Magazine Conso

Les auteurs sur le numérique: avis contrastés

Par Hervé Bienvault
Leezam Les fondateurs de Leezam nous l'avait un peu annoncé lors du dernier BookCamp avec leur proximité avec les Editions XO. L'annonce de la sortie du livre de Guillaume Mussot "Que serais-je sans toi?" dans des versions numériques (via eBouquin) vient, certes, donner une visibilité importante à cette petite start-up mais risque aussi peut-être de les cantonner dans cette image de l''"éditeur numérique de Fixot". Ce qui est un avantage risque t'il de devenir un handicap? On souhaite que Leezam développe rapidement une vraie politique éditoriale originale. Un autre auteur, Alexandre Jardin, s'exprimait hier dans une interview sur le numérique dans Les Echos. Il nous ressert la ritournelle habituelle de la "sensualité des livres", même ritournelle que devait développer son père Pascal Jardin à l'égard du livre de poche il y a quarante ans, si si je vous assure... Le numérique, c'est des idées de garçons, la littérature une histoire de filles. S'il reconnait que le numérique, c'est bon pour les livres de gestion (traduisez -pas pour les filles), il est persuadé que l'avenir de la littérature "numérique" est dans des téléphones qui nous feront un jour pleurer.... Pas demain que l'on verra les inédits d'Alexandre Jardin sur Publienet! Heureusement que ce n'est pas l'opinion de son éditeur Grasset (avec un copieux choix de plus de 1200 titres chez Dialogues) et que les plaisirs littéraires de Leezam s'exportent, eux, au travers de multiples expérimentations sur toute sorte de supports sans discriminations!

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Hervé Bienvault 269 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte