Magazine Société

Guantanamo Ouïghours détenu

Publié le 20 octobre 2009 par Sergeadam
Guantanamo Ouïghours détenu
La Cour suprême des États-Unis va se pencher pour la première fois depuis l'arrivée de Barack Obama à la Maison-Blanche sur la question des détenus de Guantanamo.
La plus haute juridiction des États-Unis a accepté mardi de se saisir de la requête déposée par des Chinois ouïghours emprisonnés à Guantanamo depuis près de huit ans bien que blanchis depuis des années de tout fait de terrorisme et qui demandent à être libérés sur le sol américain.(**voir note )
Il reste aujourd'hui 221 prisonniers à Guantanamo. Parmi eux, le gouvernement souhaite en libérer plus de 70 mais l'administration doit pour cela faire aboutir des discussions diplomatiques avec des pays tiers. Certains d'entre eux en effet ne peuvent ou ne veulent retourner dans leur pays d'origine où ils craignent des persécutions.
C'est le cas des 13 Chinois ouïghours, minorité musulmane et turcophone du nord-ouest de la Chine, qui ont déposé leur requête devant la Cour suprême, M. Willet ayant précisé mardi à l'AFP que trois s'étaient joints récemment au recours initial.
À Guantanamo depuis plus de sept ans et blanchis pour la plupart depuis 2004, ces hommes ont obtenu en octobre 2008 d'un tribunal fédéral le droit d'être libérés sur le sol américain, à Washington où vit une communauté ouïghoure, dont la leader en exil de cette minorité, Rebiya Kadeer.
Les 13 Ouïghours demandent à la Cour de décider si un tribunal fédéral a «le pouvoir d'ordonner la libération de prisonniers détenus par l'exécutif depuis sept ans, alors que cette détention est illimitée et non autorisée par la loi et que la libération sur le sol américain est la seule solution possible».
Si la Cour suprême leur donnait raison, elle pourrait gêner les projets du président Obama de maintenir certains détenus de Guantanamo dans un régime de détention illimitée, sans procès, en vertu de la loi de la guerre.
(Mais aussi de nuire au relation avec la Chine)
Dans sa réponse, le gouvernement Obama avait assuré que les Ouïghours avaient «déjà obtenu un soulagement» puisqu'ils vivent désormais dans une partie du camp où ils disposent d'une certaine liberté de mouvement, quoique derrière des grillages barbelés.
Extrait de l'article de Lucile Malandain AFP Washingron La Presse
Note
**- (Source Le Matin) Ils font partie d'un groupe de 22 Ouïghours qui s'étaient réfugiés dans les montagnes afghanes pour fuir la Chine, où cette minorité est accusée de mener des actions indépendantistes violentes.
A l'automne 2001, inquiets des bombardements des Etats-Unis et de leurs alliés contre les talibans, ils ont fui vers la frontière pakistanaise où ils ont été arrêtés par des chasseurs de prime qui les ont vendus aux Américains.
Accusés d'avoir été entraînés dans des camps d'Al-Qaïda, ils ont été transférés sur la base américaine de Guantanamo à Cuba. Ils y ont été déclarés brièvement "combattants ennemis", avant que le Pentagone n'abandonne toute charge, pour la plupart d'entre eux dès 2004. Des tribunaux fédéraux ont ensuite confirmé leur innocence
Source Le Matin

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Sergeadam 37 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine