Magazine Échecs

Pearl Spring 2009 - Magnus Carlsen : jeune et géant

Publié le 12 octobre 2009 par Vinz

Le monde des Échecs l’attend comme la star, ce qu’il est déjà dans le jeu. A 18 ans, le Norvégien Magnus Carlsen a réalisé la plus grande performance jamais établie dans un tournoi international d’Échecs en remportant le tournoi de Nankin.

Pearl Spring 2009.Magnus Carlsen : jeune et géant

3002 points. Cette valeur n’a pas grande signification pour les non-initiés mais pour un joueur d’Echecs c’est une barrière historique qu’a franchie Magnus Carlsen. En sachant que le numéro 1 mondial (le Bulgare Veselin Topalov) est le seul à être au-dessus des 2800 points Elo, que Carlsen est numéro 4 mondial avec 2772 points, qu’un grand-maître international est classé à plus de 2500 points et que le niveau moyen d’un amateur classé tourne autour de 1500-1600 (un débutant est à 1000 points Elo), j’espère que vous appréciez l’ampleur de l’exploit du Norvégien.

Le plus fort tournoi de l’année

Du 28 septembre au 9 octobre Nankin accueillait la deuxième édition du Pearl Spring, un des tournois du récent circuit du Grand Chelem (comprenant aussi les autres tournois majeurs de Wijk aan Zee, Linarès et Sofia). L’an passé, Veselin Topalov avait confirmé son statut de numéro un mondial en l’emportant nettement. Le tournoi était doté d’un montant de 250 000 € dont 80 000 étaient attribués au vainqueur qui ne l’a pas volé (enfin moins qu’un certain pousseur de ballon !).

Cette fois, le joueur le mieux classé (2813) a été largement dépassé par la fusée Carlsen.

Dans ce tournoi qui regroupe 6 joueurs qui s’affrontent en parties aller et retour, 10 rondes sont prévues. A côté de Topalov (numéro 1 mondial) et Carlsen (n°4 avec 2772) on retrouve le Hongrois Peter Leko (2762 6ème mondial, vice-champion du monde 2004), l’Azerbaïdjanais Teimour Radjabov (2757 7ème mondial), Dmitri Jakovenko le représentant russe (2742 11ème mondial) et le local le Chinois Wang Yue (2736 15ème mondial). Que du beau linge ! Le tournoi a atteint la catégorie 21 (la plus forte jamais) et une incroyable  moyenne de 2764 points Elo.

Une performance sans précédent

Dans le tour aller, Carlsen est le seul à gagner des parties. Il en gagne 4 sur 5, annule avec les Noirs contre le solide Chinois Wang dont l’agressivité dans le jeu n’est pas la caractéristique première. Carlsen distribue quelques leçons avec les pièces blanches, à Topalov et surtout à Peter Leko, lui aussi connu pour la difficulté à le battre. Les autres rencontres sont nulles mais souvent au terme de combats acharnés. A ce niveau, l’écart est trop faible pour qu’un minimum de risques suffise à l’emporter comme au temps des Capablanca, Lasker, Alekhine.

Quoiqu’il en soit, Carlsen est déjà largement en tête après la phase aller : 1.Carlsen 4,5/5 2.Wang 2,5 (5 nulles) 3-6. Jakovenko, Leko, Radjabov, Topalov 2 (Tous 4  nulles et 1 défaite contre Carlsen).

Le tour retour est un peu plus animé. Spécialiste des fins de tournoi en fanfare, Veselin Topalov remporte une victoire improbable à la 6ème ronde contre Jakovenko qui s’est fourvoyé dans une position tendue mais où il était gagnant. Toujours avec les Noirs, le Bulgare s’impose de manière un peu plus claire contre Leko à la 8ème ronde. La même journée, Carlsen, qui avait annulé ses deux parties précédentes, reprend ses habitudes en infligeant sa première et seule défaite à Wang (qui pour une fois avait pris quelques risques) et Jakovenko se retrouve en battant Radjabov. La 9ème ronde assurait la victoire au Norvégien qui comptait 2 points d’avance sur Topalov. Dans la 10ème, il bat à nouveau Jakovenko mais avec les Blancs et capitalise son triomphe avec 2,5 points d’avance, écart énorme avec aussi peu de parties jouées.

Classement

1. Carlsen 8/10 (6 victoires et 4 nulles, performance à 3002 points Elo, gain de 28 points ce qui est gigantesque à ce niveau). Le jeune homme, qui fêtera ses 19 ans le 30 novembre prochain, établit la plus haute performance jamais réalisée dans un tournoi. Il efface la performance de 2899 points réalisée par … Anatoli Karpov à Linarès en 1994 quand l’ancien champion du monde avait gagné 9 parties et 4 nulles sur 13 rondes ! Carlsen a aussi battu tous ses adversaires avec les Blancs (5 victoires en 5 parties) ce qui est ahurissant. En un seul tournoi il a franchi la barre des 2800 points Elo et s’il ne perd pas de points, il sera le cinquième joueur à franchir ce mur (après Kasparov, Kramnik, Topalov et Anand dans l’ordre chronologique).

2. Topalov 5.5 (2 victoires, 1 défaite, 7 nulles). Toujours dans son style sans compromis et hautement risqué, le Bulgare n’a pas pu rivaliser avec le champion norvégien. Il limite la perte (-3 points Elo) en sachant qu’il avait 41 points de plus que Carlsen, deuxième joueur classé. L’écart entre les deux est passé à 9 points selon le classement officieux.

3. Wang Yue 4.5 (9 nulles et 1 défaite). Le Chinois est dur à battre mais n’arrive pas à gagner non plus. C’est un os dur à ronger mais s’il veut entrer dans le Top 10, il va lui falloir prendre un peu plus de risques. Il gagne 2 points Elo.

4. Radjabov 4 (2 défaites, 8 nulles). Un tournoi relativement moyen pour le natif de Bakou qui n’a pas vraiment convaincu avec les Blancs (-9 points).

5.Leko 4 (2 défaites, 8 nulles). Un tournoi pur Leko. Solide mais pas assez volontaire pour prendre des risques. Sa défaite dès la première ronde contre Carlsen ne l’a pas aidé non plus. Il perd 10 points Elo

6. Jakovenko 4 (1 victoire, 3 défaites, 6 nulles). Le champion russe reste relativement peu familier des super tournois.  Il totalise 2 défaites contre Carlsen et le reste est à 50%. Un tournoi pas si négatif que cela mais il a été victime de la tempête boréale. Ce double zéro coûte au final une perte de 6 points après ce tournoi.

L’effet Kasparov

Le succès de Magnus Carlsen n’est pas sans rappeler les exploits de Garri Kasparov. En effet, il y a 20 ans, le champion russe avait écrasé de sa classe les tournois de Tilburg et Belgrade pour battre le record mythique de Bobby Fischer (2785 points Elo) et franchir le premier la barre des 2800 points. Mais il y a sans un lien de cause à effet.

Et oui, au début du mois de septembre, la nouvelle était officielle. Depuis quelques semaines, Carlsen s’entrainait avec Kasparov, en particulier dans la résidence croate du champion russe. Déjà en 2003, Kasparov avait considéré que Carlsen, qui n’avait que 13 ans, serait son successeur, estimant très haut ses talents ; d’ailleurs le petit Magnus est très tôt surnommé le « Mozart des Échecs ». Devenu à 13 ans et 4 mois le troisième plus jeune grand-maître de l’histoire en 2004, le Norvégien a fait connaissance avec le plus haut niveau. Ses résultats du premier semestre 2009 étaient relativement décevants : 4ème à Wijk aan Zee, troisième à Linarès malgré des victoires contre le champion du monde Anand et le vainqueur le russe Grischuk, deuxième avec Topalov à Sofia, battu à l’ultime ronde par le vainqueur, l’hispano-letton Shirov. Mais au vu de l’opposition, Carlsen a surtout gagné de l’expérience et senti qu’il devait franchir un cap.

Depuis le mois de mai, Carlsen s’était accordé une petite retraite, le temps de préparer sa collaboration avec Kasparov (dont on disait déjà qu’il lui aurait « vendu » ses préparations lorsqu’il a annoncé sa retraite des tournois). Le travail a été payant. Magnus n’a jamais été en danger dans ses parties et a produit quelques nouveautés théoriques. On remarque aussi qu’il a repris les schémas préférés de Kasparov, que ce dernier avait aussi utilisé contre Karpov lors de leur récent match de Valence (ce qui prouve qu’un match entre deux K vieillissants est toujours intéressant sur le plan technique). Réciproquement, l’entrainement de Carlsen a sans doute aidé Kasparov à préparer son jubilé contre Karpov. D’ailleurs il l’a reconnu, admettant qu’il n’aurait jamais joué ce match s’il n’avait pas fait cette préparation.

La fin dun mythe : Kasparov en marcel avec des lunettes qui entraine Carlsen, qui réfléchit sur une position.

La fin d'un mythe : Kasparov en marcel avec des lunettes qui entraine Carlsen, qui réfléchit sur une position.

Carlsen incarne aussi l’espoir de relancer la médiatisation du jeu. Plutôt timide, pas forcément à l’aise avec un micro, le jeune champion doit sans doute sentir l’attente. Qu’il soit le porte-drapeau charismatique d’un sport qui a perdu en lisibilité depuis plus de 15 ans. Il en a le style de jeu : il n’a pas peur de perdre et joue toujours pour gagner, ce qui est toujours ambitieux à ce niveau, même s’il n’est pas prêt à faire n’importe quoi. Carlsen a gagné en maturité dans son jeu. Il lui restera à conquérir deux objectifs majeurs : la place de numéro un mondial qui lui semble destinée à court terme et le titre de champion du monde, qu’il ne pourra pas conquérir avant 2011.

Chez les filles

Parallèlement au Pearl Spring, la FIDE avait organisé une étape de son Grand Prix féminin. En Chine, les Echecs ont regagné une grande popularité après son interdiction pendant la Révolution Culturelle et les femmes sont championnes du monde et olympiques, en plus d’avoir raflé des titres mondiaux (Xie Jun en 1991, Zu Chen qui joue désormais pour le Qatar).

C’est l’une d’elles Xu Yuhua, championne du monde de 2006 à 2008, qui triomphe avec 8 points sur 11 (7 victoires, 2 défaites et 2 nulles). Après avoir aligné une série de 5 gains, elle devance la Géorgienne Nana Dragnidze (7,5 points) qui avait fait la première moitié du tournoi en tête (Aussi 5 victoires mais pour commencer), puis une autre Chinoise Zhao Xue (7) qui coiffe sur le podium la meilleure joueuse française Marie Sebag (6,5) qui était en tête après 8 rondes avant de perdre deux parties puis d’annuler contre Xu Yuhua. Une bonne performance malgré tout pour notre jeune tricolore qui était classé tête de série numéro 3.

Marie Sebag contre Xu Yuhua à la dernière ronde du tournoi. La bataille a été rude (47 coups) mais sest achevée par la nulle. Dommage car une victoire aurait placé Marie sur le podium.

Marie Sebag contre Xu Yuhua à la dernière ronde du tournoi. La bataille a été rude (47 coups) mais s'est achevée par la nulle. Dommage car une victoire aurait placé Marie sur le podium.

Encore une atteinte aux Droits de l’Homme

Pour terminer, nous ne pouvons que déplorer une nouvelle atteinte de l’organisation chinoise aux Droits de l’Homme. En effet, les joueurs ont été obligés de porter ça ! Regardez les photographies. Pour Wang ça peut aller mais pour Carlsen, bof !

Magnus Carlsen contre Dimitri Jakovenko sous loeil de Veselin Topalov. Mais bon sang pense le Bulgare, jaurai dû y penser ! Ecrire une lettre de protestation. (PS. En fait, il note le coup joué).

Magnus Carlsen contre Dimitri Jakovenko sous l'oeil de Veselin Topalov. "Mais bon sang pense le Bulgare, j'aurai dû y penser ! Ecrire une lettre de protestation". (PS. En fait, il note le coup joué).

Topalov contre Radjabov. Topalov note le coup joué (mais en fait il prépare sa lettre de protestation contre le port obligatoire de la tenue officielle ).

Topalov contre Radjabov. Topalov note le coup joué (mais en fait il prépare sa lettre de protestation contre le port obligatoire de la tenue officielle ).

Peter Leko contre Wag Yue. Pendant que Wang semble se moquer du port de la tenue (cest tout juste sil ne sendort pas), Leko fait semblant de noter le coup pour suivre lidée de Topalov et Jakovenko.

Peter Leko contre Wag Yue. Pendant que Wang semble se moquer du port de la tenue (c'est tout juste s'il ne s'endort pas), Leko fait semblant de noter le coup pour suivre l'idée de Topalov et Jakovenko.

PS. Sources des photos http://blog.sina.com.cn/chessnews.

Pour ceux qui aiment les vidéos insipides, voici une partie brièvement commentée par mes soins, qui a opposé Carlsen au grand-maître Leko.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Vinz 627 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines