bouse « propre » dont la couche d’ozone n’aurait pas plus à souffrir que l’effet de serre n’en serait aggravé. Une bouse d’intellectuel éminent et bafoué, issue du compost deux fois digéré, aux acides forts de l’amertume et de la frustration, une sorte d’elexir de bouse tiré, en son alambic intime, de tout le glamour indémodable des secrets d’alcôve des têtes couronnées qu’il avait eu à connaître.


Ah ça, ils allaient voir ce qu’ils allaient voir, le riquet gominé et sa troupe de nains de jardin !
Ainsi par d’improbables ressorts, et suivant les fils tissés par des parques indifférentes aux supputations branchées des critiques littéraires, des journalistes et de toutes les obédiences médiacratiques qui font « l’opinion », ainsi se font et s’imposent des œuvres littéraires inouïes qui bouleversent les téméraires oracles des vanités terrestres.
En dépit du peu d’empressement manifesté par le landernau littéraire pour adouber ce brillant académicien au sein de son élite branchée, et de l’absence frappante de l’indulgence accordée en pareilles circonstances aux petites imperfections propres aux « premiers romans », il faut bien reconnaître à notre libidineux Rubempré du troisième age le mérite d’avoir parfaitement compris et appliqué les méthodes qui ont fait le succès de tant de petits marquis des lettres modernes médiocratiques . Du bègue bédé au manuel de carrière : parler de soi et surtout faire parler de soi, partout où ça parle et de toutes les manières possibles (au besoin en parlant des autres ) , du moment qu’on en parle (de soi), et que les autres en parlent. Et quant au contenu et au style, une seule règle : stimuler les ventes de mouchoirs jetables.
Au moment où j’écris ces lignes ( le livre est sorti ce matin) il est trop tôt pour préjuger de l’accueil populaire ou de la confirmation par la postérité du jugement tout en nuances de l’éditeur :
« Cette nouvelle oeuvre, intitulée LA PRINCESSE ET LE PRÉSIDENT, s’inscrit dans la tradition de ces récits épurés, sobres et parfaitement maîtrisés, en un mot classiques, qui, depuis le dix-septième siècle, ont fait la gloire de nos lettres. »
Alors aux remarques sarcastiques de nos beaux esprits germanopratins, si peu enclins à saluer comme un des leurs ce jeune romancier, tardif certes mais qui a su si bien conserver la fraîche candeur de ses aubades à l’accordéon, nous répondrons :
prenez en de la graines petits paltoquets !
Racler le parquet ça use vite les dents. La cocaïne et les UV ne vous seront pas bien longtemps des muses compensatoires , pas plus que la veulerie complaisante n’occultera durablement la parfaite indigence de vos insignifiantes productions.
Prenez plutôt exemple sur ces vieux crocodiles de la nullité populaire et sachez vendre un conte fée inepte « mais vrai » où des vieux notables libidineux et gourmés lutinent sournoisement des princesses demeurées .
Cessez les autocongratulations en circuit fermé, les échanges cycliques de médailles en chocolat et les hommage réciproques et circulaires. Ne vous contentez plus des pages livres de Libé, du monde , de télérama ou du figaro, de piles à la fnac et dans les relais H, soyez plus audacieux : visez les tête de gondole chez Leclerc !
Désormais vous devez troquer « un immense écrivain » contre :
« Vous l’avez rêvé, Gisgare l’a fait ! »
C’est le slogan de l’avenir des lettres décomplexées.
Et vive la rentrée car cette soupe infâme, multimédiatisée et indéfiniment resservie n’a pas pu empêcher des bons livres d’être écrits , malgré tout.
« But that is another story »

princeep.JPG

Urbain.

NB du collectif : Le changement de planning de diffusion avait retardé la publication de ce billet envoyé bien auparavant les différentes réactions lues ici ou là sur ce même sujet au propos de cette sortie magistrale.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Collectifnrv 241 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte