Magazine High tech

Hearts of Iron 3 : Vive la France ! A french AAR (4ème partie)

Publié le 13 octobre 2009 par Cyberstratege

Hearts of Iron 3

Quatrième et dernière partie de ce rapport de bataille signé par Charles Louis, dont l’original se trouve par ici dans le forum officiel de Paradox. Vous retrouverez les liens pour les épisodes précédents dans la rubrique A.A.R.

Ayant surpris une flotte de « raiders » allemands, mes navires prennent le dessus, au prix de la perte d’un destroyer de réserve, de classe première guerre mondiale et sans parvenir à couler le moindre vaisseau adverse. Ma flottille d’accompagnement de porte-avion est terriblement obsolète, composée essentiellement de navires d’escorte vétustes. Si ce n’était pour le vaisseau amiral lui-même, j’utiliserai plutôt la 4ème flotte et ses éléments plus récents. Entre autres, un B.C., deux C.L. et D.D.. Étant à peu près certain que cette campagne va s’éterniser, j’ai déjà prévu la mise en chantier de nouvelles unités navales. Je dois toucher des D.D. modèle ‘38 en juin, aussi je lancerai la construction d’un unique C.L. ainsi que de deux D.D. supplémentaires le moment venu (pour le lexique des acronymes utilisés, voir les chapitres précédents – NDLR).

Hearts of Iron 3 : Vive la France ! A french AAR (4ème partie)

L’Italie entre en guerre contre la Grèce et tandis que le Royaume-uni reste léthargique face à cette agression, les italiens, combattant seuls, semblent ne pas progresser. Profitant du fait qu’ils ont retiré des troupes de nos frontières communes, j’y déploie une unité de montagne fraîchement formée, afin d’occuper la position, juste au cas où… Dans la précédente relation de cette campagne, j’ai mentionné la supériorité allemande homme pour homme, dans le cadre d’affrontements terrestres. Voici, dans la capture ci-dessous, l’illustration claire de cet état de fait.

Hearts of Iron 3 : Vive la France ! A french AAR (4ème partie)

L’Allemagne aligne, en moyenne, des bonus offensifs et défensifs de l’ordre de deux fois et demi supérieurs aux miens. Dans cet exemple, le français est l’attaquant. Je m’interroge  pour savoir comment il me serait possible de réduire cet écart de modificateurs. Je suis conscient de la faiblesse de mon système d’organisation , la plupart de mes armées se comportant comme des corps, ce qui réduit mes bonus en Leadership. On voit ici que chaque commandant est de niveau 3 et que leur valeur en leadership est presque similaire. Cela me laisse perplexe de devoir, dans ces circonstances, aligner trois fois plus d’hommes pour mener à bien une attaque. Si vous avez des suggestions à me faire, c’est le moment !

Hearts of Iron 3 : Vive la France ! A french AAR (4ème partie)

L’offensive de printemps vit les forces française se mobiliser au nord du territoire et repousser quelques attaques allemandes le long de nos lignes. Ils parvinrent à s’emparer de Bastogne mais nous leur reprîmes de haute lutte. L’Angleterre et la Belgique stationnaient le gros de leurs forces dans la région et à aucun moment n’en replièrent une partie, même lorsque cela s’avérait nécessaire. De ce fait, mon impression de rejouer la première guerre mondiale s’accentuait. Les longues batailles nécessitent une rotation des unités bien planifiée et gérée, ceci afin d’éviter une baisse de l’organisation, conduisant à une perte d’efficacité pour l’ensemble de la pile concernée. Un empilement de vingt-cinq divisions sur Bastogne, sans même parler d’organisation, ne constitue pas une défense optimale… D’autre part, cela ne permet pas d’utiliser les ressources de la région comme soutien pour d’autres attaques. La pauvreté dans la planification, proposée par les allemands lors de l’invasion des Pays-bas, aura permit aux alliés de mettre sur pied une ligne de défense encore plus ambitieuse que celle initialement envisagée par les hauts commandements. Je me demande quelle serait la situation actuelle s’ils avaient poussé plus avant, portant cette défense statique à se poser sur la frontière française, voire même sur la portion belge de celle-ci ? Apparemment, en l’état, la concentration des forces françaises, ainsi que la contribution apportée par les troupes de milice, semblent suffisantes à stopper l’avance des armées allemandes. Qui plus est, les exigences réduites (en I.C. – NDLR)  de l’état major pour mettre sur pied des troupes de milice et de garnison, auront permis à la nation des avancées technologiques qui lui auraient été inaccessibles autrement. Le fait de négliger la course à l’armement dans le domaine des blindés, au profit de l’aviation, aura également joué un rôle non négligeable.

Je pense à présent être en mesure d’aligner suffisamment d’unités pour constituer un front cohérent et en conséquence, je reporte mes efforts de production sur l’artillerie. Je projette de remplacer progressivement certaines divisions de ligne par leur contrepartie de soutien. Prenant en compte ma situation initiale, l’essentiel de ma production était orientée vers des efforts pour rendre cette imposante armée d’infanterie plus efficace. Notamment en remplaçant l’infanterie régulière, stationnée sur la ligne Maginot, par des forces de garnison. En déployant huit brigades d’artillerie, pour la plupart dans des H.Q. et des milices pour augmenter la profondeur de mon front, à moindre coût. Je n’avais réquisitionné au total que quatre divisions d’infanterie supplémentaires avant la guerre.

Ma situation actuelle est différente. Je dispose à présent d’une ligne défensive et suis capable, dans une certaine mesure, de lancer quelques offensives. Cependant, cela implique également de pouvoir aligner d’avantage d’artillerie, ainsi que d’infanterie régulière et probablement aussi, plus de blindés. Tout ça demande un surplus d’officiers, alors que je suis pour l’instant déjà au-delà de cent pourcents. En mars, j’ai réduit mon effort de recherche d’un point, passant de 10 à 9, tout en augmentant les points alloués aux officiers, de 0,78 à 1,78. Je dispose de beaucoup de points en capacité industrielle mais je manque singulièrement de points de Leadership à distribuer, pour soutenir le genre d’unités offensives dont je parlais auparavant. La solution pourrait consister à pousser avec d’avantage de milice, à faire pencher la balance vers un surplus d’officiers au dépends de la recherche, ainsi qu’à m’orienter vers des unités d’artillerie, d’infanterie et de blindés. Autre solution, construire d’avantage de bateaux et d’avions. A lors actuel, j’ai plutôt tendance à essayer de concilier ces trois options, ce qui est loin de représenter la panacée pour une victoire rapide ! Cela pourrait cependant me permettre d’envisager une victoire d’attrition.

J’ai pu me frotter plusieurs fois à la Kriegsmarine, ce qui fut l’occasion de perdre un nouveau destroyer datant des années 1920. Vivement la mise à l’eau du prochain C.L. ! Ainsi que l’arrivée des nouveaux modèles de D.D., dont j’espère la mise en chantier possible dès juin. Côté aviation, je dispose en ce moment de quatre groupes de trois intercepteurs, un groupe de trois chasseurs, plus un autre mixte, composé de deux C.A.S. et d’un chasseur. En sus, un dernier groupe de trois bombardiers tactiques, également escortés d’un chasseur. Enfin, toujours en construction, une escadrille de trois chasseurs. Lorsque mes plans de fabrication pour de nouveaux bombardiers seront disponibles, je pourrai mettre en production un de ces modèles et un chasseur, en remplacement.

Lire la suite


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Cyberstratege 158 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog