Magazine Poésie

Ghjuvanara/Hallali (Angèle Paoli) Une traduction inédite de Norbert Paganelli

Par Angèle Paoli


Hallali
Ph., G.AdC



GHJUVANARA

Caccia di a dumènica i colpa di focu taffònani è scussùlani u silenziu
ghjanghjulamenta di li ghjàcari svrambicati ghjuvanara pinciuledda vaga         benistà
insunnachjitu in a frisculina sulara di ghjinaghju
a longa aspittera forsa un pocu di u so calori par riscaldà u cori
a so parolla leta par assirinà l’angoscia              chì pidda quì
in a stracciatura di u tissutu minuccinu         colpa di focu dinò
a bestia sdunzata scarnucciata in u so sangui è l’òmini
briachi di bistialità         vindetti spannati in u carneghju di u ghjornu
in a gesta prumessa
di sanguinacci à vena à ancati grevi
a tarra di a rìa martiddata sulcata sgrumbulighju dinò
di parolli è di a parsonna sottu à i colpa di paratighju induva
omu si strughji in una stantarata
senza mancu sonnia
grachjamentu di i niculini stridori invisibuli
chì trizìnani in celi è rumbiccani u vallu
quali quissu quì o quiddu altru quali
tù chì mi teni cara mi pudarè dì quali
quali hè issu passatu chì trimuleghja sempri in mè
i colpa stracciani a tela liscia di a dumènica
i ghjacari ghjuvanarra ughjulèghjani
i baddi crépani chjocchi secchi
a cacciamossa esibi sempri a so stizza vindicosa
ma quandu hè chè l’omini sarani techji
seti di sangui u cignari chirchenna à la morti
stracciatura di a ghjuvanara
brionu di u purchettu ch’omu strangula
i carrughja citadini rimurìghjani
d’una dumènica abbandunata à i passa industriosi
di i passanti
quì rifrancu u sordu trambustu di u mari
rifrancu l’anedda di i spirali chì ghjòcani
di i so allungamenta di trumbona nantu à a pàgina
rifrancu l’aggrunchjulita di a me mànica
è i graghjamenta di i ghjandaghji
rifrancu i colpa di fucili
chì rùmpani u silenziu
l’absoluta stantarata
viulentu cuntrastu trà ciò ch’ùn possu veda
da quì induva mi trovu ch’intendu
sottu à i tidda di a me peddi è sentu
è ciò chì campa         culà
in stu culandi chì persegui in a me mimoria
i parolli fùghjini dapartuttu
u cignari briona di u so mughju di purchettu stangulatu
chì perdi u so sangui in u chjassu vicinu à quì
tandu dìa essa un altru di i volti ni tombani quatru o cinqui
chè àlzani appicatu par l’anchi
u capu bagniendu in u so sangui
i colpa di focu si sfiàtani
cumpètini di scoddu in scoddu ùn ci n’hè abbastanza
di a verra è di l’obusa chì còlpani a notti
cì sò dinò i colpa di focu di l’omini
a gesta cuntrafatta di a verra
in i caccia ghjuvanara di l’invernu
i parolli càghjani
in u cusgitu scusgitu
di i pàgini
T’aghju u fritu sinu à
l’infondu di u soli
Angèle Paoli
Traduit en corse par Norbert Paganelli


HALLALI
Chasse dominicale les coups de feu trouent l’espace et secouent le silence
jappements de chiens éraillés hallali somnolence vague         bien-être
ensommeillé dans la fraîcheur solaire de janvier
l’attente longue peut-être un peu de sa chaleur pour réchauffer le cœur
sa parole joyeuse pour calmer l’angoisse             qui prend là
dans le déchirement du tissu des entrailles         coups de feu encore
la bête abattue dépecée dans son sang et les hommes
ivres de leur bestialité         vengeances épanouies dans la tuerie du jour
dans la geste promesse
de carnages à venir à sourdes enjambées
la terre du talus martelée labourée effritement aussi
des mots et de soi sous les coups de butoir où
le corps se délite dans l’immobilité
d’une absence de rêve


Dans la fraîcheur solaire de janvier

Ph. angèle paoli


criaillement des mouettes stridences invisibles
qui crissent dans le ciel et raillent le vallon
quel celui-ci ou cet autre quel
toi qui m’aimes me diras-tu qui
quel passé vibre encore en moi
les coups de feu déchirent la toile lisse du dimanche
les chiens hallali hurlent
les balles crèvent claquements secs
la battue continue d’exhiber sa hargne vengeresse
quand donc les hommes seront-ils repus
soif de sang         le sanglier geint à la mort
déchirement de l’hallali
cri de goret que l’on égorge
les rues des villes bruissent
d’un dimanche livré aux pas industrieux
des passants


Les coups de feu déchirent la toile lisse du dimanche

Ph. angèle paoli


ici hormis la rumeur sourde de la mer
hormis les anneaux des spirales qui jouent
de leurs allongements de trombone sur la page
hormis le froissement de ma manche
et les criailleries des geais
hormis les coups de fusil
qui brisent le silence
l’immobilité absolue
contraste violent entre ce que je ne peux voir
d’ici où je me trouve que je perçois
sous les fibres de ma peau et sens
et ce qui se vit         là-bas
dans cet ailleurs que je poursuis dans ma mémoire
les mots échappent qui fuient de toutes parts
le sanglier crie de son cri de goret étranglé
qui perd son sang dans le sentier près d’ici
ou alors est-ce un autre parfois ils en tuent quatre et cinq
qu’ils hissent attachés par les pattes
tête baignant dans son sang
les coups de feu s’étreignent
rivalisent de rocher en rocher il n’y a pas assez
de la guerre et des obus qui mitraillent la nuit
il y a aussi les coups de feu des hommes
la geste mimétique de la guerre
dans les chasses hallali de l’hiver
les mots se coagulent
dans le cousu décousu
des pages


J'ai froid jusque dans le soleil

Ph. angèle paoli


J'ai froid jusque
dans le soleil
Angèle Paoli
D.R. Texte angèlepaoli


Notes d'AP :
- ce poème a été lu (en corse et en français) par Angèle Paoli le 20 mars 2009 à Boulogne-sur-Mer lors d'une Babel Littorale organisée par Georges Guillain et Jean-Pierre Chevais ;
- en décembre 2008, le 1° prix de poésie « Lungoni », organisé par la commune de Santa Teresa Gallura (pour la quatorzième année consécutive), sous l’égide de la région autonome de Sardaigne, a été attribué pour la catégorie « langue corse » à Norbert Paganelli pour Anima comuna (Ame commune) [cliquer pour voir la video correspondante], poème tiré de son recueil Canta à i Sarri (préface de Jacques Fusina).


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Angèle Paoli 36629 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines