Magazine

Une Histoire belge à connaitre

Publié le 18 octobre 2007 par Paul

Un billet sur la crise identitaire que connait actuellement la Belgique. On aura vraiment tout vu sur mon blog mais je trouvais ça plus intéressant que, la prétendue rumeur supposant un divorce prochain du couple Sarkozy, qui résulterait d’une vidéo porno que Cécilia aurait tourné avec Brad Pitt. Non mais sérieux ce genre de potins on s’en congestionne la cloison nasale !

Ne cachons pas l’aimable compassion avec laquelle les Belges considèrent le regard que les Français ont de leur pays et de son peuple ses peuples. D’ailleurs s’ils sont crédités d’avoir fourni Annie Cordy, Adamo et quelques grands noms de la BD (Hergé, Franquin, Goscinny) cela constitue guère qu’une raison supplémentaire de ne voir en eux qu’une partie de l’Hexagone. De même que les Suisses sont globalement ressentis comme le petit frère francophone des Alpes (alors qu’à peine 20% parlent naturellement le français en tant que Romands), les Belges sont perçus comme des presque Français, encombrés d’une petite minorité exotique s’accrochant à la langue flamande, en fait, presque 60% !

Et n’oublions pas d’évoquer les difficultés pour constituer un gouvernement plus de trois mois après les élections législatives qui ont fait percevoir l’intensité de cette crise identitaire. D’ailleurs l’ami (ou pas) Leterme porte un nom francophone qui a contribué à montrer que la situation n’était pas si simple. La complexité de cette dernière remonte d’ailleurs directement à l’Histoire.

Bah oué parce que la Belgique existait avant la France et avec une réalité géographique différente : la grande Gaule belgique des Romains. Prise ensuite dans le tourbillon de la décomposition de l’Empire d’Occident, puis dans la formation du Saint Empire germanique, elle connut plusieurs occupations. En 1830, un pacte permit l’émergence du royaume qui fut remis à Léopold qui épousa une fille du roi des Français, Louis-Philippe.

Certes on avait alors négligé l’aspect linguistique puisque dans les pays de parler Flamand, l’élite s’exprimait en Français et on croyait son expansion irréversible. L’échec de la neutralité internationale au XXe siècle (avec deux occupations allemandes) bouleversa les données, cependant le phénomène fut masqué, entre autre, par la politique menée dans le cadre du Benelux mais il continua néanmoins à progresser, évoluant vers un nationalisme anti-wallon puis anti-belge.

Récemment par exemple : alors que les Flamands se montrent de plus en plus nombreux à vouloir constituer leur Etat indépendant, commence à se développer sérieusement chez les Wallons l’idée d’un rattachement (certains préfèrent dire réunion) à la France.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Paul 502 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte