Magazine Golf

Mr Delanoë, les voitures et le droit de grève

Par Philippe Chouraqui

Quand on voit à quel point les grèves d’hier et d’aujourd’hui ont empêché les gens de travailler, les commerçants de faire du chiffre, etc… on voit bien les limites de la politique de Mr Delanoë de vouloir “libérer” Paris des voitures, et de fortement inciter les gens à prendre les transport en commun.

L’idée est noble, écologiquement parfaitement recevable, mais syndicalement très dangereuse. Vous imaginez le pouvoir des syndicats s’ils avaient entre leurs mains la possibilités de bloquer tout Paris parce qu’ils sont devenus le seul moyen de transport possible ? Ce serait juste fou et économiquement suicidaire.  Les syndicats français ne sont pas assez responsables aujourd’hui pour un tel projet.

Et si on interdisait de faire grève aux heures de bureaux le matin et le soir ? On pourrait appeler ça le Service Minimum. C’est amusant mais il me semble avoir déjà entendu ça quelque part, sans parvenir à savoir s’il s’agissait d’un rêve ou d’une réalité potentielle.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :