Magazine En France

Dans le coeur historique de Rouen

Publié le 12 octobre 2009 par Lesbottieres
  Rouen, place du Vieux Marché       C'est sur cette place que le 30 mai 1431 Jeanne d'Arc fut brûlée vive. En 1896, par pur hasard, le pilori où elle fut suppliciée est découvert. L'endroit est aujourd'hui marqué d'une grande croix.       Cette croix est accolée à l'église Ste Jeanne d'Arc, édifice moderne de 1979 dont l'architecture est sensée évoquer les flammes du bûcher sur lequel périt la sainte. On peut aimer ou ne pas aimer la conception de l'ensemble dûe à l'architecte Louis Arretche       par contre, à l'intérieur, on ne peut qu'être admiratif devant les vitraux du XVIème siècle provenant de l'ancienne église St Vincent. Comme quoi l'art moderne et l'art ancien peuvent parfois faire bon ménage.         Nous quittons la place du Vieux Marché, direction la cathédrale Notre-Dame. La rue de la Vicomté laisse admirer ses maisons à colombage       et nous voici déjà au célèbre Gros-Horloge, ensemble constitué d'un beffroi gothique, d'une arcade et d'un cadran Renaissance et d'une fontaine du XVIII ème siècle. Entièrement restauré en 2006, le monument est admirable            Vous ne pouvez pas la manquer ! Même au milieu de la ville historique, on la voit de partout : la flèche de la cathédrale Notre-Dame, la plus haute flèche de fonte de France (151 mètres) .       Une visite s'impose, d'abord extérieure            puis intérieure.            A quelques mètres, l'église st Maclou, remarquable exemple de l'art gothique flamboyant           A proximité immédiate de cette église, n'hésitez pas à pénétrer dans la cour de l'Ecole Régionale de Beaux-Arts. Cette dernière a élu domicile dans l'Aître Saint-Maclou, un ancien cimetière du Moyen-Age dont l'origine remonte à la Grande Peste Noire de 1348 qui emporta les trois-quarts des habitants du quartier. Les bâtiments sont pour l'essentiel du début du XVIème siècle et la décoration rappelle invariablement la mort.            Continuons notre promenade dans les rues colorées de la ville           jusqu'à l'abbatiale Saint-Ouen, édifice aux dimensions imposantes (137 m de long et 33 m sous voûte). Entre les XIVème et XVIème siècle, c'était un monastère bénédictin de Normandie, un des plus puissants.       L'ancien dortoir des moines de cette abbaye est devenu aujourd'hui l'Hôtel de Ville de Rouen, qui sera le terminus de notre petite balade. Belle ville que le chef-lieu de la région Haute-Normandie, et en plus, on y mange très bien... Wink           

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Lesbottieres 195 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines