Magazine Ebusiness

Zoom sur la réunion de travail avec Patrick Devedjian

Publié le 14 octobre 2009 par Marcschillaci

Puzzle Je vous en parlais (souvenez-vous !), je me suis rendu la semaine dernière à l'invitation de Patrick Devedjian, Ministre chargé du plan de relance, à une réunion de travail avec d'autres acteurs du E-commerce.

Je sais par vos questions que vous êtes curieux d'en savoir plus.
Voici qui devrait répondre à vos attentes.

Note : Vous le remarquerez, ce post figure dans la rubrique A mon humble avis. Il ne reflète, ça va de soi, que mon ressenti à cette réunion. Cela va mieux en le disant. Si l'un des participants ou vous lecteurs, souhaitez apporter votre éclairage, soyez les bienvenus !

Nous étions dix autour de la table, représentant les morceaux du puzzle du E-commerce.
5 pièces majeures, complémentaires, devant travailler ensemble dans la même direction, la relance, mais dans le respect de la diversité et des apports de chacun.

  • La pièce dite centrale des arbitres, représentée par la Fédération du commerce électronique et de la vente à distance, qui a une vue d'ensemble du puzzle et le ministre, arbitre qui écoute et intervient le moment venu.
  • La pièce des Prix, représentée par Rue Du Commerce et PixMania. Gros territoire qui existe en cassant les prix et qui ne voit pas d'un très bon oeil de nouvelles lois susceptibles de freiner son élan.
    Ils sont en quelque sorte la porte d'entrée de l'internaute vers un premier achat en ligne par leur approche prix. Une fois ce premier achat en ligne réalisé, l'acheteur plébiscite l'aspect pratique et rapide. Il apprécie l'ajout possible de services, découvre qu'il peut obtenir bien plus d'info en ligne qu'avec un vendeur plus ou moins compétent et disponible en magasin...
    En somme, la Porte Prix aide à vulgariser les usages.
    Bref, grâce à la porte des Prix, ce sont des milliers d'acheteurs en plus pour la communauté E-Commerce. C'est positif pour tous, y compris pour les petits e-commerçants qui se placent en général non pas sur le prix, mais sur l'offre, la compétence et le service.
  • La pièce Agora représentée par Amazon et eBay dont la devise serait plutôt "grâce à nous, tout le monde peut vendre en ligne, rapidement, sans efforts ni infrastructure."
    Ce "sans effort et sans infrastructure" a néanmoins un coût, payé par les commissions prises au vendeur sur l'annonce et sur le paiement de ses marchandises.
    Cela convient à certains, mais c'est bien souvent la moitié de la marge qui disparait.
    Sans compter que dans certains cas, il est impossible de différencier l'objet vendu grâce au savoir-faire de son vendeur. Les annonces standardisées ne permettant une différenciation qu'en termes de prix, pour vendre, les marges baissent.
  • La petite pièce France, ancienne dans sa spécificité, représentée par les 3 Suisses.
    Note : Cela aurait pu être la Redoute. Mais, j'imagine aisément combien il doit être difficile de les mettre ensemble autour d 'une table.
    Dommage. Cela aurait peut-être permis à la France de prendre le pli du MultiCanal comme au Royaume-Uni.
    Petite digression éducative :
    Au Royaume-Uni, ils ont rapidement compris les avantages à croiser le marketing en ligne et le marketing hors-ligne. Ils ont amélioré l'expérience utilisateur en mixant les bénéfices des deux !
    Pour faire simple, le e-commerce ne perd pas le client où qu'il se trouve. Il l'accompagne. Le client va acheter en physique après avoir obtenu un coupon de réduction sur un produit vu en ligne. Il repart par exemple, du magasin physique avec un coupon pour acheter avec une faible remise le petit pull bleu en Taille 38 (et pas le rouge Taille 40) qu’il n’avait pas en stock dans le magasin. C’est ça le multi-canal  bien fait. Celui du e-commerçant qui est toujours là quand le client a besoin de lui, devant son écran ou en boutique physique.
  • Et enfin la dernière pièce multifacette qui peut se poser n'importe où dans le puzzle de l'e-commerce, une sorte de joker ou d'atout, celle des TPE/PME représentée par Oxatis.
    C'est cette pièce devenue indispensable qui fait la croissance du Web.
    Quand le web marchand progresse de 25% aujourd'hui (source Fevad), ce n'est pas grâce aux autres pièces du puzzle qui représentent plutôt 10-15% - ce qui est déjà bien.
PixMania et Rue Du Commerce représentent environ 1500 employés chacun. Soit 3000 emplois créés, ce qui est déjà excellent. Avec ses 6500 sites, Oxatis représente à peu près le double. Sans compter les emplois dans nos 200 Centres d'Expertise Internet.

Les TPE/PME sont souples et agiles. Certaines ont déjà compris l'opportunité de coupler les canaux en étant présents physiquement et en ligne. Comme ont su le comprendre les grandes enseignes anglaises.

Pour celles qui ne sont pas encore présentes, elles doivent rapidement saisir l'opportunité offerte par un positionnement sur le Net.

Il ne reste plus qu'à l'arbitre à donner le coup d'envoi des TPE/PME vers le succès qui leur tend les bras en ligne. Oxatis est déjà sur le terrain, les manches retroussées, dans le camp du e-commerce, en équipe et avec chacun, pour faire marquer des points à la relance.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Marcschillaci 65 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte