Magazine Société

Les belles jambes de Dominique Reiniche.

Publié le 12 octobre 2009 par Pensezbibi

Femme de Pouvoir

 En 2007, avant son élection, Chouchou avait rencontré à deux reprises Dominique Reiniche, patronne de Coca Cola Europe, pour en faire éventuellement une ministrable. Dominique avait préféré rester Femme de pouvoir dans cette universelle Entreprise qui fait des bulles.

BiBi s’est fortement interessé à ces Femmes qui partent à la Conquête du Monde et qui font partie de la minorité des administrateurs des Sociétés du CAC 40. Ainsi, en 2005, sur les 453 administrateurs de ces Sociétés, on ne compte que 29 femmes, soit à peine 6%%. Dominique n’est pas au chômage puisqu’outre son poste de Number One à Coca Cola Europe, elle siège – vertu cumulative des Entrepreneurs français – chez Essilor, chez ING Direct et chez Axa. Récemment, notre Dame, qui règne sur les bouteilles de 38 pays européens, est entrée dans le Top 5 des françaises les plus fortunées et elle est devenue la 21ième au rang mondial. Bravo !

C’est évidemment une bosseuse (qualité de tous ces Executive Men & Women) ; elle n’hésite pas à sillonner l’Europe, de Milan à Courchevel, de Budapest à Madrid ; elle a délaissé son poste au MEDEF pour siéger dans des instances «écologiques» et plus avantageuses en notoriété (dans l’industrie agro-alimentaire, à l’UNESDA – European Non-Alcoholic Beverage Industry etc). Comme femme, elle a eu à subir les vexations habituelles des milieux machistes. On l’a prise pour une secrétaire, on l’a invitée à boire un verre pour abréger les réunions.

Elle sait aussi très bien combien compte cette vertu des Gens de Pouvoir : le charisme. Elle consacre donc 20% de son temps à la stratégie et 80% au terrain avec ses équipes. Elle a parfaitement épousé l’esprit du Nouvel Esprit du Capitalisme : être «ouverte et curieuse», être l’animatrice d’une équipe. Elle sait évidemment s’engager («J’ai toujours voulu me trouver au premier rang, faire preuve d’une extrême curiosité. Je suis intéressée en tout mais spécialiste en rien. En réalité, je suis faite uniquement pour être chef»). C’est une bosseuse et son modèle, c’est… Madonna (« Je cite volontiers l’exemple de Madonna. Serait-elle arrivée là où elle est si elle n’avait pas travaillé d’arrache-pied ? Elle bosse comme une folle, plus que moi peut-être»). La Responsabilité est définie comme une responsabilité par rapport à soi (et non par rapport à autrui comme dans le Capitalisme du Temps passé) : «Il est trop facile de prendre les producteurs comme bouc émissaire. Les pouvoirs publics, l’école, les parents, tout le monde a sa part de responsabilité».

Evidemment, il lui est très difficile de faire la distinction entre vie privée et vie publique. La Femme restant, pour Dominique Reiniche, celle qui doit continuer à s’occuper de ses trois enfants, des repas, du scolaire, du planning des vacances. Toutes contraintes – dit-elle – qui sont, au final, lorsqu’on les traverse, des avantages vis-à-vis des Hommes (de Pouvoir).

Ce «don de sa personne» à Coca-Cola (le désir de se donner) vient de loin : « C’est une des marques mythiques de mon enfance, je l’ai toujours adorée ». On a les rêves d’enfant qu’on peut.

Bien entendu, à l’instar des Grands Capitaines d’Industrie d’aujourd’hui, elle affirme que le pouvoir ne l’intéresse pas particulièrement. «Je considère plutôt ma place sur cette liste comme une reconnaissance de mon équipe et de moi-même en tant que leader». On reconnait là le Discours managérial né des années 2000 : fini le temps du Petit Chef, il faut se montrer un «Leader», être un «Donneur de Souffle», être familier mais sans excès, se montrer toujours disponible, sage et équilibré. E-qui-li-brée, comme les produits idylliques de la Marque, en somme : «Nos produits s’inscrivent par ailleurs dans un mode de vie équilibré, tant que vous y intégrez la variété, la modération et des exercices physiques suffisants».

Pour mener cette vie-là et réaliser ses rêves, là, le discours ne change pas : il faut  «se battre, travailler d’arrache-pied pour y arriver». Pour tenir le coup, l’activité sportive est toujours exaltée : «Je stimule toujours mes enfants à prendre l’escalier. «Cela vous donnera de belles jambes…j’applique moi-même le conseil». A bientôt de se rencontrer dans l’escalier, Dominique.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pensezbibi 210 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine