Magazine France

Népotisme

Publié le 12 octobre 2009 par Malesherbes

En 1963, j’avais assisté au Théâtre de Paris à une représentation d’une pièce de Frank Loesser et Abe Burrows intitulée « Comment réussir dans les affaires sans vraiment se fatiguer ». Après tant d’années, j’en ai conservé deux souvenirs, l’image malicieuse et distinguée d’André Luguet, et une réplique qui m’est restée sous cette forme : « Le népotisme, c’est quand le neveu du Président est un crétin ».

Nous pouvons donc être rassurés : la probable accession du brillant fils de notre Président de la République au poste de président de l’Etablissement public d’aménagement de la Défense ne saurait être qualifiée de népotisme. Jean Sarkozy est intelligent, c’est Patrick Devedjian, notre lumineux ministre de la Relance, qui nous l’affirme. On a en effet pu l’entendre dire, sur Radio Classique : « Il apprendra. C'est en forgeant que l'on devient forgeron. J'en ai parlé avec le président de la République puisque je suis le président sortant ». C’est l’expression même du bon sens. D’ailleurs tous les jeunes, sans autre diplôme que le baccalauréat comme notre dauphin Jean mais, eux aussi, à la recherche d’un emploi, vont très rapidement se voir proposer de forger. Il suffira à leurs prédécesseurs d’en parler au Président.

M. Devedjian a également déclaré : « Je lui ai dit que j'avais remis les choses en ordre mais que c'était aussi quelque chose de complexe. Cela dit, il sera assisté et donc il sera aidé. Et puis c'est un garçon intelligent, il est capable d'apprendre ». Quant aux milliers de jeunes de moins de vingt-cinq ans cherchant vainement un emploi, même moins prestigieux, qui sont eux aussi fils de leur père, je ne pense pas que leurs employeurs leur proposent de les assister. Notre majorité a d’ailleurs juré de nous débarrasser de cette société d’assistance qui est la nôtre. Fort heureusement, lorsque l’on choisit parmi les candidats à un emploi, on retient celui qui a fait la preuve de sa capacité et qui est apte à être opérationnel sur le champ. Si l’on trouve encore des jeunes sans travail, il ne peut donc s’agir, selon la jurisprudence Devedjian, que de crétins.

Honte à tous ceux qui auraient de mauvaises pensées. M. Balkany l’a fort bien dit : « Cela n'a rien à voir avec le fait qu'il soit le fils de son père. Ce n'est pas parce qu'il est le fils du président de la République qu'il est là, c'est parce qu'il a le talent pour le faire ».

Ce lundi 12 octobre, Bruce Toussaint concluait son Edition spéciale sur Canal+ par une nouvelle survenue pendant l’émission : le prix Nobel d’économie était décerné à Jean Sarkozy. Las, il lui fallait aussitôt avouer son imposture, ce n’était qu’une plaisanterie de fort mauvais goût. Quelle ignominie, accabler ainsi une famille déjà fort éprouvée : le prix Nobel de la paix ravi à Nicolas par un blanc-bec américain et maintenant celui d’économie refusé à Jean, si désireux, et capable, d’apprendre. Où donc ces jurés du Nobel ont-ils la tête ?


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Malesherbes 59 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte