Magazine Société

Un cas pour le 261bis ?

Publié le 18 octobre 2007 par Alain Hubler

Page d'accueil Sur la toile, parmi celles et ceux qui défendent plus ou moins à demi-mots l’UDC, on trouve des gens qui me dégoûtent vraiment. En tête de liste, on trouve un certain Alain Jean-Mairet qui est le propriétaire du site «precaution.ch» dont le slogan est très évocateur:

Le devoir de précaution: discréditer l’Islam

A la rubrique «concept» de son site, il annonce dans ambages :

1. Lancer une initiative populaire (…) demandant que la Confédération (…), et non plus les cantons, ait la compétence de reconnaître et de gérer les communautés religieuses (églises, groupes et associations à caractère religieux). Ceci afin de déclencher un débat national. Cette initiative provoquerait d’abord une vaste campagne de collecte de signatures dans tout le pays, puis le gouvernement devrait organiser une votation nationale sur le sujet et bien sûr les Chambres traiteraient le dossier aussi. Le gouvernement pourrait encombrer le projet en faisant une contre-proposition, ce qui est fort probable. Bref: tout le pays en parlera.

2. Créer parallèlement un dossier à charge contre l’Islam basé sur le consensus des lois islamiques en matière de djihad, dhimma, houdouds et esclavage (…) et générer des centaines d’actions en justice, dans toute l’Europe, qui attaqueraient l’Islam officiel sous toutes ses formes (Coran, mosquées, centres islamiques, prêcheurs, associations, banques, librairies) et en fonction des législations locales.

Les actions en justice sont pratiquement condamnées à l’échec, mais la conjonction de ces deux tactiques permettrait d’informer suffisamment de gens et de manière suffisamment crédible (…) pour que tous les projets islamiques deviennent impossibles à réaliser en Suisse (notamment), car obscènes pour une écrasante majorité de la population.

Ainsi, il s’agit en fait moins d’interdire que de discréditer l’Islam.

Manifestement, ce monsieur de Lucerne, journaliste et islamophobe de son état ne pèse pas ou pèse trop ses mots …

En plus, ce triste sire a trouvé un bon moyen pour se faire quelques sous puisqu’il ajoute à la fin de la présentation de son «concept» :

Pour obtenir des explications de vive voix, merci de composer le numéro surtaxé suisse (2 fr./min) 0900 xx xx xx.

N’importe quel dictionnaire vous donnera des synonymes pour le verbe «discréditer», en voici une brochette :

avilir, calomnier, débiner, déconsidérer, décrier, dénigrer, déprécier, déshonorer, dévaloriser, dévaluer, diminuer, disqualifier, porter, porter atteinte à, rabaisser, salir.

M. A. J.-M. a donc pour ambition de disqualifier ou de salir une religion qui regroupe entre 1 et 1,8 milliard de pratiquants de par le monde.

Exploiter un site Internet portant ce titre et diffuser une telle propagande est inadmissible et relève vraisemblablement de la justice pénale, encore faut-il que celle ou celui qui porteras plainte ait qualité pour agir.

Pour rappel, l’article 261bis du Code pénal Suisse prévoit :

«celui qui, publiquement, aura propagé une idéologie visant à rabaisser ou à dénigrer de façon systématique les membres d’une race, d’une ethnie ou d’une religion;
(…)
sera puni d’une peine privative de liberté de trois ans au plus ou d’une peine pécuniaire. »

Par ailleurs, Alain Jean-Mairet a déposé une plainte collective contre une émission de Temps présent sur le Hezbollah diffusée le 26 octobre 2006. L’Autorité indépendante d’examen des plaintes (AIEP) a débouté les plaignants comme le confirme cette brève de Presse Suisse.
Qui dit plainte collective dit plusieurs plaignants, voici la liste des principaux : les conseillers nationaux UDC Oskar Freysinger (VS), Jacques Pagan (GE), le député UDC genevois Yves Nidegger et Marcel Cohen-Dumani.

Décidément, entre islamophobes et SVP, c’est l’union sacrée.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Alain Hubler 199 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine