Magazine Maladies

Prévention et soins naturels contre la grippe

Publié le 13 octobre 2009 par Suzanneb

Les recommandations préconisées par les gouvernements sont des éléments de base qu’il faudrait appliquer tout le temps. C’est le minimum de bon sens et d’hygiène. Néanmoins, si le corps est affaibli, il est vulnérable et résistera moins aux virus qui l’envahissent.

Des conseils élémentaires à suivre toute l’année

Dormir suffisamment, entre six et neuf heures suivant les individus. Pour tout un chacun, les heures avant minuit et jusqu’à cinq heures du matin sont les meilleures. Selon la médecine chinoise, chaque organe a une heure dans la nuit pour se régénérer. Par exemple, le méridien du triple réchauffeur agit sur les défenses immunitaires et son créneau est de 21 à 23 heures. Quand on ne se sent pas en forme, prendre un bain avec des huiles essentielles de lavande ou d’eucalyptus, un grog ou une tisane au miel… et au lit très tôt.

Oxygénez-vous, bougez-vous. Le corps est fait pour être actif. Une activité physique saine permet à l’organisme d’éliminer les toxines en oxygénant le sang et donc toutes les cellules. Activer la circulation sanguine stimule toutes les fonctions de l’organisme. Profitez de chaque opportunité au quotidien.

Une alimentation équilibrée
Par manque de temps, d’envie ou d’argent, on ne mange pas toujours assez de légumes et de fruits, de protéines et de céréales complètes qui apportent les vitamines et oligoéléments nécessaires. Les céréales germées sont très riches en minéraux, acides aminés, oligoéléments, antioxydants, et en vitamines A, B, C, D. Elles contribuent à un bon équilibre nutritionnel. Les graines germées d’alfalfa sont parmi les plus riches et sont faciles à cultiver toute l’année à la maison.

La vitamine C est bien connue pour fortifier les défenses immunitaires. Les kiwis en sont très riches, mangez-en à volonté. Plusieurs études révèlent aussi que la vitamine D active les défenses immunitaires. Une exposition quotidienne d’une demi-heure au soleil suffi t pour faire le plein, mais en hiver un complément de vitamine D est nécessaire.

Vieux remèdes pour soigner la grippe L’argent colloïdal est un antibiotique naturel puissant qui tue 650 microbes, virus, bactéries et champignons. Il ne procure aucun effet secondaire connu et n’offre aucune interférence en présence d’autres médicaments (1).

La propolis est aussi un antiseptique naturel issu des abeilles. Il est préférable de prendre de la propolis purifiée en poudre sans alcool ou en extrait hydroalcoolique.

Le charbon actif en poudre est un antipoison notoire. Il absorbe les toxines et favorise le rétablissement.

En cas de refroidissement comme pour la grippe, il faut boire beaucoup et chaud. La tisane de thym (antiseptique) additionnée de miel est tout à fait indiquée. Si la gorge est irritée, un gargarisme avec une eau tiède et de l’argile blanche atténue tout de suite les picotements; la poudre Bolus de Weleda est excellente.

Enfin, le chlorure de magnésium est connu pour être un antigrippe naturel efficace, qui a fait ses preuves lors de la première guerre mondiale avec la grippe espagnole. Il est antiallergique, antitoxique, anti-inflammatoire. On dissout du chlorure de magnésium dans de l’eau faiblement minéralisée – le goût est amer – et prendre un décilitre par jour le matin et en cas d’infection 1 décilitre toutes les six heures.

PetitMonde (canoë.ca) Catherine Keller, La Grande Époque - Prévention et soins naturels contre la grippe

L’article se poursuit avec des recettes des spécialistes de phytothérapie et des liens vers des sites de référence.

Je ne suis ni pour ni contre les médecines et produits naturels. Je crois que tous sont susceptibles de décevoir, du moment qu’il y a de l’argent à la clé on ne peut être certain de rien… c’est pourquoi je préfère nettement les recettes de grand-mères, m’enfin, des fois les deux sont issus des mêmes traditions et j’imagine qu’il se trouve d’honnêtes gens de toutes allégeances.

Puisque la génération de mes parents a laissé tomber dans l’oubli ces «recettes de grand-mères» essayons de conserver la mémoire de ce qui nous reste de connaissances et voyons dans quelle mesure les résultats sont satisfaisants.

Vous avez dit confiance ?

N’oublions pas que dans l’étude de l’effet placebo, il est démontré que la confiance dans le thérapeute est l’une des principales clés du succès d’un remède, même si ce dernier n’est que de la farine.

Pour ce qui est de la «confiance», je regrette mais la mienne est passablement entamée. Je n’arrive pas à me soigner avec de la confiance, il ne m’en reste pas assez. De toute façon c’est un sentiment trop subjectif pour qu’il puisse être contrôlé efficacement. Ne reste que mon sens de l’observation dénué de tout préjugé pour reconnaître le bon du mauvais médicament.

Il serait bon d’écouter son corps… après l’absorption d’un remède, quel qu’il soit.

Nous devrions tous nous dépêcher de nous fier à nous pour savoir si on est soulagé par un remède ou bien si on n’obtient que peu ou pas de résultat… ou pire… s’il nous fait du tort. Je crois que nous sommes tous capables de faire ça… en tout cas, faute de mieux, c’est un bon début.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Suzanneb 1338 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines