Magazine Humeur

Ste Catherine de Sienne, Comment l'on ne peut observer les commandements, si l'on n'observe les conseils 3

Publié le 13 octobre 2009 par Walterman

Les parfaits, eux, observent le conseil; ils quittent les biens de ce monde avec tous ses plaisirs, ils affligent leur corps par les veilles, par la pénitence, par la prière humble et continuelle.

Quant aux autres qui sont dans la charité commune, en ne renonçant pas à la possession réelle des richesses, ils ne perdent pas la vie éternelle, puisqu'ils ne sont pas tenus à ce renoncement.

Mais, s'ils veulent posséder les biens temporels, ils doivent faire suivant la manière que je t'ai enseignée. En les conservant, ils ne pèchent pas, puisque toute chose est bonne, excellente, créée par moi qui suis la Bonté souveraine, faite pour le service de mes créatures raisonnables, mais non pour que mes créatures deviennent serves et esclaves des délices du monde. Ceux qui ne désirent pas arriver à la grande perfection, et auxquels il plaît de conserver ces biens, les doivent donc posséder en seigneurs, non en esclaves. C'est à Moi que doit aller leur désir; tout le reste, ils le doivent aimer non comme une chose à eux prêtée pour leur service, ainsi que je t'ai dit. Je ne regarde ni aux personnes (Ac 10,34), ni aux positions qu'elles occupent: je n'ai égard qu'aux saints désirs. Par conséquent, dans tous les états que l'homme choisit, une seule chose importe, c'est que sa volonté soit bonne, sainte, conforme à ma volonté. Mais qui pourra ainsi se maintenir, en quelque état qu'il soit placé? Celui qui aura détruit le venin, par la haine de la sensualité propre, et par l'amour de la vertu.

Après avoir rejeté ce venin de la volonté désordonnée, et réglé son désir par l'amour saint, par la crainte qu'il a de Moi, l'homme peut choisir et posséder l'état qui lui plaît: en tout état, il se conduira de façon à gagner la vie éternelle.

Sans doute il est plus parfait et plus méritoire de renoncer non seulement spirituellement, mais réellement à tous les biens de ce monde. Mais si quelqu'un ne se sent pas le courage d'atteindre à cette perfection, si sa fragilité l'empêche de s'y résoudre, il peut demeurer dans la charité commune, selon son état. Ainsi l'a ordonné ma Bonté, pour que nul ne puisse trouver dans son état une excuse à son péché.

Dialogue 45, 17


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Walterman 1547 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine