Magazine Cyclisme

“ une guerre, un poker ”

Publié le 13 octobre 2009 par Roltiss @roltiss
“ UNE GUERRE, UN POKER ”
Photo cor. NR, Aurat
« C’est angoissant, et il faut savoir pousser les portes très fort. »
www.lanouvellerepublique.fr
Autorisation du 03.02.2005

Samedi, Rudy Lesschaeve, 24 ans, a bouclé sa saison sur le chrono de Saint-Ouen. L'an prochain, il ne passera pas pro, mais il espère encore. Très fort.
 
Arrive-t-il en bout de course ou est-il à l'orée d'un tournant ? Touche-t-il de tout près l'ingratitude de ce sport, ou s'apprête-t-il à découvrir le grand bain, enfin ?
Ces questions, Rudy Lesschaeve, coureur vendômois de 24 ans, formé avec – entre autres – Brice Feillu, se les pose souvent. Pour ne pas dire tout le temps. « C'est angoissant, reconnaît-il. C'est franchement dur de ne pas trop savoir de quoi demain sera fait, mais je ne suis pas loin»
L'an prochain, Rudy Lesschaeve, vice-champion régional juniors – entre Jonathan Hivert (aujourd'hui chez Skil-Shimano) et Brice Feillu (Vacansoleil l'an prochain), ratera donc le train des professionnels. Il repartira, pour une deuxième saison, sous les couleurs du CC Nogent-sur-Oise. Considéré comme l'une des meilleures structures amateurs de France. « Tout se jouera l'an prochain, c'est évident. C'est l'année où jamais ! J'espérais faire mieux cette saison, progresser plus vite, mais je suis passé souvent à côté de victoires. Des places de deuxième, troisième, ça ne m'intéresse plus. J'ai été présent, mais pas transcendant ! »
Des choses à changer dans l'approche des courses ? « Peut-être prendre plus de risques. Oser davantage. Essayer, aussi, de sélectionner plus mes objectifs. Gagner en puissance, aussi. »
Forcément, les recruteurs se sont fait plus discrets qu'ils ne l'espéraient. « J'ai bien eu quelques contacts avec des équipesContinental, mais rien de très sérieux. » Ce coureur qui se définit, sur ses CV, comme un puncheur, pèse avec réalisme : « Vu la période économique, c'est compliqué. Mais les portes, il faut savoir les pousser tout seul ! Être au bon endroit au bon moment. Ça se joue souvent à peu de choses. »
Et Rudy Lesschaeve d'évoquer donc cette loterie. « C'est du poker. C'est beaucoup de boulot pour pas grand chose à l'arrivée. Mais c'est une guerre et l'on doit l'accepter. »
 
“ Si j'échoue
l'an prochain
j'arrête ”

 
En fin de saison prochaine, le Vendômois sera donc fixé. A l'heure du bilan, s'il devait de nouveau manquer la marche, « j'arrêterai de courir à ce niveau. Je continuerai à rouler, mais plus à cette cadence. Peut-être que je resterai quand même dans le milieu, d'une autre façon ».
Aura-t-il des regrets ? « Peut-être un, oui. Celui d'être parti, en sortant des juniors, dans une équipe semi-pro managée par Luc Leblanc. J'avais 18 ans, et ça m'a un peu cramé. J'ai galéré, je me suis précipité. Mais ça m'a forgé un caractère» Il en aura besoin, cette saison, pour passer la frontière.
Gaspard Brémond
sports.blois@nrco.fr

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Roltiss 200 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines