Magazine Rugby

Et le mental dans tout ça ? (Correspondance JPC)

Publié le 21 octobre 2007 par Pierre Salviac

bon, on commence un peu à avoir fait le tour de cette coupe du monde, même si la finale n’est pas jouée à l’heure où j’écris ces lignes. on a largement disserté sur à peu près tous les aspects des victoires et des défaites du XV de France, la tactique, la stratégie, le physique, la gestion de l’équipe, etc...

par contre il reste un point qui n’a à ma connaissance pas été franchement soulevé à l’heure qu’il est : le mental des joueurs. on n’en parle pas souvent, ou alors à mots rares et couverts, mais il ne me paraît pas foncièrement idiot que de dire que le résultat d’un match dépend parfois largement - et même des fois essentiellement - de l’aspect mental.

réfléchissez-y, en vous demandant une nouvelle fois : pourquoi les bleus ont-ils perdu le match d’ouverture face à l’Argentine ? pourquoi les Blacks ont-ils perdu leur quart ? pourquoi l’Angleterre parvient-elle en demi-finale ? pourquoi les Fidjiens se sont-ils qualifiés aux dépens des Gallois ?

vous me direz que, bien sûr, que c’est d’abord la qualité intrinsèque d’une équipe, ou de quelques joueurs-clés, qui détermine le résultat d’une équipe. ainsi, les anglais sont-ils parvenus en demis grâce à leur pack, les sud’af en finale grâce à un savant équilibre entre puissance devant et vitesse derrière...

n’empêche qu’il y a toujours eu, et qu’il y aura toujours, des matches qui se joueront essentiellement sur le mental des joueurs, j’entends par là leur détermination, leur envie, leur hargne, leur volonté de ne rien lâcher au moment d’entrer sur le terrain, et plus encore pendant 80 minutes.

où veut-il en venir, vous demandez-vous ?

à ce que les grandes victoires et les grandes défaites du XV de France se sont construites avant tout grâce à cette détermination, qui fermement ancrée dans l’esprit des joueurs les amène à réaliser l’impensable comme ce fameux quart à Cardiff, ou qui chancelante conduit aux lamentables déroutes que l’on sait. et le fait de faire tourner l’effectif des Bleus (on gagnera à 30, qu’y disait...) n’est certainement pas étranger au "mal-être" qui s’est emparé de certains joueurs à la veille de recontres fatidiques. pas moins que l’annonce de mémorables déroutes leur a forgé une détermination sans faille.

d’où ma conclusion, en forme de question : qu’en est-il de la préparation mentale dans les grandes équipes d’aujourd’hui ? n’est-il pas aussi important (voire davantage) de travailler cet aspect autant que le physique (qui tend maintenant à mettre à niveau toutes les équipes du haut du tableau) ? une préparation mentale au top ne serait-elle pas en train de devenir l’arme fatale des grandes équipes de demain ?

Signé : JPC


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Pierre Salviac 37 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines