Magazine Poésie

L’enfant des mers

Par Pantsavarts

Il y a une fontaine et son oeil au fond proche et meurtri

il y a un soleil un grimoire où j’inscris toutes les traces du vent qui passe

il y a un chercheur un esprit qui suit les flammes

je voudrais être avec eux en d’autres termes n’importe où

que le vent fragile m’emporte avec lui

là où j’étais l’enfant des mers là je ne suis plus rien

il y a un seuil que jamais je n’ai franchi

et pourtant tout s’en vient fondre de l’inconnu s’envole contre moi les feuilles qui tombent les arbres me regardent comme si j’étais nu

au fond du lac de Lyr je l’ai attendu Viv’ et j’imaginais son sourire

il y avait une fontaine et un oeil au proche comme au figuré et il faisait soleil le plus clair du temps c’était un de ces endroits sans rien qui nuit

le puits de lumière c’était ton regard

le souffle chaud venait de ton coeur

là il y avait de la vie au meilleur de l’esprit

L’enfant des mers

Fontaine de Barenton.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pantsavarts 53 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines