Magazine Côté Femmes

La médiation s’invite aux négociations gouvernementales

Publié le 17 octobre 2007 par Dominique Foucart

Dans le cadre des négociations dites de “l’orange bleue”, les négociateurs des 4 futurs partenaires de l’hypothétique majorité ont hier signé un accord sur la “justice” dans lequel apparaît la notion de médiation.

Note négociations gouvernementales sur la justice

A la lecture de cette note apparaît la volonté du “futur gouvernement” de promouvoir la médiation comme méthode alternative de résolution des conflits.

Le contexte et les acteurs de ces médiations ne sont cependant pas encore clarifiés. La crainte de voir mettre la charrue avant les boeufs me paraît même justifié. Il faut en effet d’abord promouvoir la médiation de toutes les manières possibles - par exemple en imposant le passage par la tentative de médiation avant tout recours aux tribunaux. Or on peut craindre que ce sera la mise en place de “Centres de Médiations”, ajoutant au nombre des médiateurs en rendant leur situation encore plus précaire, qui viendra d’abord. Et bien entendu, il ne restera alors plus de moyens pour promouvoir la médiation proprement dite.

Pourtant des moyens, il vaudrait mieux les consacrer à rendre la médiation moins chère, non pas en augmentant le nombre des médiateurs, mais bien en utilisant ceux qui sont agréés et en facilitant l’accès à leurs services par une forme indirecte de financement partiel. Pourquoi ouvrir de nouveaux centres de médiation alors que l’on pourrait par exemple mettre en place un système du type rencontré dans le domaine médical: un médiateur “conventionné” s’engage à exercer selon un tarif défini, et un pourcentage important de ce tarif est alors pris en charge par l’état, à travers la création d’une forme de “sécurité judiciaire”, pendant de la “sécurité sociale”?


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Dominique Foucart 26 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte