Magazine Livres

Le Wonderbra, le caddie et moi.

Par Olivia Toja

L'agence Rouge m'avait demandé "Voulez vous tester les nouveaux Wonderbra?".
"Tu parles!" ai-je répondu (dans ce langage châtié qui me caractérise tant). Vu que mes 5 kilos de trop sont essentiellement placés dans ma poitrine opulente (et plus bas aussi, je vous entends d'ici), casons tout ça dans un joli soutif.
Et voilà ce que j'ai reçu ... tout le magasin !

Evidemment, moi qui adore tester, j'ai sauté à seins-joints dans mes nouvelles parures.
Dès le départ, j'ai éliminé le modèle fuschia, trop "Moulin-Rouge" pour moi. Le modèle lilas, pourquoi pas. Mais avec mon bronzage endive, ce n'est pas glamour glamour.
Le modèle "audacieux" (3ème en partant du haut) me semblant plus adapté, me voilà partie pour un test "in vivo".
Prête à toutes les expériences, j'ai pensé que mon Wonderbra pouvait m'accompagner au quotidien (et pas seulement dans des plans X, avec Marid'amour, qui m'aime surtout sans soutif d'ailleurs).

Nous voilà donc au supermarché, mon Wonderbra et moi. Evidemment, je ressemble à un peu à Marie-Antoinette corsetée, avec mes nénés remontés dans leur push-up.
Je vais faire des ravages, je le sens bien.
Je me prépare psychologiquement à affronter des mâles en rut à ma seule vue.

Je me pavane, tous seins dehors, en poussant mon caddie.
Mais rien, nada, queudal.

1er problème : au supermarché, je ne croise que des papys venus acheter des Téna ou des All-Bran. Pas trop ma cible.

2ème problème : sur ma liste de courses, des couches bébé, du lait 1er âge, des choco BN et 1 cahier grand-format-grands-carreaux. Constat : les hommes n'achètent pas de cahier grand-format-grands-carreaux. Pas un kiki à l'horizon. Or, sur les femmes, mes nénés rebondis ne font aucun effet.

A la caisse, idem. Tout le monde s'en fout.

Ben alors, Wonderbra ? N'est on pas censé se transformer en danger public en te portant ?(il me semble que le panneau de pub "regardez moi dans les yeux" avait causé pas mal de carambolages !).
Bon, je te donne une autre chance. La prochaine fois, je teste le modèle pour décolleté plongeant.

Et là, promis, je ne porterai pas de col roulé.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivia Toja 12 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines