Magazine France

Ange ou démon?

Publié le 19 octobre 2007 par Frednetick

C’est un personnage qui ne s’appartient plus. Il n’est plus un homme mais un mythe. Un mythe crée par la magie d’une photo prise par Alberto Korda et par l’utilisation massive de cigares gros comme des barreaux de chaise.

Un miracle marketing qui s’affiche désormais partout sans que l’o comprenne bien pourquoi. Teeshirts, briquets, sacs, drapeaux, posters, capotes, layette pour bébé révolutionnaire, ouvre boite pour le ventre des bourgeois, et même portefeuilles c’est dire. Il est partout.

Et 40 ans après son exécution quelquepart en Bolivie, la personnalité même du Che reste un mystère dont le coin est pourtant levé par un paquet de brûlots. Le Che serait loin de ce doux médecin idéaliste qu’incarne Gael Garcia Bernal dans Carnets de Voyage. Selon ceux qui l’on côtoyé il tiendrait plus d’un mélange d’Hanibal Lecter et de Lénine, le look en plus, la moustache en moins, rigolant lors d’exécution et buvant le sang de petits enfants en le lapant à grand coup de langue avide (ou quelquechose comme ça).

Cette controverse me fait doucement sourire en fait. Faut-il vraiment s’étonner que dans une période de lutte armée, contre un gentil personnage qui tenait aussi peu du démocrate que cécilia de la belle femme, les hommes, même les plus en vue aient agi comme des barbares?

Aujourd’hui cohabitent donc une vision idyllique du Che pour Besancenot et une vision méphistophélique, et l’on peine à faire ressortir ce qui relève de l’idéologie de ce qui relève de la réalité.

A bien y regarder je me demande pourquoi il représente tant de choses. Un homme comme le sous-commandante Marcos et les indiens du Chiapas, par l’organisation sociale tout à fait originale qu’ils promeuvent sont plus intéressants que peut l’être l’icône d’une révolution vieille de 45 ans.

Oui il s’est opposé à la logique impérialiste, mais à une époque où elle n’était pas encore inscrite dans un monde financiarisé et outrageusement dominé par un capitalisme débridé.

Oui il a tué et pratiqué la guérilla mais à quelle échelle? Sortir ces faits du contexte n’est-ce pas inutilement faire assaut de mauvaise foi? Les pandores anti-communistes ne sont pas très audibles quand notre bien aimé président va faire du 4X4 avec Vlad le Boucher et déclare en toute innocence sur un ton badin que la France comprend la “spécificité” Russe. La Tchétchénie se souvient encore et pour de longues années de la conception assez particulière de la négociation à la russe tendance FSB.

Tout ça pour dire que les thuriféraires de tout poil et les détracteurs à tout crin me font bien rire, incapables qu’ils sont de faire dans le gris, préférant l’art millénaire du noir et blanc.

Articles relatifs


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Frednetick 24 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines