Magazine

Paris 1978 : Infiltration et droits de l'homme

Publié le 13 octobre 2009 par Slal

Paris, Octobre2009
Gabriel Périès, docteur en sciences politiques, est enseignant à l'Institut national des télécommunications d'Évry. Rattaché au Centre Morris Janowitz / Forces armées et sécurité de l'IEP de Toulouse, il est l'auteur de nombreux travaux sur les doctrines militaires contre-insurrectionnelles.


Gabriel Périés
envoyé par Alexandre de Nunez
JPG - 26.1 ko
1978, reunion d'exiles argentins. Le capitaine Astiz (à gauche de la photo)

Le site des AAR (Archives Audiovisuelles de la Recherche) sur les : Témoignages sur la dictature en Argentine et la solidarité reçue en France par les exilés.

Dictature en Argentine : Entretien avec Rodolfo Matarollo (43:55)
Des étudiants de Sciences-Po Paris, sous la direction de l'historienne Marina Franco, ont participé, dans le cadre de leur cursus, à un "projet collectif" proposé par la Mission de Coordination pour les Droits de l'Homme du Ministère des Affaires Etrangères. L'objet en était de nourrir la réflexion que ce service conduit, sous la direction de l'Ambassadeur pour les Droits de l'Homme, Michel Doucin, sur les conditions d'exercice du droit d'asile en France, par une réflexion historique sur celles dont ont bénéficié les exilés argentins à partir de 1976.
Les ouvrages de Gabriel Périès :
Au printemps 1994 au Rwanda, près d'un million de personnes ont été exterminées en quelques semaines. Témoignages inédits et documents confidentiels à l'appui, cette enqête menée pendant quatre ans présente la doctrine française de la "guerre révolutionnaire", formalisée pendant la guerre d'Indochine, comme l'une des origines secrètes du génocide rwandais.
Paris 1978 : Infiltration et droits de l'homme
Du grand caudillo Stroessner (1954-1989) au Karai Tendota Nicanor Duarte, 2003-2006 (C. Boidin) ; L'identification des menaces dans le discours militaire argentin de la Revista militar, 1996-2002 (S. Bossé) ; La guerre des mots dans la transition mexicaine (H. Combes).
Paris 1978 : Infiltration et droits de l'homme
Le révolutionnaire, l'hérétique, le converti, le terroriste, le communiste, le Juif, l'immigré, le franc-maçon, l'espion, la cinquième colonne..., les figures de l'ennemi intérieur sont multiples.

Qu'est ce que l'ennemi intérieur sinon une construction discursive, produit de contextes historiques, socio-politiques et géographiques différents et dont l'image constitue un puissant outil d'occultation ou de légitimation des pratiques politiques pour temps de crise ? Quelles en sont les modalités de construction et d'énonciation, quelles en sont les fonctions ?

Derrière les procédés de désignation et de dénomination de cet éternel infiltré, il s'agit de contrôler et de surveiller. Mais qui ? Pour défendre quoi ?
Paris 1978 : Infiltration et droits de l'homme


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Slal 3451 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte